Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre Bameul, Le Choix des destins

Après La Saga d'Arne Marsson, Le Choix des destins est le deuxième volet de Pour nourrir le soleil, saga aztéco-viking de Pierre Bameul. L'ensemble ne forme en fait qu'un seul roman scindé en deux pour les besoins éditoriaux du Fleuve Noir (2 x 250 pages).

1d60f133e2b693248458f356986e5666.jpg
Mille ans après la prise de pouvoir de l'empire aztèque par le viking Arne Marsson et le sacrifice de son fils nécessaire à l'équilibre du monde, l'Empire Aztéco-viking domine les 2/3 de la planète. Pourtant, l'Empire est menacé conjointement par une résistance intérieure qui rejette les sacrifices humains (le sacrifice humain étant un moyen de limitation de la population particulièrement efficace) et par la pression d'autres puissances.
Un jeune Francuas (français) se rebelle quand sa femme est emmenée - après une intrigue - pour être sacrifiée. Sa bravoure fait qu'il est recruté par la résistance et qu'il participe à l'assassinat de l'Empereur.
Un vortex l'emmène dans notre monde. Il y raconte toute l'histoire de son peuple à un descendant des Mayas qui voit l'intérêt que la Pierre des Trolls peut avoir pour modifier l'histoire. Néanmoins quand le Maya va voir Arne Marsson, le viking connaît son destin et le refuse. Il tue le Troll-Maya: jamais les Vikings ne partiront à la conquête de la Méso-Amérique, jamais l'Empire Aztéco-Viking ne dominera le monde.
Ce choix des destins fait irrestiblement penser à La Porte des Mondes de Robert Silverberg et à la réflexion sur la multiplicité des mondes possibles en fonction des choix fait à tel ou tel moment.

Ce qui est toujours intrigant c'est le caractère archaïque des civilisations méso- et sud-américaines dans les oeuvres de science-fiction. Dans La Porte des Mondes ou dans Pour nourrir le soleil, les peuples du soleil ont un retard technologique fort important. Dans La Porte des Mondes, des automobiles à vapeur atteignent la vitesse totalement fabuleuse de 20 km/h, dans Le Choix des destins toutes les connaissances technologiques sont bloquées, archivées dans une vaste bibliothèque interdite (où l'on trouve pourtant l'arme atomique par exemple). L'Empereur aztèque de Pierre Bameul sort parfois une invention des cartons pour rattraper la technologie de ses ennemis (on peut ainsi traverser l'Atlantique en dirigeable). Le développement technologique apparaît toujours comme un risque de déstabilisation du fragile équilibre mis en place. Nanotikal ne fonctionne pas exactement de la même manière (les Mayas sont les maîtres des nanotechnologies et cette maîtrise leur assure la domination du monde) mais des archaïsmes subsistent au premier rang desquels les sacrifices humains.

Pierre Bameul, Le Choix des destins,
Pour nourrir le soleil -2,

Fleuve Noir Anticipation n°1489, 1986

 

 

Commentaires

  • Les sacrifices humains leur collent à la peau. Je crois qu'il y aurait encore moyen de faire des sujets plus modernes avec les mayas et les aztèques. Je vais tâcher d'y réfléchir car ce sujet m'intéresse (et j'aime bien le Mexique et ses habitants)

Les commentaires sont fermés.