Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Film - Page 4

  • Les Précolombiens accostent Quai Branly

    Lu dans le programme du musée du Quai Branly:

    La programmation du deuxième semestre rendra hommage à l’Amérique Latine, en accueillant, du 7 octobre 2009 au 24 janvier 2010, une grande exposition sur l’art précolombien: Teotihuacan, Cité des dieux. Issus à 70% des collections mexicaines et à 30% des collections européennes, les objets présentés par Félipe Solis, commissaire de l’exposition et directeur du Musée National d’Anthropologie de Mexico, permettront aux visiteurs de comprendre le rôle de cette cité antique dans le monde méso-américain, d’un point de vue historique, anthropologique et mythologique.
    "L’exposition rassemble environ 450 pièces exceptionnelles de la culture de Teotihuacan, grande cité de l’Ancien Mexique que de récentes découvertes ont permis de mieux connaître.

    Les objets sont présentés par thématiques successives permettant aux visiteurs de découvrir cette cité antique, et de comprendre son fonctionnement, le rôle et l’influence qu’elle a eue dans le monde méso-américain.

    Cette exposition unique présente des pièces qui, pour la plupart, n’ont jamais été présentées en Europe, et dont certaines étaient encore inédites au Mexique jusqu’à leur présentation à Monterrey de septembre 2008 à janvier 2009. Les objets sont issus à 95% des collections mexicaines et à 5% des collections européennes (collections des musées ethnographiques allemands et du musée du quai Branly à Paris).

    Cette exposition a été conçue par le Consejo Nacional para la Cultura y las Artes et l'Instituto Nacional de Antropologia e Historia, Mexico, avec le soutien de la Fundacion Televisa A.C.

    Elle est coproduite par le musée du quai Branly, Paris, le museum Rietberg, Zürich et le Martin Gropius Bau, Berlin. "


    En parallèle, du 20 octobre 2009 au 3 janvier 2010, l’exposition Chefs-d’oeuvre de l’art précolombien – Collections Barbier-Mueller présente des pièces uniques, certaines jamais encore exposées au public, provenant de remarquables cultures préhispaniques, dans un parcours géographique et chronologique conçu par Jean-Paul Barbier Mueller, commissaire de l’exposition.

    Les fictions ne seront pas oubliées avec le Cycle Cinéma-Conférences autour de "l'imaginaire préhispanique dans le cinéma mexicain".
    Ce cycle se compose de trois conférences du Dr Angel Miquel, Facultad de Artes de la Universidad Autónoma del Estado de Morelos ( conférences en espagnol avec interprétation en français), suivies de projections de films.

    Vendredi 9 octobre à 18h : les représentations du monde préhispanique dans le cinéma mexicain retorno a aztlan.jpg
    projection du film Retorno a Aztlán, de Juan Mora Catlett
    Retorno a Aztlán, de Juan Mora Catlett (1991, dialogues en náhuatl. sous-titres en anglais)

    Samedi 10 octobre à 18h : les représentations de la conquête espagnolecabeza de vaca.jpg
    projection du film Cabeza de Vaca de Nicolás Echevarría
    Cabeza de Vaca de Nicolás Echevarría (1991, dialogues en espagnol, sous-titres anglais)

    Dimanche 11 octobre à 16h : les représentations de la survivance du monde indigène
    projection du film Bajo California: el límite del tiempo, de Carlos bajo california.jpgBolado
    Bajo California: el límite del tiempo, de Carlos Bolado (1998, dialogues en espagnol, sans sous-titres)

  • J.Lee Thompson, Les Rois du Soleil

     

    film kings of the sun affiche originale.jpg

    Le cinéma hollywodien a mis en scène de nombreuses époques historiques, péplums, western ou films de cape et d’épée sont légions. En revanche, l’imaginaire précolombien d’avant la conquête est bien moins souvent traité. On peut s’en étonner car en définitive les Précolombiens aztèques, mayas ou incas développèrent de grandes civilisations et l’on ne rencontre pratiquement que des Indiens du nord. Si les reconstitutions pharaoniques ressortissant de égyptomonanie sont abondantes, les représentations des pyramides méso et sud-américaines sont bien plus rares.
    Signalons donc Les Rois du Soleil de J. Lee Thompson. Le film, distribué par United Artists, est sorti en 1963 aux Etats-Unis (la même année en France). Il a été réédité en DVD en 2008. Le scénario est de Eliott Arnold et James R. Webb. Parmi les acteurs relevons les noms de Yul Brynner, Georges Chakiris (celui de West Side Story), Shirley Anne Field ou encore Richard Basehart.

