Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Robert Moreau, Trompette chez les Incas

Robert Moreau est un dessinateur français né en 1928 et mort en 2006. Il a publié de nombreuses histoires humoristiques pour la jeunesse dans des périodiques. Il a collaboré à Coq Hardi puis a notamment créé Touchatou, Les petites chipies, Dicky le fantastic et Trompette. Ce dernier est un gentil éléphant héros de treize histoires qui mène notre sympathique éléphantidé à travers le monde. Il visite le Far West (ça devrait plaire à Grand-Sachem-la-brocante !), Bornéo, le Japon, le Tyrol,… et bien sûr des pays d’Amérique du Sud (Mexique et Pérou).

Publié en épisodes dans Femmes d’aujourd’hui en 1966-1967, Trompette chez les Incas est repris en volume en 1983 aux Editions du Hennin/Albin Michel. Ce volume est venu récemment enrichir ma collection grâce aux bons soins de Grand-Sachem-la-brocante.

Trompette accompagne deux explorateurs-cinéastes venus au Pérou faire des prises de vues des trésors archéologiques incas. Ils sont poursuivis par deux malandrins qui souhaitent mettre la main sur le trésor des Incas.

Trompette et ses amis passent par tous les passages obligés de ces récits pour la jeunesse. On y trouve le gag du lama cracheur...


trompette_0001.jpg


... les terribles Indiens anthropophages...


trompette_0002.jpg


...les ruines incas perdues au milieu de la jungle...


trompette_0003 a.jpg


...les brigands filous, les piranhas et autres boas, la civilisation inca survivante...


trompette_0004.jpg


...les barques en jonc tressé du lac Titicaca et les ruines du temple situé sur la grande île du lac Titicaca.

trompette_0005.jpg


L’ensemble est joyeux. Les Indiens anthropophages sont de sacrés blagueurs, pas plus cannibales que n’importe quel civilisé, l’un deux indique même qu’il a passé ses bacs à Paris, qu’il a fait médecine et qu’il est abonné à Femmes d’aujourd’hui (quand on vous dit qu’ils sont parfaitement civilisés !). Les clins d’œil sont amusants comme celui-ci à l’incontournable série écrite par Henri Vernes : Bob Morane.


trompette_0006.jpg


Une petite plongée en enfance somme toute, ce qui est fort agréable.

trompette.jpg

 

Robert Moreau, Trompette chez les Incas,
Editions du Hennin/Albin Michel, 1983

Commentaires

  • Content que tu ais pu en faire un article aussi demonstratif. c'est toujours les mêmes poncifs qui reviennent, quelque soit l'âge des lecteurs! (j'avais envie d'utiliser le mot "poncif"!)

  • @ Grand-Sachem-la-Brocante : sur l'air de la tirade du nez de Cyrano:
    banalité, cliché, idée reçue, lieu commun, stéréotype, topique, truisme, vieille lune.

    Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire... Oh! Dieu!... bien des choses en somme.
    En variant le ton,-par exemple, tenez:
    Agressif: " Moi, Monsieur, si j'avais un tel nez,
    Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse ! "
    Amical: " Mais il doit tremper dans votre tasse !
    Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! "
    Descriptif: " C'est un roc ! . .. c'est un pic ! . . . c'est un cap !
    Que dis-je, c'est un cap ?. .. C'est une péninsule ! "
    Curieux: " De quoi sert cette oblongue capsule ?
    D'écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ? "
    Gracieux: " Aimez-vous à ce point les oiseaux
    Que paternellement vous vous préoccupâtes
    De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? "
    Truculent: " Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,
    La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
    Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? "
    Prévenant: " Gardez-vous, votre tête entrainée
    Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! "
    Tendre: " Faites-lui faire un petit parasol
    De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! "
    Pédant: " L'animal seul, Monsieur, qu'Aristophane
    Appelle Hippocampelephantocamelos
    Dût avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! "
    Cavalier: " Quoi, I'ami, ce croc est à la mode ?
    Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode! " ,
    Emphatique: " Aucun vent ne peut, nez magistral,
    T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! "
    Dramatique: " C'est la Mer Rouge quand il saigne ! "
    Admiratif: " Pour un parfumeur, quelle enseigne ! "
    Lyrique: " Est-ce une conque, êtes-vous un triton ? "
    Naïf: " Ce monument, quand le visite-t-on ? "
    Respectueux: " Souffrez, Monsieur, qu'on vous salue,
    C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue! "
    Campagnard: " He, arde ! C'est-y un nez ? Nanain !
    C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! "
    Militaire: " Pointez contre cavalerie ! "
    Pratique: " Voulez-vous le mettre en loterie ?
    Assurément, Monsieur, ce sera le gros lot! "
    Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot:
    " Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
    A détruit l'harmonie! Il en rougit, le traître! "
    - Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
    Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit:
    Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
    Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
    Vous n'avez que les trois qui forment le mot: sot!
    Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut
    Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
    Me servir toutes ces folles plaisanteries,
    Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
    De la moitié du commencement d'une, car
    Je me les sers moi-même, avec assez de verve
    Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve.

  • je me souvient parfaitement de cette bd, je l'ai lu!
    et joli tirade férocias!

  • Ces images me rappellent quelquechose... mais quel âge avais-je???

  • @ grande pirogue: j'ai lu cette BD à la bibliothèque de mon quartier pendant mon enfance.

  • @ Homer : elle a été publiée en 1966-1967 dans Femmes d'aujourd'hui puis en 1983 dans la version que je présente.

  • merci pour cet article. toujours heureuse lorsque je trouve un article sur mon père.

Les commentaires sont fermés.