Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Uchronie] Quelques mots sur Charles Renouvier (2)

Pour certains, dont je suis mais je ne sais pas quelle est la proportion d'amateurs de SF qui sont dans le même cas que moi, l'utopie est à l'origine du courant science-fictif. Conjecture romanesque conjecturale l'utopie? Oui car l'on part d'un Et si... et cela nous ramène vers une dimension de la SF qui a parfois été très largement supplantée par les sciences dures, à savoir la part des sciences sociales.

J'ai trouvé sur Gallica qui concerne le livre fondateur de Charles Renouvier cette note de bas de page dans un tiré à part d'un chapitre d'un écrit par un Franc-Maçon, le Frère Benoit Malon, membre du Grand Orient de France, en 1889 et qui porte comme titre "L'Evolution morale et le socialisme" (pages 39-40) :

(1) Dans un livre trop peu connu : Uchronie, histoire de la civilisation européenne, comme elle aurait pu être et comme elle n'a pas été, Ch. Renouvier, fait vivement ressortir ce défaut du stoïcisme. Il suppose que Marc-Aurèle, se reconnaissant meilleur philosophe que bon empereur, a cédé l'empire à certaines conditions à son lieutenant Varus. Celui-ci ferme les cirques, abolit graduellement l'esclavage, reconstitue les libertés communales, réforme l'impôt et établit la République. Une Europe nouvelle naît et se développe. Lorsque les Barbares du nord tentent leurs invasions du cinquième siècle, ils se trouvent devant d'innombrables légions de libres citoyens fortement attachés à leur sol natal en vertu d'un système agraire plus radical que celui des Gracques, et ils sont facilement vaincus et refoulés en Orient. Là, sous l'influence des évêques et des fanatiques chrétiens, les hordes germaniques adhèrent au christianisme qu'elles féodalisent, et bientôt, à la tête de toute la moinerie catholique, elles tentent de nouveau la conquête de l'Occident, sous prétexte que les Infidèles gardent à Rome le tombeau des apôtres Pierre et Paul. Les Germains sont encore vaincus par les fédérés républicains d'Occident. Mais cette nouvelle victoire a pour résultat de faire réfléchir les vaincus ; ils s'éprennent de la civilisation occidentale, et au retour ils proclament la réforme religieuse et entrent dans le cercle des peuples, occidentaux, dont la marche vers le progrès est si rapide qu'en l'an 1000 ils se sont déjà constitués en États-Unis d'Europe s'épanouissant chacun dans la paix générale, dans la liberté politique et dans la justice sociale. C'est une forte et juste critique que cette utopie d'un sage et savant philosophe contemporain.


Billet publié dans le cadre du Winter Time Travel lancé par Lhisbei

Les commentaires sont fermés.