Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BD - Page 5

  • Graziano Cicogna & Jesus Blasco, La Terre sans maux (série Pacaguara)

    route de l'ouest 122 3.jpgLa série Pacaguara de Graziano Cicogna & Jesus Blasco est d'origine italienne comme beaucoup de celles que l'on trouve dans les petits formats (fumetti en italien). Elle est parue en France dans la publication de Mon Journal ayant pour titre La Route de l'ouest.
    La Route de l'ouest compte 183 numéros publiés entre juillet 1971 et janvier 1990. Elle accueille la série éponyme La Route de l'ouest (une saga familiale au Far West entre 1804 et 1890). Grand-Sachem-la-brocante collectionne cette série et a livré de nombreuses chroniques (voir toutes les chroniques sur son blog)

    Pacaguara compte huit épisodes. Le wiki des Petits formats nous donne un résumé de l'intrigue:

    A la suite de l'assassinat de ses parents dans la jugnle amazonienne, Johnny Stilling grandit sous la double protection du sorcier indien (ou Bruxo) Iye Marangui et du père Ignacio. Le sorcier voit en lui le "Pacaguara", espoir de sa tribu. Lors d'un séjour en Angleterre, il tombe amoureux de Hyacinth Dinessen, une fille de famille fortunée tandis que Lester Dinessen, son frère, va en Amazonie et tue Iye Marangui pour le plaisir de la chasse. Johnny rente au pays et tue l'assassin de son mentor en assumant son rôle de Pacaguara. Dès lors, Hyacinth met tout en oeuvre pour venger la mort de son frère tout en continuant à aimer Johnny. Peu de temps après, le père Ignacio est assassiné à son tour et Pacaguara est obligé de sortir de sa tanière privé de ses mentors. (source)

    Lire la suite

  • Castelli & Villa, Martin Mystère

    martin mystere.jpgIl y a quelques mois, Grand-Sachem-la-Brocante m'avait fait parvenir le scan de la couverture du numéro 298 de Mustang sur laquelle on découvre Martin Mystère dans une position pour le moins inconfortable. J'ai eu le plaisir de trouver samedi 1er mai, l'original français de cette aventure de Martin Mystère.

    Lire la suite

  • Jacques Barton, Madre de Dios

    La série Forest Lean, avec Jacques Barton au dessin et au scénario, comporte trois épisodes (Indian Way, Camino inca et Madre de Dios) plus un hors série (Indian Gate). Les épisodes Camino Inca et Madre de Dios se déroulent au Pérou, pays dans lequel Peter Jennings débarque suite à une rencontre lors de son voyage introspectif en Inde.

    Lire la suite

  • Serge Lehman, Fabrice Colin, Gess & Céline Bessoneau, La Brigade Chimérique IV

    brigade chimerique marque page.jpgAlors que le dernier numéro du Rocambole vient de sortir, évoquant en plusieurs pages Renée Dunan, femme écrivain d'avant 1940, auteur de quelques ouvrages ressortissant de l'anticipation anicenne (j'y reviendrai sans doute), je viens de recevoir le tome IV de La Brigade Chimérique. Les lecteurs réguliers de ce blogue savent tout l'intérêt que je porte à cette magnifique série.

    Quel rapport entre les deux? Les liens qui existaient entre Renée Dunan et George Spad et leur possible-probable collaboration dans l'écriture de L'Homme Chimérique qui a servi de matériau de base aux scénaristes de La Brigade Chimérique.

    Serge Lehman est un fin connaisseur de l'anticipation ancienne. Il fut l'anthologiste de Chasseurs de chimères, l'âge d'or de la science-fiction française. Dans ce volume fort paru aux éditions Omnibus, on trouve des textes essentiels choisis par les envrion 3.000 oeuvres qui constituent le fonds anticipation ancienne francophone (et pour beaucoup malheureusement méconnus): Les Xipéhuz de J.-H. Rosny Aîné (auteur de La Guerre du feu); La Roue fulgurante de Jean de La Hire; La Découverte de Paris d'Octave Béliard; Le Péril bleu de Maurice Renard; Anthéa de Michel Epuy; Les Dieux rouges de Jean d’Esme; Après la grande migration de Claude David ; Par-delà l’univers de Raoul Brémont; Le Peseur d’âmes de André Maurois; Les Signaux du soleil de Jacques Spitz; Apparition des surhommes de B.R. Bruss. Il faudrait écrire un article complet pour vanter toutes les qualités de cette anthologie. Soulignons simplement que l'exhumation de ces textes permet de montrer l'originalité de l'école française science-fictionnelle.

    Fabrice Colin a été plusieurs fois évoqué ici pour son premier roman de SF, Projet oXatan qui emprunte à l'imaginaire précolombien.

    La Brigade Chimérique en arrive à son quatrième tome. Chaque tome compte deux épisodes. Nous avons ici l'épisode 6 "Politique internationale" et le 7 "H-A-V-russe".
    Disons-le d'emblée: c'est toujours aussi bon!

    Dans l'épisode 6, le Nyctalope (qui est sans doute historiquement le premier super-héros du monde, né en 1908-1909 - sous la plume de Jean de la Hire - soit 30 ans avant Superman) a quitté Paris. A l'Institut du Radium, Irène Joliot-Curie aimerait en profiter pour introduire la Brigade Chimérique au CID (la base du Nyctalope située sous Montmartre). Mais la graphomanie de George Spad commence à poser de sérieux problèmes et, pendant ce temps, Félifax l'homme-tigre (un héros créé en 1929 par Paul Féval fils - son père est l'auteur du Bossu en 1857 ou des Habits Noirs 1863-1875 par exemple) effectue une mission de reconnaissance aux frontières de l'épouvante (il ne faut pas en dire plus, c'est mis en scène de manière tout à fait glaçante dans le 7ème épisode).

