Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'effet Anticipation Ancienne 2: Joseph Altairac

 

Après Patrick Marcel, c'est au tour de Jospeh Altairac de se prêter au jeu des questions sur l'anticipation ancienne. Faut-il présenter Joseph? Grand connaisseur du domaine qui nous intéresse en ce moment, essayiste à la bibliographie imposante, on lui doit un ouvrage totalement fou rédigé avec son compère Guy Costes consacré auxTerres Creuses. Bibliographie commentée des mondes souterrains imaginaires. Il est aussi un forumeur respecté sur ActuSF ou BDFI, collaborateur à Génération science-fiction, propose des conférences,... 

Avec Joseph, ce sont des conversations (accompagné de MM, JLB, GC,..) échangées lors de salons et autres rendez-vous fandomiques, sur des forums, principalement BDFI. C'est aussi sa générosité, son partage de son immense culture. Disciple de Pierre Versins, il est de ceux qui transmettent une culture SF qui n'a pas oublié son passé. 

 

L'amateur d'anticipation ancienne

1/ Comment avez-vous découvert ce que l'on nomme l'anticipation ancienne?

sf,science-fictionLa préface du premier volume de la collection "Les chefs d'oeuvre de la science-fiction" chez Rencontre, dirigée par Jacques Bergier, que j'avais fait commander par mes parents (l'annonce était dans "Télé 7 Jours"). Bergier citait des vieux textes fin XIXe et début XXe. J'avais fait une liste, et je m'étais précipité à la bibliothèque municipale pour n'en trouver... aucun. J'ai alors été horriblement traumatisé, et j'en ai gardé une grande méfiance des bibliothèques publiques, qui a été longue à s'estomper... Ensuite, l'"Encyclopédie" de Versins et "Le Panorama de la SF" de van Herp, découverts à leur sortie (un an après pour le Versins, je dirais, tout de suite pour le van Herp).

2/ Quel est l'intérêt, au XXIe siècle, de lire ces vieux textes tout de même un peu oubliés, avouons-le?

Pour moi, c'est surtout l'intérêt de voir comment nos ancêtres imaginaient le futur et comment on spéculait sur les sciences dans la fiction. Cela me passionne, cette notion de "conjecture romanesque rationnelle" proposée par Versins. Le côté "recherche" de textes me passionne aussi, et mon plus grand plaisir est de trouver des choses qui ne sont pas recensées. Enfin, il y a quelques "plumes" chez ces auteurs anciens, des écrivains qui avaient un talent personnel. Mais on en fait vite le tour, de cette catégorie... C'est vraiment les "idées" et leurs "déclinaisons" qui me passionnent, à ce niveau.

3/ L'amateur d'anticipation ancienne n'est-il pas un nostalgique?

Pas du tout, vu (pour moi, en tout cas, malgré mon grand âge...) que je n'ai pas connu les époques où étaient publiées ces vieilleries. En revanche, on peut avouer un intérêt pour certains objets anciens, mais ça n'a guère de rapport avec la nostalgie (ma nostalgie à moi, c'est la SF des années 70).

4/ Si vous deviez citer quelques auteurs et quelques textes qui vous semblent importants, lesquels choisiriez-vous?

sf,science-fictionJacques Spitz, sans doute en tout premier. Théo Varlet, Gustave le Rouge (les deux romans martiens). Maurice Renard. Rosny, bien sûr ! Jules Verne (ce n'est pas parce qu'il est tout le temps réédité qu'il ne faut pas rappeler que c'est un écrivain formidable...), Messac.

Rééditions

5/ Depuis plusieurs années, des rééditions sont proposées par des  maisons d'édition. Nous avons eu l'anthologie Chasseurs de chimères, Les Moutons Electriques ont réédité Les Main d'Orlac de Maurice Renard et vont publier un recueil de trois romans de Léon Groc, Manucius s'est lancé dans l'oeuvre de Gustave Le Rouge en proposant son roman Le Mystérieux docteur Cornélius,... est-ce le signe d'un regain d'intérêt ou simplement le chant du cygne?

sf,science-fictionNi l'un ni l'autre, à mon sens. Depuis le début des années 70, il y a eu assez régulièrement des entreprises de réédition des grands textes. Il y a eu des séries chez Marabout (Léon Groc, Magog, Spitz, Moselli, Rosny) en 10/18 (les Le Rouge), et A&D (Spitz, les romans de Science & Voyages), les Messac avaient été réédités, il y a eu la collection "Le passé du futur" chez Grama avec des trucs genre Renard, Robida, Nau, Proumen, des Paul d'Ivoi chez J'ai Lu...

