Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Exposition] L'Or des Incas. Origines et Mystères à la Pinacothèque de Paris

or inca.jpgL'or d'Amérique a toujours fasciné.
Son abondance sur et dans les monuments a émerveillé les conquistadors (oubliant qu'il avait fallu parfois des siècles pour rassembler autant de sueur du soleil, c'est ainsi que les Incas appelait l'or) qui l'ont vite fait fondre afin de l'envoyer vers l'Europe.

Dans les empires aztèque et inca bien peu de pièces originales ont été sauvegardées. Il ne faut donc pas hésiter quand une exposition permet de découvrir l'orfèvrerie précolombienne.

Une exposition itinérante, L'Or sacré des Incas, a sillonné la France pendant plus d'un an. Sans nier la qualité de l'ensemble proposé, indiquons que cette exposition avait pour but d'impressionner les visiteurs, ce qu'elle fit assurément, dans des lieux comme les foires-expositions.

l'or des incas pinacotheque.jpgDu 10 septembre 2010 au 06 février 2011, à la Pinacothèque de Paris, se tiendra l'exposition L'Or des Incas. Origines et Mystères dont l'orientation scientifique sera sans doute plus affirmée même si, les lieux y invitent, l'aspect esthétique sera certainement dominant:

Les Incas ont dominé les Andes durant un siècle (1400-1533). Lorsqu’ils s’installent dans la région de Cuzco au XIIIème siècle, dix civilisations s’y sont déjà succédées. Les Incas sont donc les héritiers de traditions sophistiquées élaborées pendant plus de 3000 ans.

 

Considéré comme la « sueur » du soleil, divinité suprême du panthéon animiste inca, l’or est étroitement associé au rituel religieux. L’empereur inca étant l’incarnation humaine du soleil, l’or est également central dans la représentation du pouvoir. C’est un outil de différenciation sociale pour l’élite et un élément indispensable du trousseau funéraire du défunt. Il se décline en une grande variété d’objets, tous présents dans l’exposition: couronne, diadème, boucles d’oreilles, ornement nasal, épingle, vaisselle rituelle, pectoral, collier, figurine ou ornement. Le travail de l’argent, métal associé à la divinité lunaire, est également très répandu dans les Andes et des œuvres de grande qualité sont exposés à travers deux cent cinquante-trois œuvres émanant des plus prestigieux musées péruviens.

 

Cette exposition est réalisée en association avec Artematica et la Fondazione Brescia Musei.

 

or des incas dadavidov.jpgUn hors série du Figaro vient de paraître sur L'or des Incas (merci à Dadavidov pour la photo ;) ).
Au sommaire:

1/ Trésors d'une exposition
2/ 12 journées de la vie d'un empire (on trouvera un "chapitre" sur L'Eldorado, Les Conquistadors, La mort de l'Inca,...)
3/ Les secrets d'une civilisation perdue (avec la mise au point de Marisa Bueno et Bruno Peltier sur le mythe inca en occident)
4/ Complément d'enquête (avec notamment un article sur Tintin au pays des Incas et un entretien avec Antonio Aïmi, commissaire de l'exposition à la Pinacothèque).

 

figaro-hs-53 1.jpg

figaro-hs-53-sommaire1.jpg

 

 

 

Commentaires

  • Ca a l'air superbe et passionnant...dommage que le vénéré employeur de Grand-sachem n'organise pas de Pow-wow à Paris ces jours ci!
    De toute façon Grand-Sachem ne comprend pas ce que c'est qu'un "pinacothèque"? Qu'est-ce qu'on y range?

  • @ Grand Sachem: je ne sais pas si je pourrais y aller et éclaircir le mystère de la pinacothèque ;)

  • Tsss, c'est évident ce qu'on met dans une pinacothèque... des pinaco. Bon d'ailleurs, la pinacothèque propose toujours de très bonnes expositions mais pas très logiques parce que l'or des Incas dans un endroit censé proposer des peintures, c'est étrange :-)

    Je vais y aller. Ça a l'air très intéressant même si je suppose qu'en effet, ça risque d'être plus artistique que scientifique.

  • 1 exposition à ne surtout pas manquer.

  • @ Isil: tu nous raconteras?

  • @ ludo: pas sûr que je puisse y aller justement :/

  • je ne suis pas fan du tout de la pinacothèque: l'entrée est chère et y a peu de salles d'exposition, donc peu de choses à voir...mais, faut y aller pour le savoir

  • @ marsupilamima: il y a ici plus de 200 pièces qui n'ont jamais été exposées en France, cela peut valoir le coup (et le coût :) ).

  • si effectivement, elles sont exposées, ça vaut le coup. Leur exposition de remnrandt à vermeer n'avait qu' un seul vermeer (ce qui n'a rien de surprenant) mais ils se sont servis du nom pour attirer les foules, les fools...pas bien. Mais je ne suis pas bûtée et je crois que l'expo munch était très bien. Ce n'est pas parce qu'un lieu est privé à fort succès commercial qu'il faut y renoncer, j'en conviens d'ailleurs.

  • Allez voir l'exposition, elle est superbe et unique par la profusion des objets présentés.
    Je vous déconseille en revanche le hors-série du Figaro, véritable réquisitoire à charge contre cet empire inca dont on se demande bien ce qu'il est venu faire dans cette galère : on nous explique en effet longuement à quel point les Incas ne sont pas à l'origine des principales pièces de l'exposition (ok mais les Incas n'y sont pour rien si la Pinacothèque appose un titre racoleur et si les Espagnols ont fondu son trésor depuis longtemps!), ensuite c'est parti: empire "arriéré" (a t-on jamais utilisé ce qualificatif à l'encontre d'autres civilisations "bien de chez nous", l'Egypte ancienne par exemple?), comparable au mycénien grec (mais pas plus!) , état guerrier, totalitaire, autoritaire (sans un mot bien sûr sur le régime colonial, bien pire, qui a suivi et à l'origine de la nostalgie inca) et autres allégations fantaisistes qui ne citent aucune source, l'objectivité étant quand même à mettre en question lors de tout projet colonial qui va chercher ensuite à se légitimer. Je sais bien que la tendance actuelle des chercheurs hispanisants est de noircir le passé précolombien, mais là on frise le racisme anti-indien!

  • @ xochitl: j'ai préféré le cahier Connaissances des Arts

Les commentaires sont fermés.