Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des Indiens de papier

Je m'intéresse de près à l'imagologie, c'est à dire à la représentation de l'altérité dans les oeuvres littéraires. Auto-stéréotypes et hétéro-stérotypes dans les fictions mettant en scène des peuples précolombiens pourrait être un titre de thèse.

Pyramidal-Temple-Palenque.jpg"L'imagologie s'intéresse à un domaine fondamental de la littérature comparée: les relations entre les écrivains et les pays étrangers telles qu'elles se traduisent dans les oeuvres littéraires. Pour élaborer une image de l'étranger, l'auteur n'a pas copié le réel, il a sélectionné un certain nombre de traits jugés pertinents pour sa représentation de l'altérité. L'imagologie décrit ces éléments, les rapproche des cadres historiques, sociaux et culturels qui en forment le contexte, et détermine ce qui appartient en propre à la création de l'écrivain. Elle contribue ainsi à la connaissance d'auteurs dont la sensibilité s'est particulièrement éveillée au contact d'un pays (l'Italie de Stendhal, le Mexique de Malcolm Lowry), de vogues littéraires typiques d'une période (l'orientalisme des Lumières, la germanophobie française d'avant 1914), ou de représentations de régions, de zones géographiques tenues pour cohérentes (l'Orient des Romantiques, le tiers monde des Écrivains d'après 1945)". (source : DITL, Dictionnaire International des Termes Littéraires, article Imagologie / Social Images).

Je suis tombé par hasard sur la revue Grandhiva* qui a consacré, en 2006, son numéro 3 à la présentation à Paris en 1845 par George Catlin de son « Musée indien » (Grand-Sachem-la-brocante devrait aller y jeter un oeil). Le numéro a pour titre: Du Far West au Louvre : le musée indien de George Catlin.

Un article en particulier a retenu mon attention: Frédéric Maguet, "Des Indiens de papier. Entre réception royale et réception populaire". Ce n'est plus tout à fait de l'imagologie, peut-être plutôt de l'anthropologie des arts.

 

cortes renverse les iconesdes mexicains.jpg

Références: Frédéric Maguet, « Des Indiens de papier », Gradhiva, 3 | 2006, [En ligne], mis en ligne le 15 mai 2009. URL : http://gradhiva.revues.org/index225.html. Consulté le 22 juin 2009.

 

du far west au louvre.jpg

 

* Fondée en 1986 par Michel Leiris et Jean Jamin, Gradhiva est publiée par le musée du quai Branly pour sa nouvelle série. La revue se veut un lieu de débats sur l'histoire et les développements actuels de l'anthropologie fondés sur des études originales et la publication d'archives ou de témoignages. Gradhiva privilégie aussi l'étude et l'analyse d'objets réels ou symboliques ainsi que des problématiques muséologiques et anthropologiques. Surtout, elle est ouverte à de multiples disciplines : l'ethnologie, l'esthétique, l'histoire, la sociologie, la littérature ou encore la musique. Elle s'attache enfin à développer par une iconographie souvent inédite et singulière une interaction entre le texte et l'image.

Commentaires

  • Attention au lien mort concernant la page "imagologie".
    La seule chose qui me chagrine, c'est que finalement, l'image ainsi représentée est forcément subjective (en même temps c'est normal) mais risque, pour certains événements, là aussi, d'être réalisée par le "vainqueur". L'exemple est dans ton avis avec « Des Indiens de papier » de Frédéric Maguet.

  • @ Acr0 - Livrement : L'imagologie s'intéresse moins à la réalité qu'à sa représentation. Il ne s'agit pas de savoir si l'image est réelle ou non mais comment la société "regardante" voit la société "regardée", à travers quels filtres, quels stéréotypes, quels préjugés.
    Toute "réalité" est selon moi parfaitement subjective. L'uchronie nous apprend à voir différemment les choses. Et si les Mayas avaient domestiqué le cheval? se demande Corinne Guitteaud, et si l'Axe avait gagné la guerre? se demande Philip K. Dick. On peut décliner à l'envi.

  • Alors les indiens n'avaient pas de plumes sur la tête? Tou mon monde de stéréotypes s'effondre...

  • c'est super intéressant ton article!

  • Ferocias, je ne partage pas ton avis. En gros, on représente ce qu'on veut et on le qualifie d'imagologie, comme ça on est sûr de ne pas être attaqué sur le côté "réaliste"?Hum. Tu m'indiques que la réalité n'a pas lieu d'être dans l'imagologie, il n'empêche que tu réponds à Homer que les indiens n'ont pas de plumes sur la tête ni de peaux rouges. Mais alors, t'appuies-tu sur ta réalité ou sur les représentations? ;)

  • @ Acr0 : l'imagologie est l'étude de la construction des représentations, pas la représentation elle-même.
    Je crois que je me suis mal fait comprendre (c'est le problème de répondre rapidement aux commentaires). JM Moura a écrit un ouvrage dans lequel il explique la méthodologie. Je te donne quelques passages:
    la "recréation de l'étranger en littérature est d'abord la réinterprétation singulière des grands symboles que la société a forgés sur celui-ci. C'est par la rencontre d'une expérience - appréhension, au double sens de saisir et de craindre, et attention -, d'une sensibilité créatrice - où jouent souvenir et imagination -, et des figures que l'imaginaire social a par avance dessinées de l'étranger, que se crée non pas bien sûr la "réalité" de l'étranger, mais une image où les grands schèmes collectifs sont perturbés par une compétence narrative inédite"
    "Une idée fausse est un fait vrai"

  • @ Acr0 : en fait je ne peux pas répondre comme cela. Je vais écrire un billet pour demain (ou après demain) afin d'expliquer plus longuement tout ceci.

  • Il y a peu j'ai atteint mon seuil d'incompétence en me voyant confier quelques heures de vacation face à des étudiants destinés à créer des entreprises ou à travailler pour des organisations en milieu rural. Je leur fait faire un peu d'imagologie (je ne savais pas que le mot existait) sur l'utilisation de l'image des terroirs et des savoir faire en marketing. Réfléchissez-y et vous ne regarderez plus votre emballage de fromage de la même manière!
    En tout cas merci pour cet article!

Les commentaires sont fermés.