Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'effet Anticipation Ancienne 10: Christine Luce

ruaud space opera.jpg

Christine Luce est une collectionneuse de SF, de romans d'aventures, de vieux polars, de contes et de belles éditions, contributrice àBDFI et au forum A Propos de Littérature Populaire. Elle collabore aux Moutons Electriques où elle a notamment  signé avec André-François Ruaud un article consacré au Docteur Who dans Space Opera! et prépare deux volumes en collaboration , le premier surLes Détectives  de l'Etrange et le second sur les Détectives victoriens. Et last but not least, elle contribue régulièrement à alimenter ma collection de fictions précolombiennnes.

1/ Comment avez-vous découvert ce que l'on nomme l'anticipation ancienne?

"Comme Jourdain, sans en avoir l'air, dans les legs littéraires de la jeunesse vernienne de mon père et du sien, quand j'avais dix ans"; en même temps que Wells, Orwell, Poe et Barjavel, un peu après les ebly et les martiens invitèrent les hommes.jpgromans de Philippe Ebly et un peu avant les écrivains de l'âge d'or chez J'ai Lu et en Livre de Poche et dans la foulée des auteurs des années 70-80. Je n'ai découvert qu'une bonne quinzaine d'années plus tard la distinction entre tous ces auteurs et qu'on parlait usuellement d'anticipation et non de science-fiction pour la littérature française. Maintenant que je ne suis plus une enfant, je réalise que quatre ou cinq générations ont lu la prose vernienne auparavant bien qu'elle soit née pour moi en 1972, quelle claque! Donc, CQFD et grosso modo, des romans écrits en France jusqu'à peu près la seconde guerre mondiale sont en général de l'anticipation ancienne, j'ai bien peur que cela ressemble au rayon SF de Spinrad.... Il faut quand même noter que j'ai encore des difficultés à assimiler "ancienne" en bonne endoctrinée littéraire pour qui cela qualifie plutôt les auteurs de l'antiquité, à la limite jusqu'au moyen-âge, et qu'Anticipation se réfère toujours dans mon esprit à la collection du Fleuve Noir. J'aime mieux "proto-SF", ce qui porte les germes de la science-fiction, dans le sens historique antérieure à sa différenciation en interprétations, mais je me sens assez solitaire dans cette faction déviationniste. Bref, es-tu sûr que je corresponde vraiment au profil de "l'amateur d'anticipation ancienne"? Si oui, tu peux t'arrêter à la moitié de la première phrase qui est l'essence de la réponse directe et que j'ai mise entre guillemets! Et je continue en faisant comme si :)

2/ Quel est l'intérêt, au XXIe siècle, de lire ces vieux textes tout de même un peu oubliés, avouons-le?

D'abord, se faire plaisir conjugué à tous les temps. Et pourquoi devrait-on se limiter aux dernières productions? C'est comme s'il était indispensable d'utiliser une auto modèle 2011 et ne jamais sortir à pied pour être en phase avec son époque qui, intrinsèquement, sera de toute façon la sienne. La diversité des points de vue est, pour moi, la base de l'évolution et nécessite la possibilité de faire des choix. C'est finalement relativement simple en ce qui concerne la littérature qui est de plus en plus accessible avec les nouvelles technologies.

3/ L'amateur d'anticipation ancienne n'est-il pas un nostalgique?

Voir ci-dessus. Et j'ajouterai clairement que ce n'est pas mon cas; la curiosité émerveillée de l'astuce des écrivains même lorsque c'est mauvais, l'excitation émue de découvrir parfois de bons textes qui ne doivent plus rien à un buzz moderne, un désir d'empathie avec les lecteurs et auteurs qui m'ont précédée, sans aucun doute, mais la nostalgie, pas du tout.

4/ Si vous deviez citer quelques auteurs et quelques textes qui vous semblent importants, lesquels choisiriez-vous?

lermina l'effroyable aventure.jpgJules Verne, probablement, qui a établi une tradition quasi populaire et durable de lecture "merveilleuse" dès le 19e siècle. Je connais mal les auteurs étrangers et je ne pense pas que Wells soit considéré vraiment comme de l'anticipation ancienne. Donc, Rosny et Maurice Renard. Plus tardivement, André Maurois a aussi encouragé les auteurs classiques, sans grand succès. J'ai découvert Jules Lermina plus récemment et je m'étonne à chaque nouvelle lecture qu'il n'ait pas une place plus importante non seulement dans la littérature policière mais aussi dans la conjecture rationnelle ou d'aventures.

Rééditions

5/ Depuis plusieurs années, des rééditions sont proposées par des maisons d'édition. Nous avons eu l'anthologie Chasseurs dechimères, Les Moutons Electriques ont réédité Les Main d'Orlac de Maurice Renard et vont publier un recueil de trois romans de Léon Groc, Manucius s'est lancé dans l'oeuvre de Gustave Le Rouge en proposant son roman Le Mystérieux docteur Cornélius,... est-ce le signe d'un regain d'intérêt ou simplement le chant du cygne?

