Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charles Richebourg, Le Vampire des Andes

Charles Richebourg a publié plusieurs oeuvres qui ressortissent de notre domaine chez Ferenczi. Le Vampire des Andes se déroule dans une cité inca en ruines comme en témoigne la couverture du fascicule. L’endroit est perdu dans les Andes.
Si les aventuriers sont à la recherche d’un bandit qui boirait le sang de ses victimes, le vampire se révèle être "un chimégaloptère*, dont les fossiles ont jadis été étudiés par Cuvier. On en croyait l'espèce disparue, mais elle a subsisté dans ces régions désolées.
"En Europe, les chauve-souris cherchent refuge dans les vieux bâtiments ou les granges désaffectées; ici, les ancêtres de ces curieux animaux ont choisi un habitacle à l'échelle de leur taille colossale. On doit en trouver un peu partout dans les villes mortes, il suffira de les tuer et de détruire leurs nids pour débarrasser les Andes de ce fléau
" (p. 30-31).

Le thème des chauve-souris "vampires" est récurrent dans les collections fasciculaires d'aventures de Ferenczi. J'ai notamment évoqué La Montagne aux vampires de Maurice Limat paru dans la collection Le Petit Roman d'aventures (n° 1) en 1936.

* L'orthographe est pour le moins hésitante car à la page suivante le buveur de sang devient le "chiromégaloptère". Aucun de ces deux mots ne semble exister dans la chronique, le Vampire des Andes est donc bien une chimère littéraire.

127699497.jpg

Charles Richebourg, Le Vampire des Andes,
Mon Roman d'aventures, n° 448, Editions Ferenczi, 1957

Les commentaires sont fermés.