6/ Des rééditions de textes anciens ont déjà été lancé dans les années 1970 par exemple (Sur l'Autre face du monde dans la collection Ailleurs et demain, beaucoup de romans chez Marabout). En définitive, l'anticipation ancienne a-t-elle vraiment disparu à un moment pour l'esprit curieux?

Déjà répondu au dessus. Il y a un intérêt entretenu depuis longtemps (depuis les débuts même de la revue "Fiction") grâce à des gens comme Bergier, Bridenne, Versins, van Herp, Lacassin (hélas tous disparus...), mais ils ont laissé des disciples.

Généalogie

7/ Pourquoi n'y-a-t-il jamais eu de véritable histoire de l'anticipation scientifique française alors qu'il y a plusieurs histoires de la SF?

Il y a une thèse de Bridenne, en plus du petit essai que l'on connait. En fait, Versins couvre pas mal le domaine, dans son encyclopédie, même s'il se dit généraliste. A bien y regarder, elle est très, très largement consacrée à la SF ancienne française... Un des problèmes est qu'à la différence de la SF, ce n'est pas un genre constitué. il faut donc quand on fait cette histoire mettre dans un même ensemble des textes extrêmement disparates, qui entretiennent entre eux des liens qui ne sont pas évidents, en dehors du côté "conjecture". L'angle d'approche n'est pas facile à trouver (c'est d'ailleurs un peu pour ça qu'avec mon copain Guy, c'est une "encyclopédie" de la "conjecture' à la Versins (uniquement francophone et jusqu"en 1950) que nous sommes en train de rédiger, pas une histoire...)

8/ Les Européens en général et les Français en particulier ne feraient-ils pas un complexe d'infériorité par rapport à la production massive d'outre-Atlantique?

Ce n'est pas un complexe, c'est un fait. Pour les Français, en tout cas.

Filiations

9/ Les courants comme l'uchronie et le steampunk sont-ils des vecteurs de redécouverte des textes anciens?

Un peu, sans doute.

10/ Comment peut-on expliquer la tendance actuelle d'un certain nombre d'auteurs qui puisent une partie de leur inspiration dans ce corpus (de Jean Marc Lofficier à Serge Lehman pour en citer quelques-uns)?

Il faut le leur demander... Perso, je trouve ça sympa (notamment la superbe BD scénarisée par Lem) [1], mais c'est très périphérique à l'intérêt de la SF, pour moi. Les textes anciens, ça va, je les connais...

Avenir

11/ Les nouveaux supports d'édition (ebook,...) peuvent-ils aider à une meilleure connaissance de ce domaine?

sf,science-fiction... ça facilitera l'accès, en tout cas. J'insiste sur le miracle d'un outil comme Gallica qui est formidable, pour les chercheurs pointus. C'était inespéré. L'ampleur du succès public, je ne sais pas (honnêtement, je pense que ça restera très limité, mais on ne sait jamais) , mais l'accès des textes sera, et est déjà facilité pour les chercheurs et les curieux (du genre furieux...)

12/ Pour finir, pensez-vous que l'anticipation ancienne a un avenir?

C'est sûr ! Déjà, pas mal des chefs-d'oeuvre de ma jeunesse apparaissent comme des choses un peu surannées aux yeux des jeunes lecteurs... l'anticipation ancienne de demain est déjà là !

sf,science-fiction

 

Merci à Oncle Joe pour ses réponses!

 

[1] Il s'agit de la série La Brigade chimérique

Commentaires

  • Voila qui est bien intéressant. de toute façon ce que dit Oncle Joe est toujours très intéressant (il parvient même à rendre la vie de sa cafetière intéressante le bougre).
    reste à définir plus précisément "anticipation ancienne" puisque l'anticipation se périme vite ...

  • @ Lhisbei: tu es la prochaine (dès demain ;))
    Oui anticipation ancienne est un terme à définir. Disons que sur BDFI on parle d'imaginaire ancien quand les textes datent d'avant 1950.

  • Voilà donc que m'sieur Joe chuchote avec sa cafetière!... C'est du hard boiled conjectural.

  • Férocias, tu es bien kamikaze, définir l'anticipation ancienne... ça fait peur.

