Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eric Vuillard reçoit un prix littéraire pour Conquistadors

prix de l'inaperçu.jpgSi la plupart des prix a tendance à récompenser des poids lourds de l'édition, des ouvrages qui ont rempli les colonnes des journaux et magazines, dont les auteurs ont multiplié les passages à la télévision, le prix de l'inaperçu prend l'exact contrepied. Il récompense un livre qui n'a pas bénéficier d'une couverture médiatique étendue ( 3 critiques maximum), qui a été peu vendu ( 1.000 exemplaires maximum) mais qui a des qualités littéraires dignes de reconnaissance.

Cette année, c'est le roman d'Eric Vuillard Conquistadors (Editions Léo Scheer, 2009) qui a remporté le prix dans la catégorie Littérature française (il y a aussi un prix Littérature étrangère, enlevé parBi Feiyu pour La Plaine) le 25 mai 2010. C'est donc une fiction mettant en scène des peuples précolombiens qui est récompensée!

J'avoue ne pas avoir lu le livre. Mais le prix de l'Inaperçu aura déjà une vertu: celle d'avoir éveillé ma curiosité et de vous la faire partager (et qui sait, peut-être qu'il rencontrera enfin son public?).

Pour commencer la présentation de l'éditeur:

« Mais que font-ils ici, tous, avec leurs lances, leurs épées, leurs casques pointus et leurs chevaux de cirque ?
Ils rêvent. Dieu a rempli pour eux de grandes bassines d’or. Ils vont manger de l’or, pisser de l’or, dormir dans des couvertures d’or. Car l’or est tout autour, ici ! là ! À l’ombre de cet arbre, il y a de l’or, il suffirait de savoir regarder, de savoir tendre la main ! L’or est à travers les branches, il transperce la peau, il ouvre le visage. Ils rêvent que tout le vert de la forêt va se transformer en or. Ils rêvent que leurs os seront de l’or. »

1532. La conquête du Pérou. La chute de l’Empire inca. Un déchaînement de violence inouï. Mais aussi la paix, la splendeur d’une nature éblouissante. Pizarre traverse les Andes avec cent quatre-vingts hommes et trente-sept chevaux. Dans quelques mois, il sera le maître du pays. L’une des plus grandes civilisations de l’Histoire aura disparu, entraînée dans le gouffre par une bande d’aventuriers brutaux et avides. Le monde change à une vitesse jusque-là inconnue. Déjà, un nouveau dieu règne : l’or.
Avec une force épique et romanesque souveraine, Éric Vuillard nous plonge au cœur de cette histoire, nous la rend soudain proche, à la fois familière et fascinante ; il en ressuscite les protagonistes, ces hommes de rien qui ont fait naître dans le sang le monde qui est le nôtre. Il livre au passage un roman inoubliable sur le mal, l’instinct de destruction, la passion de l’argent et du pouvoir : le roman de la grandeur et de la bassesse de l’homme, de la beauté et de la guerre.

Et un extrait d'une lecture du livre:

 

 

Pour finir la couverture du livre déjà ornée de la mention de son prix!

vuillard conquistadors.jpg

Pour en savoir plus:
Le site du Prix de l'Inaperçu.
La page consacrée au livre sur le site de l'éditeur.

 

Commentaires

  • Peut-être qu'on pourrait créer un prix de l'inaperçu pour les blogs? Ceux qui font moins de cent visites par jour, dont on ne parle pas trop sur les autres blogs, qui publient au moins un article inédit par semaine (et même avec une catégorie "blog qui parlent d'indiens")

  • Je trouve le prix de l'inaperçu utile dans le sens où des livres bénéficient d'une couverture médiatique importante du seul fait du succès passé de l'auteur et non de la qualité du livre. Ce prix permet de rétablir certaines injustices en matière de promotion d'un livre.

  • Intéressant, mais l'ouvrage le plus juste à récompenser ne serait-il pas celui qui a un vrai succès populaire sans qu'on en parle dans les médias officiels ?
    Dans ce cas, je crois qu'il se récompense tout seul justement par son succès !
    Le plus important est donc bien la satisfaction du lecteur plutôt que le prix !

    Mais, félicitations pour celui-ci qui parle des pré-colombiens.

  • C'est une bonne idée, ce prix de l'inaperçu.
    Quand au prix du succès populaire... on risque de récompenser tous les ans un Harlequin !

  • @ Laurent: tous les prix ont leur utilité (ou pas). Ils permettent de mettre en avant des ouvrages, c'est toujours intéressant pour les amateurs de littérature même si certains prix sont un peu galvaudés.

  • @ stephane: c'est un peu parfois le serpent qui se mord la queue: le succès permet l'accès à un prix qui va décupler le succès. Et puis certains livres, notamment chez les petits éditeurs, n'ont pas la couverture médiatique suffisante pour pouvoir espérer un succès autre que d'estime.
    Tu as raison pour ce qui concerne les succès qui doivent tout au bouche à oreille.

  • @ See Mee: il y avait aussi un festival de musique qui s'appelait Les Inaperçus. Louise Attaque y a joué... avant de connaître le succès!

  • J'étais à découvrir ce site . Je voulais à vous remercier pour votre pour ceux time pour cette merveilleuse particulièrement fantastique lire! J'ai vraiment apprécié chaque peu il et I ont également vous marque-page A voir Informations dans votre Site.

Les commentaires sont fermés.