Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'effet Anticipation Ancienne 4: Georges Bormand

Georges Bormand n'est peut-être pas très connu du grand public mais c'est une figure dans le fandom SF, on le croise dans les conventions, salons,... Ses interventions sont toujours empreintes d'érudition. Correcteur chez AOC (fanzine Aventures Oniriques et Compagnie), rédacteur dans Présences d'Esprits, collectionneur, chineur et aussiblogueur, Georges Bormand ouvre ici la réflexion sur l'anticipation ancienne vers d'autres horizons notamment anglo-saxons.

L'amateur d'anticipation ancienne

1/ Comment avez-vous découvert ce que l'on nomme l'anticipation ancienne?

anticipation ancienne,sf,interviewEn même temps que la science-fiction moderne, au fur et à mesure de mes lectures. Après avoir pris comme beaucoup une bonne dose de Jules Verne et de Herbert-George Wells, je suis tombé sur Ralph 124 C 41+ dans ma découverte de Satellite, sur José Moselli, Léon Groc, Jacques Spitz au fur et à mesure de leurs reparutions chez Marabout, etc....

2/ Quel est l'intérêt, au XXIe siècle, de lire ces vieux textes tout de même un peu oubliés, avouons-le?

Ils fournissent au nouveau lecteur des portes d'entrée souvent moins difficiles que les textes récents. Et, pour l'amateur déjà habitué, des surprises toujours renouvelées sur ce qui avait pu être imaginé il y a cent ans.

3/ L'amateur d'anticipation ancienne n'est-il pas un nostalgique?

Pas forcément. Chercher à bâtir du nouveau peut amener à rechercher les bases anciennes.

4/ Si vous deviez citer quelques auteurs et quelques textes qui vous semblent importants, lesquels choisiriez-vous?

Un auteur majeur pour moi, presque inconnu en France : Francis Stevens, dont j'ai trouvé par hasard une réédition parue aux USA en 1975 de l'oeuvre majeure, The Heads of Cerberus, oeuvre citée par Jacques Sadoul dans son Histoire de la science-fiction moderne. Quelques autres textes intéressants. Un auteur redécouvert par les éditeurs français il y a peu lorsque ses oeuvres sont tombées dans le domaine public: Stanley Weinbaum.

anticipation ancienne,sf,interviewLa Sphère d'or, d'Erle Cox

Dans l'anticipation française, je citerai les "classiques" que sont La Roue fulgurante (de Jean de la Hire), La Guerre des mouches (de Jacques Spitz), Le Péril bleu (de Maurice Renard), La Fin d'Illa (de José Moselli), La Planète de cristal (de Léon Groc); j'y ajouterai l'oeuvre complète de J H Rosny Aîné et, hors domaine français, R.U.R. et La Guerre des salamandres de Karel Capek, les Oeufs fatidiques de Mikhail Boulgakov...

Rééditions

5/ Depuis plusieurs années, des rééditions sont proposées par des maisons d'édition. Nous avons eu l'anthologie Chasseurs de chimères, Les Moutons Electriques ont réédité Les Mains d'Orlac de Maurice Renard et vont publier un recueil de trois romans de Léon Groc, Manucius s'est lancé dans l'oeuvre de Gustave Le Rouge en proposant son roman Le Mystérieux docteur Cornélius,... est-ce le signe d'un regain d'intérêt ou simplement le chant du cygne?

Pas d'opinion sur ce sujet.

6/ Des rééditions de textes anciens ont déjà été lancé dans les années 1970 par exemple (Sur l'Autre face du monde dans la collection Ailleurs et demain, beaucoup de romans chez Marabout). En définitive, l'anticipation ancienne a-t-elle vraiment disparu à un moment pour l'esprit curieux?

Non, sans doute

Généalogie

7/ Pourquoi n'y-a-t-il jamais eu de véritable histoire de l'anticipation scientifique française alors qu'il y a plusieurs histoires de la SF?

Parce qu'il est plus facile de trouver les documents et les références sur la SF et qu'une histoire de l'anticipation scientifique aurait trop de difficulté à oublier un nombre importrant de textes parus de ci de là...

8/ Les Européens en général et les Français en particulier ne feraient-ils pas un complexe d'infériorité par rapport à la production massive d'outre-Atlantique?

Un double complexe infériorité/supériorité : la preuve que nous sommes mieux qu'eux, c'est que nous ne nous abaissons pas à écrire de la SF.

Filiations

9/ Les courants comme l'uchronie et le steampunk sont-ils des vecteurs de redécouverte des textes anciens?

De façon tout à fait exceptionnelle; tant uchronie que steampunk se contentent en général de citer les auteurs et textes connus de tout le monde: Verne et Wells.

10/ Comment peut-on expliquer la tendance actuelle d'un certain nombre d'auteurs qui puisent une partie de leur inspiration dans ce corpus (de Jean Marc Lofficier à Serge Lehman pour en citer quelques-uns)?

Ce corpus est tellement riche qu'il serait lamentable de ne pas le restaurer et s'en inspirer !

Avenir

11/ Les nouveaux supports d'édition (ebook,...) peuvent-ils aider à une meilleure connaissance de ce domaine?

A priori, ils devraient pouvoir aider à la réédition de nombreux textes oubliés et désormais dans le domaine public...

12/ Pour finir, pensez-vous que l'anticipation ancienne a un avenir?

Pas d'avis sur ce point. L'avenir n'est pas écrit.

 

Merci à Georges Bormand d'avoir bien voulu répondre à ces quelques questions.

Commentaires

  • Ta série d'interviews est vraiment très réussie.

  • @ Guillaume44: merci! J'ai récupéré une bonne quinzaine d'interviews et espère en avoir encore d'autres qui donneront des éclairages différents et complémentaires.

  • Georges est concis dans ses réponses et j'adore celle-ci
    "la preuve que nous sommes mieux qu'eux, c'est que nous ne nous abaissons pas à écrire de la SF."
    c'est bien analysé et restitué je trouve

  • @ Lhisbei: oui c'est bien vu!

  • Bravo à ce site et cette interview.
    Merci de nous faire découvrir ces oeuvres anciennes, d'un temps où l'on savait rêver et faire rêver. Leur retour à la mode prouve bien qu'elles possédaient quelque chose qu'on ne trouve plus forcément aujourd'hui.

Les commentaires sont fermés.