    (et sur BDFI, l'imaginaire ancien, c'est celui d'avant 1945 qui n'avait pas été libéré encore :) C'est assez arbitraire, juste une question de commodité pour ceux qui sont réfractaires à la poussière. D'un autre côté, c'est plus aisé pour la vie quotidienne de l'amateur)

  • Intéressant comme tout et ça me rappelle que je voulais me mettre à la lecture du Mystérieux Docteur Cornélius.

  • marrant , on retombe dans le meme piege que la tentative de definition de la science-fiction ( SF est bien mieux , car plus neutre :) ) , et la, certains prennent le mot " anticipation ancienne" ( AA ? :) surtout pour " anticipation " , anticiper , alors que cette literatture c'est deja de la SF : il y a les romans avec une volonté anticipatrice ( verne , mais pas que ) ou purement de l'aventure ( je ne trouve pas que les romans martiens de le rouge soient anticipatifs...) , il y a deja des polars scientifiques ( voir l'etude de messac ) les ET ( Star ou Psi de Cassiopée ecrit en 1854 ) etc etc : certaines thematiques ne sont pas encore abordée a l'epoque , le style differe mais globalement c'est kif kif ( apres je laisse la bataille d'experts aux intellos )

  • Définir l'anticipation ancienne est en effet un exercice assez périlleux pour ne pas dire "casse gueule"et les puristes risquent de ré-ouvrir le débat. En tout cas moi je me m'y risquerais pas. Toutefois, et c'est personnel c'est une zone qui pourrait s'arrêter à partir du moment ou le genre "science fiction" a été défini en France en tant que tel (le problème lorsqu'un genre reste dans le flou, les romans de Jacques Spitz étaient qualifiés de "Fantastiques" car possédaient pour l'époque un caractère extraordinaire)et que la véritable première collection spécialisée est apparue dans les librairies. Il y a bien évidemment une zone "crépusculaire" vers les années cinquante mais il faudrait laisser cela aux historiens de la SF.Comme il n'existe pas de véritables études sur le sujet ( c'est bien Férocias d'avoir posé la question)il ne nous reste plus qu'à nous faire nos propres limites. Mais tout cela est assez subjectif, reste le plaisir de lire avant tout, les controverses c'est bon pour les politiques, nous c'est la foi qui nous anime.
    Les réponses de Joseph Altairac sont courtes mais précises, une qualité qui semble parfois me faire défaut!
    Au fait j'espére que nous aurons les honneurs d'un questionnaire adressé à Guy Costes.
    En tout cas une excellente initiative, qui alimente de nouveau le sujet.

  • @ Cirroco: attention avec ton humour si particulier ;)

  • @ Cirroco: j'ai tendance à pousser jusque vers 1950 avant la grande vague US.
    Définir est toujours difficile. Mais donner des bornes temporelles est tout de même commode.

  • les tentatives de définition divisent toujours autant à ce que je vois, peu importe le thématique. espérons que ces questionnaire feront avancer le débat :)

    (pardon Ferocias, j'ai comme l'impression d'avoir lancé un troll bien velu sur ton blog...)

  • @ Efelle: je ne peux que t'y encourager!

  • @ jeanyves: anticiper, extrapoler ou imaginer? Question de vocabulaire qui ne risque pas d'être résolue ici.

  • @ boutel: les études sont soit anciennes soit partielles. Il y a eu des "coups de sonde" dans le corpus. Pourtant 3.000 textes (chiffre souvent avancé) c'est à la mesure de l'Homme.

  • @ Lhisbei: les trolls c'est très bon pour le Blogonet ;)
    Non tu as raison de poser la question. Pour moi c'est une question d'époque, de limites dans le temps. D'autres pensent de manière différente (thèmes abordés, écriture,...). Le débat mérite d'être posé.

  • Fichtre, un débat...sur un tel sujet assez délicat! mais pourquoi pas, il faudrait en discuter autour d'une table.
    3000 c'est le chiffre avancé par Lehman je crois sur le site de la brigade chimérique je pense qu'il est en dessous mais bon...moi et les chiffres. Pour les études en effet à par Bridenne et des fragments de Messac de ci de là....il faudrait tous s'unir et faire un recensement, une sorte de dico virtuel on l'on inscrirait tous les ouvrages de "vielle anticipation".Avec une page ouverte aux participant et qui rajouterait au fur et à mesure : titres,auteur, édition, année de parution.Gros boulot mais nous avons tout le temps. A réfléchir non? ( si je délire il faut m'arrêter)

  • Férocias, je ne faisais pas d'humour particulier mais du pébroke vengeur à la miss Silver, la victime aura compris :D

