Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

XXX, La fée des mines

Le blog Les Peuples du Soleil vous propose un nouveau tarzanide. Le phénomène des tarzanides est du genre important : près d’une cinquantaine a été publiée rien que dans les petits formats français et l’on ne compte pas les romans, fascicules, films relevant de ce genre.

L’intrépide Agar se retrouve comme par magie propulsé vers les sommets sauvages de la cordillère de la Costa en Bolivie (dans l’épisode précédent, il était Indonésie : un grand voyageur donc que ce sous-Tarzan sensé vivre en Afrique).

Dans le désert d’Atacama, Tinga (la Jane de notre Tarzan), Agar et la panthère Kan cheminent, malheureusement Tinga chute et se fait une entorse. Au même moment des Indiens Cholos guettent un convoi qui transporte Dolorès, la fée des mines, atteinte de la fièvre du désert. Les Cholos préviennent leur chef Le Grand Condor de l’arrivée du convoi.

L’escorte du chariot rencontre Kan et tente de l’abattre mais Agar l’en empêche. Les chevaux tirant le chariot s’emballe, il est arrêté grâce à l’intervention d’Agar. Les Cholos sont en embuscade. Pour se motiver, ils lancent quelques incantations dont nous retiendrons : "Gloire aux mânes d’Acupanazac ! Gloire aux anciens ! " et encore "Ils seront immolés dans les tombeaux d’or pur des anciens" (p. 131).

L’oncle de Dolorès explique qu’il est à la recherche de gisements d’antimoine et que la fée des mines lui sert de secrétaire.

Les Cholos passent à l’attaque ! L’escorte est vite débordée. Tinga est enlevée tandis qu’Agar entraîne Dolorès vers les flancs de la montagne.

Ailleurs, les prisonniers des Cholos sont conduits dans d’antiques cachots incas.

kalar 219_0001.jpg

Le Grand Condor est furieux de constater que la fée des mines n’y est pas. Il rencontre l’oncle José dans un ancien temple inca souterrain: ce dernier le reconnaît. Le Grand Condor est un aventurier félon qui avait dépossédé José de plans de gisements d’antimoine et de wolfran (vous ne savez pas ce que c’est ? moi non plus, manifestement ça n’existe pas). Le Grand Condor souhaite épouser Dolorès (c’est classique) selon les rites de ses alliés Cholos, descendants des Incas.

kalar 219_0003.jpg
Les Cholos retrouvent Dolorès. Notons ici une incohérence, problème, inattention… que sais-je ? la vignette représente bien la brune Dolorès qui assiste épouvantée au combat entre Agar et un aigle mais il est fautivement indiqué Tinga alors qu’elle croupit dans un cachot.

Le Grand Condor s’apprête à faire sacrifier son ennemi José, Tinga, et Garta, le fidèle Indien avant de s’unir à Dolorès.

kalar 219_0002.jpg

C’est alors que José projette de la poussière d’antimoine dans la pièce pour faire apparaître la lumière du soleil dans le temple obscur. L’effet est immédiat : les superstitieux Cholos déguerpissent. Le Grand Condor tente de les rattraper, glisse, chute et se tue.

L’histoire s’arrête là.

Ces bandes dessinées présentent des particularités éditoriales parfois surprenantes, témoins de la faible importance qu’on leur accordait. Ainsi le passage d’un épisode à l’autre est brutal car il manque une page de présentation (présente dans l’édition originale) sans doute pour des raisons de calibrage éditorial. De plus, les textes ont été remaniés (d’où l’incohérence signalée plus haut) entre l’édition originale (1949) et cette réédition. Enfin, le nom du personnage principal a été modifié : lors de la création de la série par Georges d’Estève (Stev’son) et Robert Bagage (sous le pseudonyme de Robba, avec deux B, à ne pas confondre avec Roba le père de Boulet et Bill) dessinateur et fondateur des éditions Impéria, notre héros s’appelait Targa. Pourquoi avoir modifié son nom ? peut-être pour faire croire à l’originalité de cette nouvelle série. Plusieurs dessinateurs ont participé à la série et j'ignore qui est celui qui nous intéresse dasn le cas présent.

kalar 219.jpg

XXX, La fée des mines, Kalar n° 219,
Editions Impéria et Co, 1982, p. 123-150

Commentaires

  • j'adore ce genre de bd....enfin il ne faut pas trop en lire à la suite ;-)

  • Je suis admiratif devant ce patient travail de décryptage, qui dépasse largement la valeur de son sujet!
    (Cela me fait penser, dans un autre domaine, à la traduction d'E. Poe par Baudelaire, dont on dit qu'elle est meilleure que les textes originaux);

  • @ Grand-Sachem-la-Brocante : Elles sont souvent amusantes du fait de leur naïveté.

  • @ le coucou: Merci pour le compliment, cela me touche beaucoup (et des liens, bordel, des liens :oD ). Il y a peu je discutais avec une sommité du domaine SF en France qui me disait qu'Asimov dans le texte c'était stylistiquement très plat et qu'en France on avait une des meilleures versions des textes du fait de la traduction.
    Je crois aussi que toute cette littérature que j'affectionne a connu des tirages fort importants. Quand Marcel Proust peinait à se faire éditer, le premier volume de Fantômas paraissait à 800.000 exemplaires. La littérature marginale c'est la meanstream. Des personnages comme Rouletabille, Arsène Lupin et quelques autres ont émergé. beaucoup d'autres ont sombré mais ils ont fait rêver nos aïeux. On tombe parfois sur des perles, parfois sur des daubes infâmes, je n'oublie jamais, cependant, que même les pires oeuvres ont eu un lectorat qui a peut-être pris du plaisir. On peut voir cela comme un hommage à la part immergée de l'iceberg.

  • Mon anglais ne me permet malheureusement pas de lire Asimov dans le texte original, mais ce genre de miracle doit arriver plus d'une fois. À contrario, je me souviens que mon beau-père, qui m'a fait découvrir la science-fiction, me citait «Les sirènes de Titan» (Kurt Vonnegut), comme exemple d'une mauvaise traduction en Français (Présence du futur, Denoël 1962). Ainsi: «rent a tent, rent a tent, a tent, a tent» expression absurde censée résonner dans la tête des personnages comme un ROULEMENT DE TAMBOUR, a été stupidement traduite: «louez une tente, louez une tente, une tente, une tente»… Mais je partage en grande partie ton opinion sur la littérature populaire, que j'ai pratiquée avec moins de bonheur (ou de chance) que les Leblanc et autres Zevaco (ne pas oublier Zevaco, l'inventeur, selon Sartre, du «roman de cape et d'épée républicain»)

Les commentaires sont fermés.