    Dans l'épisode 7, le Docteur Mabuse (génie du crime créé par le Luxembourgeois Norbert Jacques et popularisé par les films de Fritz Lang), le Werewolf (un nazi loup garou) et l'Ange Bleu (les références cinématographiques foisonnent!) unissent leurs efforts pour accueillir un mystérieux visiteur alors qu'à Moscou le Nyctalope et L'Accélérateur tentent de négocier avec "Nous Autres" (du nom d'un roman de science-fiction de Ievgueni Zamiatine paru en 1920). En quelques pages, toute l'horreur nazie est dessinée. Effroyable.

    Il reste maintenant à patienter pour connaître la suite de l'histoire. Tiens, je me relire l'intégrale des quatre volumes déjà parus!

    Ah oui, j'oubliais: mais que va faire le lecteur qui n'y connaît rien à l'anticipation ancienne dans une pareille galère de lecture?

    1/ Ce n'est pas une galère du tout si l'on ne découvre pas toutes les références implicites (il doit bien m'en manquer aussi).
    2/ La série est scénarisée dans la grande tradition des feuilletonistes et donc parfaitement accessible à tout un chacun.
    3/ L'univers graphique créé par Gess s'inspire du cinéma expressionniste allemand et du Bauhaus: maginfique.
    4/ La documentation est très travaillée: costumes, décors, personnages, contexte,...
    5/ Les volumes I-II-III sont sélectionnés pour Le Grand Prix de l'Imaginaire 2010, catégorie BD (remise des prix fin mai).
    6/ Je vous redis que c'est bien

    Ca fait donc six bonnes raisons de se précipiter pour l'acquérir!

    brigade chimérique IV.jpg

    A lire: Une autre critique sur le blogue de Rom1.

  • Jim Edgar & Frank Bellamy, The Mask of Atacama

    Hier je présentais une bande dessinée de Marcello, avec la découverte d'une tribu pratiquant encore le sacrifice humain. Aujourd'hui, je me permets une petite entorse à la ligne éditoriale de ce blogue en présentant une bande dessinée qui ne semble pas avoir été traduite en français.

    "The Mask of Atacama" est un épisode de la série Garth scénarisé par Jim Edgar et dessiné par Frank Bellamy. Il a été publié à l'origine dans le British Daily Mirror du 13/07/1973 au 25/12/1973. Il a été réédité à plusieurs reprises: The Daily Mirror Book of Garth London: IPC Limited, 1976; Garth Book Two: The women of Galba Jim Edgar, London: Titan Books, 1985; Menomonee Falls Gazette #157 (16/12/1974) - #184 (23/06/1975)- 6 daily strips reprinted in B&W.

    On peut touver ce résumé sur le site Comics Review:

    The final adventure ‘The Mask of Atacama’ finds Garth and Professor Lumiere in Mexico City. In his sleep the hero is visited by the spirit of beautiful Princess Atacama who brings him through time to the Aztec City of Tenochtitlan where as the Sun God Axatl he hopes to save their civilisation from the marauding Conquistadores of Hernan Cortés, but neither he nor the Princess have reckoned on the jealousy of the Sun Priests and their High Priestess Tiahuaca…

     

    Garth Atacama.gif

    Je remercie Prof TNJ, qui propose LE site sur la BD populaire Météor publiée par Artima dans les années 1950 - 1960, de m'avoir transmis le scan de cette vignette où nos héros sont au pied d'une grande pyramide. Chez les Anglo-saxons, les Aztèques semblent être le peuple le plus utilisé dans les fictions mettant en scène des peuples précolombiens. C'est le cas de la série The Aztecs Mysteries de Simon Levack ou de The Germanicus Trilogy de Kirk Mitchell (non traduites en français à ma connaissance), du roman Aztec de Colin Falconer ou encore du livre de science-fiction Aztechs de Lucius Sheppard (tous deux disponibles en français).


    Pour en savoir plus:
    Un site consacré à Frank Bellamy: Frank Bellamy The checklist (en anglais)

  • Marcello, Nick Silver, Au Coeur du Brésil

    Les histoires de civilisations cachées dans lesquelles survivent les rites ancestraux sont nombreuses. Marcello, mort en 2008 (pour lire le bel hommage de Kastet, cliquez ici), a utilisé ce thème dans l'une de ses premières bande dessinées: Nick Silver.

    Je remercie Nasdine Hodja du Forum PIMPF de m'avoir signalé cette publication.

    nick silver au coeur du bresil 2.jpg

    Nick Silver est paru dans la collection Victoire ( 1948-1950) publiée par la SAGE (une des grandes maisons d'édition de la bande dessinée populaire). Dans l'épisode Au Coeur du Brésil, petit récit de 12 pages publié dans un format à l'italienne comme de nombreuses BD de l'époque, Nick Silver et son amie Janine découvre une tribu oubliée qui continue à pratiquer les sacrifices humains dans les ruines d'une cité précolombienne.

    nick silver au coeur du bresil.jpg

    Marcello ,Nick Silver, Au coeur du Brésil, collection Victoire, SAGE, 1950.

  • XXX, La Terreur dans le Matto-Grosso

    La bande dessinée en petit format, celle à couverture souple vendue dans les kiosques, a été très à la mode. Si aujourd'hui bien peu de titres sortent encore régulièrement, certaines séries connaissent des éditions en volumes, les passionnés se regroupent autour de fanzines ( comme la revue PIMPF qui a son portail sur le net), de sites Internet (comme celui de Prof TNJ consacré à Météor) ou de forums comme justement celui de PIMPF ou le Wiki des Petits formats, source inépuisable de découvertes.

    Mais j'ai aussi d'autres sources d'informations...

    Lire la suite