Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hausse des prix du livre suite au tremblement de terre au Chili?

Bobine papier.jpg

La hausse du prix du livre et des imprimés pourrait être une des conséquences du tremblement de terre qui a secoué le Chili. Pourtant personne ou presque n'en parle...

La pâte à papier est en effet le troisième produit d'exportation du Chili. Elle provient des grandes forêts du sud du pays et déjà depuis 1998 des problèmes existent du fait des revendications des Mapuches souhaitant récupérer leurs terres contre les grandes firmes forestières.

La raréfaction de la matière première est un des facteurs expliquant la hausse du prix du papier sur le marché européen.

Le Chili produit 8% à 9% de la pâte à papier mondiale et alimente à hauteur de 20% le marché européen. Le tremblement de terre a affecté environ 80% des sites de transformation chiliens. La mise à l'arrêt des moulins (voir l'article sur le site L'Echo - Belgique) rend la pâte à papier plus chère. : tout ce qui est rare est cher. Par exemple, la société suédoise Artic Paper a annoncé une seconde hausse de 30 euros la tonne pour le 15 juin 2010 (source).

De plus, les Chinois, afin de se conformer aux normes éco-responsables, achètent beaucoup de pâte à papier de qualité sur le marché mondiale. Le papier devient encore plus rare, donc encore plus cher.

Facteur supplémentaire, l'euro qui côtait 1,373 dollar début février a baissé aux environs de 1,33 dollar en ce début du mois de mai. Les transactions se faisant en dollars, le prix de la pâte à papier augmente mécaniquement.

Etrangement, je n'ai presque rien trouvé dans les archives des grands quotidiens nationaux - pourtant imprimés sur du papier à ce que je sache ?!? -  sur la question...

Le marché du livre sera donc touché à court ou moyen terme par cette crise du papier.

Si les grandes maisons d'édition ont un stock de papier, ce n'est pas le cas des éditeurs indépendants qui doivent trouver des imprimeurs capables de sortir des livres. André-François Ruaud, directeur littéraire, l'explique dans l'éditorial du site des Moutons Electriques pour le mois de mai.

rey des nouvelles du tibbar.jpgLe rythme de parution s'est réduit, les bénéfices attendus avec les nouveautés (qu'il est bien plus difficile de sortir) vont fondre. Alors que faire? Pour aider les petits éditeurs, il faut acheter des ouvrages à leur catalogue.

Ce mois-ci, Les Moutons Electriques proposent tout de même une nouveauté: un recueil signé Timothée Rey Des nouvelles du Tibbar. Ne cherchez pas le Tibbar Occidental sur une carte, vous risqueriez de ne pas le trouver. Un pays imaginaire sans doute...


C'était le billet économique du mois (peut-être même de l'année!).
Deux billets le même jour? Heureusement que je n'utilise pas de papier, on friserait la pénurie ^__^


Sources des illustrations:1/ crpf-poitou-charentes.fr -2/ Les Moutons Electriques

Commentaires

  • merci beaucoup de nous le signaler..
    l'effet papillon sur le papier est inquiètant..

  • merci de nous signaler cet inquiètant effet papillon sur le prix du papier..

  • Oui, je confirme ! le prix du papier s'est d'ores et déjà envolé ... Les papetiers n'avaient pas modifiés leurs tarif depuis longtemps. Cette hausse se répercutera très certainement sur divers produits (dont les livres et la presse) dans les prochains mois :-(

  • Déjà que le prix du livre en France est scandaleusement élevé.

    Vive le papier recyclé :)

    Sinon les moutons électriques, c'est bien.

  • Déjà que j'ai une pile de livres assez monstrueuse, voilà un bon argument pour ne pas la faire s'élever un peu plus...
    Non, c'est affreux ce que je dis.

    Mais c'est vrai ça, pourquoi les livres ne sont-ils pas imprimés sur du papier recyclé ?

  • @ jeanne: ça va peut-être faire augmenter la part du papier recyclé pour la fabrication des livres. Je sais qu'Actes Sud imprime sur ce genre de papier sa collection Babel par exemple.

  • @ Val: il ne faut pas croire mais la presse continue à exister et consomme pas mal de papier. Pour les éditeurs, c'est surtout Hachette qui doit détenir les stocks de papier pour livres.

  • @ Tigger Lilly et Anudar: en répondant aux commentaires, j'ai fait une petite recherche sur la question du papier recyclé pour les livres. Selon le Grenelle 2 de l'environnement, tous les manuels scolaires devraient être édités sur papier recyclé à partir de 2011 ( voir: http://www.developpementdurable.com/politique/2010/02/A4125/grenelle-2-tous-les-livres-scolaires-en-papier-recycle-des-2011.html ).
    Il me semble qu'il y a une question de qualité du papier. Le recyclé pose (me semble-t-il je le répète, je ne suis pas un spécialiste) des problèmes de grammage, de blancheur et de lissé ainsi que des soucis pour avoir du papier couché très blanc à un prix équivalent au papier non recyclé.
    Mais si certains ont des informations sur toutes ces questions, je suis preneur.

  • Merci pour ces précisions, Ferocias.

  • @ Ferocias : j'ai les mêmes infos sur le papier recyclé; on en utilise au labo. Il n'est pas blanc et le grammage n'est pas aussi bon que l'ordinaire. Il est parfait pour les impressions nécessaires dans le cadre du boulot mais je le verrais très mal dans un bouquin.

  • @ Tigger Lilly: Ferocias, au service des blogueurs depuis 2007 :)

  • @ Guillaume 44 : il y a quelques éditeurs qui utilisent du papier recyclé pour les livres, le plus souvent pour des éditions de poche et aussi à la demande des auteurs (par exemple pour des volumes de Harry Potter).

  • Et bien moi je croyais que les coûts de fabrication du papier recyclé étaient trop élevé pour faire de la grosse production de livre. tant mieux si c'est le chemin que l'on prend.

  • @ Val : c'est plus une question de qualité du papier que de coût.
    Le papier journal est surtout constitué de papier recyclé mais la qualité attendue n'est pas la même. Pour les manuels scolaires, l'impression sur papier recyclé ne pose pas non plus de gros problèmes car ce sont des livres dont la durée de vie est limitée. Ce qui est plus difficile c'est de produire des livres à l'iconographie fine ou destinés à durer dans le temps sur du recyclé.

  • Elle est belle la mondialisation écologiste qui nous dit qu'on protège les forêts françaises depuis des siècles tout en rasant les arbres des forêts d'ailleurs...

  • @ Ferocias : question idiote mais c'est indiqué sur les détails d'impression du livre ? J'aimerais bien voir ce que ça donne désormais (sur un Harry Potter, tiens par exemple).

  • @ stéphane : entre volcan et séisme, la nature nous rappelle qu'on ne peut pas faire sans elle.

  • @ Guillaume44: il y a une norme FSC (Forest Stewardship Council) ou bien une mention Imprimé sur papier recyclé qui doit être indiquée me semble-t-il.
    Greenpeace a lancé en 2005 une campagne (Plumes Vertes): http://www.greenpeace.org/france/news/initiative-plumes-vertes-d

Les commentaires sont fermés.