     

    film kings of the sun 2008.jpg

     

    Le texte de la jaquette : Venus du nord, Hunac Ceel et ses barbares envahissent les territoires des Mayas au Mexique. Le roi est tué et Balam, son fils, lui succède. Contraint de fuir, Balam réquisitionne tous les bateaux disponibles d'un village de pêcheurs et entraîne son peuple vers la mer. Les fugitifs traversent le Golfe du Mexique et abordent une terre inconnue sur la côte des futurs États-Unis. Les Mayas reconstruisent une ville et une pyramide au sommet de laquelle devront avoir lieu les sacrifices humains qui leur permettent d'obtenir la clémence des Dieux. Aigle Noir, chef d'une tribu d'Indiens qui vit à proximité, est fait prisonnier après s'être battu et avoir été blessé par Balam. Il est soigné et destiné à être le premier humain sacrifié au sommet du nouveau temple.

    Aigle Noir sera sauvé et pourra entrer compétition avec Balam pour les beaux yeux de la princesse maya Ixchel. Finalement les Indiens du Nord aideront les Mayas à se défendre contre un terrible envahisseur: belle leçon de tolérance et de rapprochement des peuples.

     

    thompson les rois du soleil.jpg

     

    On rapprochera aisément Les Rois du Soleil de la série Mayas de Georges Ramaïoli

    .

  • Jerry Hopper, Le Secret des Incas

    J’ai déjà évoqué le film de Jerry Hopper Le Secret des Incas à travers sa novelisation publiée en 1955 sous la plume de Gilbert Daumont.

    Un site (en anglais) est consacré à ce film.


    Voici l’affiche éditée pour la sortie américaine du film en 1954:

    secret-of-the-incas.jpg


    On reconnaît Charlton Heston et la délicieuse Yma Sumac (au premier plan).

    Résumé du film:

    "Le Pérou. Harry Steele, ex-pilote de guerre, fait visiter aux touristes Cuzco, l'ancienne capitale des Incas, attendant une opportunité qui lui permettra de retrouver leur trésor. Elena, une jeune réfugiée roumaine sans papiers se confie à Harry qui prend contact avec le consul roumain, pour profiter de sa venue et s'envoler avec Elena dans l'avion diplomatique. Il atteint ainsi les ruines du temple où est enfoui le trésor, lieu déjà investi par une mission archéologique dirigée par Moorehead..."

    Le film est sorti en France accompagné de cette affiche :

    film le secret des incas français.jpg

     

  • Karl Doro, Le Dernier Inca

    Je n'en sais pas plus sur ce court métrage (5 minutes) que ce que j'ai pu lire sur la Grande Toile:

    Le dernier Inca
    Réalisation : Karl Dorol
    (Guadeloupe)
    France / 2009 / 5’ / Tourné à la Guadeloupe

    Synopsis: Un artefact maudit, vestige de la dernière civilisation Inca, passe de mains en mains, et tue tous ceux qui entrent en contact avec lui.

    Le film a été réalisé dans le cadre le l'opération One Short - One movie en Outre-mer qui a eu lieu en février 2009 et a été diffusé sur France O en mai et juillet 2009.

    Il sera diffusé pendant le 9ème Festival du film insulaire de l'île de Groix qui aura lieu du 19 au 23 août 2009 (site officiel du festival).

  • Collectif, Le Dico des héros

    Le treizième volume de la Bibliothèque Rouge, éditée par Les Moutons électriques éditeur, vient de paraître: Le Dico des Héros.
    Au menu de ce beau livre, 430 notices héroïques de A comme Jean-Baptiste Adamsberg à Z comme Zorro.

