Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paul Alpérine, L'Amazone de Juarez

Paul Alpérine. Oui je sais, ça ne dit pas grand chose à pas grand monde. Bon une page sur BDFI. Un site donne comme année de naissance 1903, on sait qu'il produisit quelques oeuvres relevant de la conjecture romanesque rationnelle (L'Ile des vierges rouges, 1936 ; Ombres sur le Thibet, 1945 ; La Citadelle des glaces, 1946 ; Les Secrets de la Mer Morte, 1949; Demain dans le soleil, 1950) et qu'il fut traducteur de Jack Vance ou de Fredd Saberhagen. Il écrivit aussi des romans d'espionnage, des romans sentimentaux, des romans historiques...

Il me faudra un jour parler du premier (L'Ile des vierges rouges) qui a pour thème les Amazones descendantes des Phéniciens parvenus au Brésil il y a bien longtemps.

Je ne causerai aujourd'hui d'aucun de ces ouvrages mais d'un roman d'aventures ayant pour titre L'Amazone de Juarez. Je l'ai découvert par hasard au détour d'un dépouillement de la publication Lisez-moi éditée par Tallandier. Lisez-Moi a été créé par Jules Tallandier en 1908. Il se décline en Lisez-Moi Bleu (plutôt pour un lectorat féminin), Lisez-moi Historia (qui devient ensuite Historia tout simplement), le site des éditions Tallandier ne mentionne que ces titres lors qu'il existait aussi Lisez-moi aventures (premier numéro le 15 mai 1948) rééditant de nombreux titres d'avant guerre à destination d'un lectorat masculin jeune (on pourra lire la recension de cette dernière publication sur le forum de BDFI). Lisez-moi aventures a déjà été évoqué à propos de la réédition dans ses colonnes du roman d'André Fougère, Les Dieux de la Cordillère.

Revenons à notre Amazone de Juarez. Ne possédant pas la collection complète des Lisez-moi, je n'ai pas encore eu accès à l'ensemble du texte (je n'en connais que la troisième et dernière partie). Il faut dire que les deux numéros qui contiennent une partie du roman ont des couvertures qui ne sont guère évocatrices:

n° 94 (25 octobre 1949) et n° 95 (10 novembre 1949)

alperine 1.jpgalperine 2.jpg

Pour ce qui concerne le contenu romanesque, voici le petit résumé qui se trouve en en tête du n° 95 (dans lequel se termine la publication du roman):

 

Alpérine 3.jpg

 

La BNF ne mentionne qu'une seule édition (mais il s'agit de la cinquième de édition dans cette collection): L'Amazone de Juarez, Editions du Myrte, 1946. J'ai cherché sur les sites de vente mais je n'ai rien trouvé.

Paul Alpérine est cité dans l'Encyclopédie de Pierre Versins et dans la monumentale bibliographie commentée des mondes souterrains imaginaires publiée sous le titre Les Terres Creuses de Guy Costes et Joseph Altairac.


Paul Alpérine, L'Amazone de Juarez, Editions du Myrte, 1946
Réédition en feuilleton, Lisez-Moi, n°?? à n° 95, Editions Tallandier, 1949.

Commentaires

  • Mille merci pour la naufragées des Amazones, que j'ai bien reçu... et déjà lu ! Vraiment très sympathique comme petit livre!

  • Les couvertures sont très engageantes ;)

  • @ Océane: entre la bonne soeur qui boit sa tisane et le pêcheur à la ligne on n'est pas certain de trouver un roman d'aventure à l'intérieur ;) Le plus drôle c'est qu'il y avait aussi de la Science-fiction dans cette publication (aux côtés de romans exotiques dans la veine de Loti, de mélodrames,de pièces de théâtre, de poésies,...)!

  • Ami des Peuples et du Soleil, je te souhaite une très bonne année 2010 ... bésitos ++

  • Il existe des trucs délirants dont je ne soupçonnais même pas l'existence.. Je crois que finalement je n'ai pas encore fait le tour de l'imagination humaine et ça me met du baume au coeur..

  • @ Eric Citoyen: bonne année à toi!

  • @ emanu124: tiens regarde ça si tu veux du truc délirant: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/archive/2007/06/21/il-faut-bien-commencer-par-quelque-chose.html

Les commentaires sont fermés.