Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jean-Philippe Rameau, Les Indes galantes [Dimanche poétique]

Les opéra-ballets ont connu un immense succès au XVIIIe siècle. dans la plupart des cas, les intrigues de chacune des entrées sont indépendantes les unes des autres mais reliées par un thème commun.

Dans Les Indes Galantes, Rameau nous conte les aventures amoureuses exotiques en Turquie, en Perse, au Pérou et en Amérique du Nord. L'oeuvre a été créée en 1735. Si le livret de Louis Fuzelier peut sembler pauvre poétiquement, il faut voir à l'esprit que ces opéra-ballets sont surtout de grands spectacles avec costumes somptueux, machineries ingénieux et décors spectaculaires.

Pour ma troisième participation aux dimanches poétiques, je vous propose un extrait de la deuxième entrée "Les Incas du Pérou" (avec en prime la video de "Brillant soleil", voir extrait du livret ci-dessous):

Résumé extrait de Wikipédia:

Le grand prêtre du Soleil, Huascar (Chassé), convoite en secret la princesse Phani (Mlle Antier). Mais celle-ci est l’amante d’un officier espagnol, Don Carlos (Jélyotte). Elle craint pour lui et le décide à s’éloigner car son peuple doit se rassembler pour la grande fête du Soleil. Survient Huascar, qui essaie de faire croire à Phani que les dieux commandent qu’elle l’épouse. Celle-ci n’est pas dupe, et Huascar laisse échapper sa jalousie contre les vainqueurs des Incas, mais les préparatifs de la fête interrompent leur entretien. La fête du soleil est le point culminant de l’entrée, et de tout l’opéra - ceci aussi bien sur le plan musical qu’au niveau de l’expression dramatique.
La première invocation de Huascar est teintée de la nostalgie des temps passés
« Soleil, on a détruit tes superbes asiles,
Il ne te reste plus de temple que nos cœurs. »
puis il traduit la gratitude des fidèles envers l’astre dispensateur de bienfaits, versets repris en chœur tout comme l’air Clair flambeau du monde. Un troisième air du grand prêtre appelle le soleil à accepter la concurrence de l’amour dans les préoccupations de ses adorateurs. De nombreuses danses entrecoupent toute cette scène, avant qu’un volcan ne se réveille, jetant la terreur sur l’assemblée. La confusion de Phani paraît donner un instant l’avantage à Huascar, qui attribue le malheur au courroux divin, mais Don Carlos fait irruption sur scène, et dévoile la forfaiture de son rival, dont les hommes ont provoqué l’éruption en jetant des pierres dans le cratère. S’ensuit un magnifique trio final, où la félicité de Phani et Don Carlos se mêle au désarroi de Huascar, qui finit par en appeler à la puissance divine pour être enseveli sous une chute de pierres.

SCENE 5

Fête du Soleil
Huascar, Phani, ramenée par des Incas, Pallas et Incas,
Sacrificateurs, Péruviens et Péruviennes

HUASCAR
Soleil, on a détruit tes superbes asiles,
Il ne te reste plus de temple que nos coeurs.
Daigne nous écouter dans ces déserts tranquilles!
Le zèle est pour les Dieux le plus cher des honneurs.

Prélude pour l'adoration du Soleil
Les Pallas et Incas font leur adoration au Soleil.

HUASCAR
Brillant soleil, jamais nos yeux, dans ta carrière,
N'ont vu tomber de noirs frimas,
Et tu répands dans nos climats
Ta plus éclatante lumière.

Air des Incas pour la dévotion du Soleil
Danse de Péruviens et de Péruviennes

 

Les dimanches poétiques, sur une idée de Celsmoon et avec la participation de

Abeille
Alex
Amos
Anjelica
Ankya
Armande
Azilis
Booksorm
Cagire
Caro[line]
Celsmoon
Chrestomanci
Chrys
Claudialucia
Daniel
Edelwe
Emma
Emmyne
Esmeraldae
Fleur

George

Hambre
Herisson08
Hilde
Julien
Katell
L'or des chambres
La plume et la page
Laurence
Lystig
Maggie
Mango
Marie
Mariel
Mathilde
MyrtilleD
Naolou
Restling

Roseau
Saphoo
Satya
Schlabaya
Sev
Séverine
Soie
Tinusia
Uhbnji
Violette
Yueyin
Zik

 

 

Commentaires

  • Ta participation m'a fait voyager dans des contrées lointaines...

  • Salut Férocias,
    J'ai trouvé cet après midi un bouquin avec de redoutables indiens Motilone, un lac Maracaïbo,une cité perdue avec des montagnes d'or et un savant fou qui en garde l'accès. C'est un roman d'Henri Vernes en bibliothèque verte de 1957 avec jaquette en papier : les rescapés de l'Eldorado.
    Si tu ne l'a pas refais moi passer ton adresse car je l'ai égarée.

    @+

  • @ Grand Sachem: Je l'ai mais ça m'intéresse si la jaquette est en bon état (la mienne ne l'est pas).

  • La première de couverture et la quatrième de couverture sont entières er assez fraiche, par contre il y a des déchirures au niveau des plis avec le dos...

  • @ bookworm: c'est avec plaisir

Les commentaires sont fermés.