Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Serge Lehman, Fabrice Colin, Gess & Céline Bessoneau, La Brigade Chimérique IV

brigade chimerique marque page.jpgAlors que le dernier numéro du Rocambole vient de sortir, évoquant en plusieurs pages Renée Dunan, femme écrivain d'avant 1940, auteur de quelques ouvrages ressortissant de l'anticipation anicenne (j'y reviendrai sans doute), je viens de recevoir le tome IV de La Brigade Chimérique. Les lecteurs réguliers de ce blogue savent tout l'intérêt que je porte à cette magnifique série.

Quel rapport entre les deux? Les liens qui existaient entre Renée Dunan et George Spad et leur possible-probable collaboration dans l'écriture de L'Homme Chimérique qui a servi de matériau de base aux scénaristes de La Brigade Chimérique.

Serge Lehman est un fin connaisseur de l'anticipation ancienne. Il fut l'anthologiste de Chasseurs de chimères, l'âge d'or de la science-fiction française. Dans ce volume fort paru aux éditions Omnibus, on trouve des textes essentiels choisis par les envrion 3.000 oeuvres qui constituent le fonds anticipation ancienne francophone (et pour beaucoup malheureusement méconnus): Les Xipéhuz de J.-H. Rosny Aîné (auteur de La Guerre du feu); La Roue fulgurante de Jean de La Hire; La Découverte de Paris d'Octave Béliard; Le Péril bleu de Maurice Renard; Anthéa de Michel Epuy; Les Dieux rouges de Jean d’Esme; Après la grande migration de Claude David ; Par-delà l’univers de Raoul Brémont; Le Peseur d’âmes de André Maurois; Les Signaux du soleil de Jacques Spitz; Apparition des surhommes de B.R. Bruss. Il faudrait écrire un article complet pour vanter toutes les qualités de cette anthologie. Soulignons simplement que l'exhumation de ces textes permet de montrer l'originalité de l'école française science-fictionnelle.

Fabrice Colin a été plusieurs fois évoqué ici pour son premier roman de SF, Projet oXatan qui emprunte à l'imaginaire précolombien.

La Brigade Chimérique en arrive à son quatrième tome. Chaque tome compte deux épisodes. Nous avons ici l'épisode 6 "Politique internationale" et le 7 "H-A-V-russe".
Disons-le d'emblée: c'est toujours aussi bon!

Dans l'épisode 6, le Nyctalope (qui est sans doute historiquement le premier super-héros du monde, né en 1908-1909 - sous la plume de Jean de la Hire - soit 30 ans avant Superman) a quitté Paris. A l'Institut du Radium, Irène Joliot-Curie aimerait en profiter pour introduire la Brigade Chimérique au CID (la base du Nyctalope située sous Montmartre). Mais la graphomanie de George Spad commence à poser de sérieux problèmes et, pendant ce temps, Félifax l'homme-tigre (un héros créé en 1929 par Paul Féval fils - son père est l'auteur du Bossu en 1857 ou des Habits Noirs 1863-1875 par exemple) effectue une mission de reconnaissance aux frontières de l'épouvante (il ne faut pas en dire plus, c'est mis en scène de manière tout à fait glaçante dans le 7ème épisode).

Dans l'épisode 7, le Docteur Mabuse (génie du crime créé par le Luxembourgeois Norbert Jacques et popularisé par les films de Fritz Lang), le Werewolf (un nazi loup garou) et l'Ange Bleu (les références cinématographiques foisonnent!) unissent leurs efforts pour accueillir un mystérieux visiteur alors qu'à Moscou le Nyctalope et L'Accélérateur tentent de négocier avec "Nous Autres" (du nom d'un roman de science-fiction de Ievgueni Zamiatine paru en 1920). En quelques pages, toute l'horreur nazie est dessinée. Effroyable.

Il reste maintenant à patienter pour connaître la suite de l'histoire. Tiens, je me relire l'intégrale des quatre volumes déjà parus!

Ah oui, j'oubliais: mais que va faire le lecteur qui n'y connaît rien à l'anticipation ancienne dans une pareille galère de lecture?

1/ Ce n'est pas une galère du tout si l'on ne découvre pas toutes les références implicites (il doit bien m'en manquer aussi).
2/ La série est scénarisée dans la grande tradition des feuilletonistes et donc parfaitement accessible à tout un chacun.
3/ L'univers graphique créé par Gess s'inspire du cinéma expressionniste allemand et du Bauhaus: maginfique.
4/ La documentation est très travaillée: costumes, décors, personnages, contexte,...
5/ Les volumes I-II-III sont sélectionnés pour Le Grand Prix de l'Imaginaire 2010, catégorie BD (remise des prix fin mai).
6/ Je vous redis que c'est bien

Ca fait donc six bonnes raisons de se précipiter pour l'acquérir!

brigade chimérique IV.jpg

A lire: Une autre critique sur le blogue de Rom1.

Commentaires

  • Quelle plaidoirie, maître! Si avec ça les ventes ne grimpent pas… (j'ai une réserve sur le premier super-héros du monde: qu'est-ce que tu fais des héros de la mythologie?)

  • @ Le Coucou: Les héros de l'Antiquité doivent leur statut à leur ascendance divine (parfois lointaine certes, mais au pire ils sont au moins sous la protection d'un dieu). Ils n'ont pas de double vie comme le Nyctalope ou Superman ni de costume particulier contrairement aux super-héros des comics.
    Le Nyctalope a comme pouvoir la vision nocturne (d'où son nom bien sûr, il est amusant de constater qu'Henri Vernes s'en souviendra pour Bob Morane), un costume de Justicier et cette double vie (il est Léo Saint-Clair). Achille n'a qu'un talon ;)

  • IL N'ETAIT PAS DISPONIBLE A COTE DE MON TRAVAIL !!!!!!!

    autrement je suis tout à fait d'accord, pas besoin d'y connaître grand chose en superhéros surrannés pour se piquer au jeu, c'est la même chose avec la ligue des gentlemen extraordinaires d'ailleurs.

  • toujours pas d'ordi correct mais une visite avec un ordi de prêt me fait vraiment plaisir!
    amitiés

  • Lu, dévoré, critiqué, emballé, c'est pesé.

  • argh ! toujours pas trouvé le temps d'aller dans une bonne librairie quant à moi !

Les commentaires sont fermés.