    La présentation de l'éditeur:
    La « bibliothèque rouge » fête son treizième opus sous la forme d'un dictionnaire encyclopédique des personnages du roman policier, du roman historique, de la littérature populaire, de l'érotique et de la jeunesse. Graphisme de Sébastien Hayez, préface de Johan Heliot. Si vous voulez connaître les prénoms des filles du docteur Marsh, la date de naissance de Tarzan, la couleur du roadster de Nancy Drew, le vrai nom de D’Artagnan et de Zorro, le prénom de Jeeves et de l’inspecteur Morse, ou bien encore l’adresse exacte d’Hercule Poirot, ce livre est pour vous. 430 notices héroïques y attendent votre curiosité.

    Avec la collaboration de 38 passionnés et spécialistes : Vivian Amalric, François Angelier, Isabelle Ballester, Étienne Barillier, Jacques Baudou, Cristoforo Biondi, David Calvo, David Camus, Fabrice Colin, Raphaël Colson, Olivier Davenas, Laurent Doublet, Philippe Ethuin, Marc Février, Gwen Garnier-Duguy, Philippe Gindre, Manuel Hirtz, Patrick Imbert, Frédéric Jaccaud, Bernard Joubert, Roland Lacourbe, Jean-Marc Lofficier, Philippe Lombard, Nicolas Lozzi, Marc Madouraud, Patrick Marcel, Xavier Mauméjean, Mireille Meyer, Harry Morgan, Gaëlle Nohant, Laurent Queyssi, Jean-Jacques Régnier, Jean-Luc Rivera, André-François Ruaud, Simon Sanahujas, Jean-Jacques Schléret, Nicolas Trespallé, Éric Vial.

    Les Précolombiens ne sont pas totalement absents: on apprendra que
    - The Avenger (le vengeur Dick Benson) a cherché du caoutchouc en Amérique du Sud et que "le trésor aztèque de Nellie [Gray] sert de réserve de fonds pour Justice Inc."
    - Luc Dassaut
    a découvert une cité inca cachée au coeur de l'Amazonie et des ruines mayas au Niabragua.
    - Doc Savage
    "dispose de réserves financières illimitées, sous la forme d'un trésor caché dans une vallée perdue d'Amérique Centrale".

     

    dico des héros.jpg

    Collectif, Le Dico des héros,
    Bibliothèque Rouge, n° 13,
    Les Moutons électriques, 2009.

  • Raphael Portillo, La Malédiction de la momie aztèque

    Je parlais hier de La Momie aztèque de Rafaelo Portillo qui sortit sur les écrans en 1957. La même année le second opus de la trilogie mexicaine La Malédiction de la momie aztèque continue à exploiter le filon avec les mêmes acteurs: Ramon Gay, Rosa Arenas, Crox Alvarado, Luis Aceves Castaneda,... Cette trilogie permet à certains de surnommer Rafaelo Portillo "le Ed Wood mariachi".

    C'est encore, encore plus même, une série B. La momie Popoca veut récupérer son trésor. Et, c'est l'une des originalités du film, une sorte de super-héros catcheur mexicain sans super-pouvoirs apparaît pour lutter contre le maléfique docteur Chauve-souris (qui n'est pas Batman, on l'aura compris).

    Résumé:

    "Le Dr Almada et sa fiancée Flora sont en danger. Un pilleur de tombeaux, dont ils avaient permis l'arrestation, s'est évadé de prison et tente de mettre la main sur un trésor aztèque..."

     

    portillo la malédiction de la momie aztèque.jpg

     

  • Rafael Portillo, La Momie aztèque

    En 1957, paraissait sur les écrans mexicains La Momie Aztèque de Rafael Portillo. Deux autres films avec la momie aztèque seront tournés en 1957 et 1958.

    Synopsis: Le Dr Almada, scientifique réputé, présente sa dernière avancée à un congrès de médecins. Selon ses théories fumeuses, l'hypnose permettrait de remonter le temps et de retrouver ses vies passées. Le docteur se heurte à l'incrédulité de son auditoire et se voit contraint de donner des preuves de ce qu'il avance. En se portant volontaire, sa fiancée Flora, se retrouve plongée aux temps des Aztèques. Malheureusement, une vieille malédiction va se réveiller. De plus, un mystérieux individu masqué, nommé la chauve-souris, espionne les travaux du docteur afin de s'emparer du trésor des Aztèques.

    momie azteque.jpg