Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Géante Rouge 16-17 - Autre Temps

Il y est des thèmes que j'apprécie particulièrement en science-fiction. Le temps en est un. Voyages dans le temps, boucles temporelles, univers parallèles, uchronies,...

La dernière livraison de Géante Rouge , fanzine de qualité, présente plusieurs particularités techniques: il s'agit d'une publication des Editions Répliques, elle est imprimée par le même imprimeur que la revue Galaxies (soit un saut qualitatif important) et propose uniquement des nouvelles. Mais des nouvelles écrites selon des règles tout à fait particulières...

geante rouge 16 17 sommaire.jpg

Les nouvelles procèdent donc d'un mode d'écriture singulier: une écriture à contraintes. En effet il n'y a pas un auteur par nouvelle, ni deux, ni trois mais quatorze. Comment cela fonctionne? Les douze nouvelles recueillies sont le fruit de la réécriture par le collectif PUAT (Pour Un Autre Temps). Il s'agit du troisième PUAT. Chaque auteur lit et réécrit-complète-modifie les autres textes. Naissent alors des oeuvres collectives, il n'y a plus d'auteur mais des co-auteurs, des co-écrivains. De la contrainte surgissent des textes qui ne sont plus exactement, voire plus du tout, ceux du départ. Le jeu est digne de l'OULIPO et ne pouvait que m'interpeller car je m'intéresse au destin des oeuvres popualires, des archétypes, types et stéréotypes sans cesse réutilisés, parodiés, coupés, récrits, remployés, reproduits, resservis, ressassés, réinvestis mais jamais exactement les mêmes car je pense (et je ne suis pas le seul) que les littératures populaires sont celles qui usent le plus de la contrainte pour être produites.

geante rouge 16 17.jpg

 

Géante Rouge n° 16/17, Collectif P.U.A.T, Autre Temps,
Editions Répliques, 2010, 113 pages, 10 euros

Oui j'achète le recueil de nouvelles!

Commentaires

  • Cela doit tout de même être un sacré exercice pour l'égo de participer à ce genre d'expérience ! Je tire mon chapeau, rien que pour le principe.

Les commentaires sont fermés.