    Sinon et comme je le disais, les bornes temporelles me vont très bien au quotidien (on n'est pas obligé de faire une recherche existentielle sur le sens de la conjecture tous les matins) si elles ne sont pas, comment dire, en kilomètres bornés de ciment armé (slang prépriestvert)

    Teddy, tu délires, mais surtout, ne t'arrête pas :)

  • comme pour l'anticipation ancienne , je ne serais pas etonné que les articles sur elle , contemporains ou non , soient plus nombreux que l'on ne pense : peu d'interet = peu de recherches sans doute sur la chose ( l'etude de JJ.Bridenne a peut etre une annexe de references ?)
    apres , perso , c'est evidement une question de dates , meme subjective : en plus des thematiques , une façon d'ecrire differente doit sans doute émerger a partir d'une certaine époque . Et il est certains qu'apres 1950 et l'arrivée de la vague de traduction americaine , des auteurs continuaient à écrire " à l'ancienne " , de meme certains auteurs etaient précurseurs avant guerre . J'ai tendance a mettre surtout le XIX jusqu'au année 30 pour l'AA , avec dedans des romans qui détonnent ( rosny ainé par ex.) mais pour moi , l'AA c'est de la SF tout simplement

  • @ Boutel: Serge Lehman parle de livres plus que de textes me semble-t-il. Ta proposition n'est pas délirante. Il faudrait peut-être voir avec l'équipe de BDFI.

  • @ Cirroco: euh oui! Bon si on prend les termes "Anticipation ancienne" ce serait une vision du futur (anticipation) faite dans le passé (ancienne). Mais alors que faire des extrapolations, des romans préhistoriques, des uchronies et tout le bazar?
    Imaginaire ancien ça ne convient pas non plus parce que on apporte le merveilleux et le fantastique.
    SF (pré- proto- tout ce que l'on veut)?
    Merveilleux scientifique: j'aime beaucoup l'expression et le Maurice eh ben c'est un caïd!

  • Férocias, tu mélanges des messages d'origines diverses et incontrôlables! Pour le coup, je ne sais pas de quoi tu me parles en me causant avec ton clavier.

    Anticipation ancienne est parfait pour les anciens récits qui parlent de futur. Imaginaire Ancien est très bien comme fourre-tout multigenre. Merveilleux Scientifique m'apparait judicieux pour tous les romans basés sur les progrès hypothétiques de la science. On est donc tout à fait d'accord, non?
    Pour le "proto" qui semble te troubler, voici mon point de vue sur la proto science-fiction.

    D'une part, PROTO, ça correspond à une réalité historique. Pour étayer ma déclaration, la définition du Larousse :
    ---"Préfixe, du grec prôtos, premier, exprimant le premier rang, la priorité ; en linguistique historique, il sert à désigner un état de langue antérieur à sa différenciation en dialectes
    En archéologie, il désigne l'étape d'une réalisation (protoporcelaine) ou d'une séquence culturelle (protodynastique) proche de l'accomplissement."---
    La première définition exprime bien le bazar qui a résulté de l'inconscience littéraire des primo-auteurs qui croyaient juste écrire des histoires (smiley waf-waf). La deuxième définition me semblant parfaitement adaptée aux fouilles que les amateurs de vieille conjecture pratiquent avec passion.

    Et d'autre part, SF renvoie au problème suivant :
    Personne ne connaît le nom de Dieu ni celui que devrait porter la SF (et pas mieux sa substantifique moelle). Le problème étant déplacé sur ce cas d'école qui obsède déjà tous les amateurs de science-fiction moderne, je peux désormais nommer ce qui est avant proto sans me poser plus de questions. :P

    Pour conclure, j'aime bien "conjecture rationnelle /ou/ irrationnelle", cela m'aide toujours beaucoup quand j'hésite sur la teneur d'un roman. Mais ce n'est pas très joli et encore moins percutant.

  • Allons-y pour conjecture rationnelle ancienne :)

  • on a tous nos definitions , car il n'y a tout simplement pas de definition généralisable a tous les ecrits conjecturo-ir-rationnels :)
    perso je met en proto-sf tout ce qui est anterieur a frankenstein/shelley( 1818 publication , 1816 pour son idee , apparement ) , surtout parceque pour moi c'est illisible ( meme s'il y a parfois des idees novatrices ) et en AA tout ce qui est entre cette date et l'avant seconde guerre mondiale ; avec donc toujours des exceptions , reelles ou subjectives ( "ravage" est-il "moderne" ? " xipehuz " est-il AA ?

Les commentaires sont fermés.