J'ai bien l'impression qu'il y a toujours eu des rééditions (comme d'ailleurs tu le signales dans la question suivante), pas forcément concertées ni dites de "redécouverte", mais il y en a eu périodiquement. Il y a donc toujours eu des lecteurs intéressés dont certains jugeaient bon de les faire lire à d'autres. Je dirais que ces éditions sont actuellement plus systématisées, peut-être tout simplement parce que les romans en question sont à présent dans le domaine public et qu'il est plus facile de les publier sans perte financière (ou avec des gains satisfaisants, comme tu veux).

6/ Des rééditions de textes anciens ont déjà été lancé dans les années 1970 par exemple (Sur l'Autre face du monde dans la collection Ailleurs et demain, beaucoup de romans chez Marabout). En définitive, l'anticipation ancienne a-t-elle vraiment disparu à un moment pour l'esprit curieux?

Certainement pas puisque Jules Verne est réédité, trafiqué, adapté, à tour de bras depuis plus de cent ans! En moindre mesure, cela a toujours été très facile de trouver du Rosny, du Maurois et même du Paul d'Ivoi ou du Maurice Renard. Comme en toute littérature, des auteurs ont pris la poussière mais le genre n'a jamais disparu des rayons.

Généalogie

7/ Pourquoi n'y-a-t-il jamais eu de véritable histoire de l'anticipation scientifique française alors qu'il y a plusieurs histoires de la SF?

Parce qu'on l'a écartée du tronc commun dès l'apparition de la SF américaine qui a passionné les lecteurs d'après-guerre? Parce que c'était trop complexe!!! :D Je n'en sais pas assez pour répondre correctement.

8/ Les Européens en général et les Français en particulier ne feraient-ils pas un complexe d'infériorité par rapport à la production massive d'outre-Atlantique?

Les auteurs font peut-être un complexe d'infériorité aujourd'hui (quoique j'en doute quand je les lis sur les forums...) mais je suis persuadée qu'ils ont d'abord eu un complexe de supériorité très vieille Europe. Les écrivains français étaient issus des "Belles Lettres", ambitieux, individualistes dont l'imaginaire était bridé par les conventions stylistiques, ils ne pouvaient s'adapter au partage d'un fond commun et pragmatique (comme les lois de la robotique par exemple) ni même en créer un plus spécifiquement indigène, ils méprisaient haut et fort l'imitation et avaient souvent le sentiment qu'il fallait fournir le grand-oeuvre littéraire, ou alors tomber dans la déchéance de la littérature populaire. Je suppose que l'héritage culturel de l'auteur contemporain l'a balancé dans une drôle de mouise aujourd'hui, inconfortable de toute façon. J'écris probablement des sottises! :)

Filiations

9/ Les courants comme l'uchronie et le steampunk sont-ils des vecteurs de redécouverte des textes anciens?

Ils sont en tout cas dans la veine du tripotage historique et plaisent bien, il serait donc naturel que ces courants orientent certains lecteurs vers les textes anciens qui font partie de l'histoire aujourd'hui. Donc, des vecteurs, probablement, mais leur influence n'est pas forcément très importante. Il faudrait poser la question à ces amateurs précis.

10/ Comment peut-on expliquer la tendance actuelle d'un certain nombre d'auteurs qui puisent une partie de leur inspiration dans ce corpus (de Jean Marc Lofficier à Serge Lehman pour en citer quelques-uns)?

La curiosité, le plaisir, la diversité, l'empathie avec le passé, la reconnaissance d'une parenté culturelle ou intellectuelle. Voir les réponses aux questions 2 et 3. Peut-être justement enfin renouer avec un fil rompu par l'arrivée massive de la SF américaine dans les années 1950 ou ce sont des amateurs d'uchronie et de steampunk... A mon avis, ils ont leurs raisons, pose-leur la question! :)

Avenir

11/ Les nouveaux supports d'édition (ebook,...) peuvent-ils aider à une meilleure connaissance de ce domaine?

Toute diffusion est bonne à prendre (si elle respecte le texte original).

12/ Pour finir, pensez-vous que l'anticipation ancienne a un avenir?

wells tripodes.jpgUne boutade? Tu penses que les marsiens pourraient de nouveau envahir les romans dans leurs engins à tentacules et que le héros explorera la  Lune grâce à quelques obus judicieusement expédiés? de la néo-anticipation ancienne, ce serait amusant mais ça s'est déjà fait :)

Merci à Christine Luce d'avoir bien voulu répondre à ces questions.

 

Commentaires

  • Quelle présentation, Férocias! j'ai l'impression curieuse d'être en hyper-activité :)

  • En tout cas tu es très active il était important de la préciser. Je suis ravi de tes réponses et je suis heureux de voir que tu as quelques sympathies pour Jules Lermina. Un autre "ancêtre" qui mérite toute notre attention.

  • Quelles passionnantes "sottises", gente Cirroco...

  • Merci tous les deux! J'ai continué mes bêtises sur BDFI, vos interventions m'ont beaucoup intéressée, tant pis pour vous ;)

Les commentaires sont fermés.