Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Mayas, les mystères d’un monde perdu

Stephan Lewis, auteur de romans qui ont été mentionnés sur ce site (Les Pierres d’Ica et Le Mystère de l’île des Géants), me fait l’amitié de me signaler le beau hors série du Figaro de janvier 2007 intitulé Les Mayas, les mystères d’un monde perdu. Il ne s’agit bien sûr pas d’une fiction mais d’un dossier documentaire.

- « Les Mayas, les mystères d’un monde perdu »
(Un numéro « hors-série » du Figaro, janvier 2007)
:

Dans ce numéro hors série et très pédagogique du « Figaro », est décrit une civilisation précolombienne peu connue et sur laquelle les historiens continuent de débattre et de s'interroger : les Mayas.
En effet, aujourd'hui encore l’incertitude est grande sur ce peuple et sur sa culture : tant à propos de ses origines et de ses sacrifices humains qu’au sujet des causes probables de sa disparition.
Voilà en tout cas un numéro très complet qui nous offre le regard de spécialistes sur la question, tout en faisant bénéficier le lecteur d’une approche grand-public. Un document indispensable.
Ronan Blaise

- Présentation de l'éditeur :
« Ils ont créé un monde prodigieux. Ils ne connaissaient pas la roue, ils ont dressé des pyramides. Leurs prêtres chamarrés, leurs rois coiffés de plumes intercédaient sans cesse pour conjurer la fin du monde. Puis un jour, leurs Cités-Etats ont cessé de graver des inscriptions sur les murs de leurs temples. La culture des Mayas s’est éteinte, mystérieusement.
Ce monde, ce mystère ont servi de trame à Mel Gibson pour composer une fresque d’une violence inouïe, d’une force bouleversante, qui ne manquera pas de soulever, une nouvelle fois, les passions. Son film, « Apocalypto », sortira en salle le 10 janvier 2007.
Parce que le cinéma n’est pas l’Histoire, parce que la destinée tragique des populations d’Amérique centrale mérite mieux que la littérature à sensation dont se nourrit trop souvent la sous-culture scientifique des demi-savants, le Figaro hors-série a décidé de leur consacrer un numéro exceptionnel.
Chercheurs, archéologues, dessinateurs, érudits se sont joints à nous pour vous présenter, en 130 pages, les merveilles d’une civilisation sans pareille, les mystères d’une aventure humaine aussi passionnante que l’exploration d’un continent perdu. Mis en page comme un ouvrage d’art, palpitant comme un carnet de voyage, ce hors-série a toute sa place dans votre bibliothèque. »
(Michel De Jaeghere, Directeur de la Rédaction).

figaro.jpg

Je me permets une réflexion: j'aime assez "la littérature à sensation dont se nourrit trop souvent la sous-culture scientifique des demi-savants". Il faut la prendre pour ce qu'elle est: de la littérature!

Les commentaires sont fermés.