Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

R.A. Montgomery, Le Mystère des Mayas

En octobre 1981, les éditions Pélican lancèrent une collection "Choisis ta propre aventure". Sur les couvertures apparaît cette mention: "Gérard de Villiers présente".
La série est en fait la traduction de "Choose your own adventures" éditée par Bantam Books. Les titres ont été édités dans diverses collections en France.
Le n° 5 nous intéresse particulièrement. Il s'agit de Le Mystère des Mayas de R.A. Montgomery (en VO: Mystery of the Maya, n° 11 dans la série originale).

Le 4e de couverture indique:
"Tu es le héros de cette histoire ! c'est à toi de choisir comment se terminera ton aventure. tu as quarante-quatre solutions.
Tu t'es rendue à Mexico pour visiter les ruines de l'ancienne civilisation des indiens mayas, qui a mystérieusement disparu voilà plus de huit cent ans. D'autres spécialistes avant toi ont tenté, mais sans succès, de percer l'énigme de cette disparition. A présent, tu as une chance de découvrir ce qu'il s'est vraiment passé. Boiras-tu la potion magique qui t'aideras à voyager dans le temps? Tu peux devenir un guerrier engagé dans des luttes sanglantes (va à la page 22). Tu risques d'être sacrifiée à un dieu en colère (page 36) ou, si tu vas à la page 56 , tu peux trouver le merveilleux trésor perdu du Serpent à Plumes .
Que se passe-t-il ensuite ? Tout dépend de ton propre choix. Comment se termine l'histoire? Toi seul le découvriras ! De plus, tu peux relire le livre plusieurs fois, ce n'est pas une, mais de nombreuses aventures extraordinaires qui t'attendent !"

On trouvera de plus amples informations sur ce site. A noter que l'illustration peut être différente d'un pays à l'autre et que la dernière édition connue (américaine) date de 2007.

montgomery le mysyère des mayas.jpg

R.A. Montgomery, Le Mystère des Mayas,
Choisis ta propre aventure, n°5, éditions Pélican, 1982.
Illustrations de Richard Anderson
.

 

Les commentaires sont fermés.