Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humour - Page 4

  • Les Peuples du Soleil présentent leur premier feuilleton de l'été

    diligent les derniers azteques 3.jpgLes Peuples du Soleil proposent leur premier feuilleton de l’été. Ceci n'aurait pas été possible sans l'aide précieuse de Cirroco Jones qui m'a envoyé une copie du conte "Les derniers Aztèques" paru dans le n°1 de L’Age Heureux en 1924.

    Cette oeuvre de R. Diligent n’a jamais semble-t-il jamais été reprise depuis. Il s’agit donc d’un presque inédit que publient ces prochains jours  les Peuples du Soleil.

    L’auteur, R. Diligent a laissé peu de traces. Il semblerait qu’il s’agisse de l’illustrateur Robert Diligent connu pour des illustrations dans des publications pour la jeunesse.

    L’Age heureux, périodique publié par la librairie Larousse, dans lequel paru "Les Derniers Aztèques", annonçait dans ce premier numéro : ""L'Age heureux publiera des romans, des nouvelles, des saynètes, des poésies, des articles variés sur les sports, le cinéma, la T.S.F., les arts, les sciences, les travaux manuels. Il donnera enfin des concours et des jeux." (p. 2)".

    Le jour initial de parution était le jeudi, qui était alors le jour de congé des écoliers, il coûtait la modique somme de 0 fr. 60. Il semble que la publication soit ensuite devenue mensuelle.

    Quelques autres auteurs publiés dans L’Age heureux ont été exhumés comme Max Antoine qui publia "Pangloss" dans ce même numéro 1 ou René Pons (pseudonyme de René Pujol) qui commit plusieurs romans de science-fiction.

    A partir de demain : De l’aventure, du mystère, du rire !


    (NB: le texte du feuilleton reste Droits Réservés, nos recherches n'ont pas permis de retrouver les éventuels ayant-droits. Le feuilleton se donne pour but de permettre de rédécouvrir une oeuvre oubliée, à titre de respectueux hommage à son auteur)

  • Voltaire, Candide ou l'Optimisme

    voltaire candide disque.jpgAlors que Londres est inondée ce soir sur TF1 (adaptation du roman Flood de Richard Doyle, qui n'a rien à voir avec Londres engloutie de Richard Jefferies paru en VO en 1885), je lis quelques chapitres de Candide. C'est beaucoup plus sérieux que Les Mémoires de Capu Sumac.

     

    voltaire candide 1.jpgEn effet plusieurs chapitres de ce conte philosophique traitent des peuples sud-américains. Voltaire n’a aucune prétention à l’authenticité quant aux lieux, peuples, mœurs, cités représentés. L’Eldorado voltairien est une utopie de tolérance et de liberté et non une œuvre à caractère géographique. Quittant le Paraguay dirigé par les Jésuites après avoir tué un officier de la Compagnie de Jésus (le frère de Cunégonde), Candide flanqué de son valet Cacambo (péruvien né au Tucuman), ils fuient à travers l’Amérique du Sud. Entendant des cris de femmes, Candide tire sur deux singes qui lui semblaient menaçants. Or, les femmes viennent pleurer les primates et les dénoncent aux Oreillons. A leur réveil, ils se trouvent « entourés d'une cinquantaine d'Oreillons tout nus, armés de flèches, de massues et de haches de caillou : les uns faisaient bouillir une grande chaudière ; les autres préparaient des broches, et tous criaient : « C'est un jésuite, c'est un jésuite ! nous serons vengés, et nous ferons bonne chère ; mangeons du jésuite, mangeons du jésuite ! » » (Chapitre Seizième).

    Prouvant qu’ils sont des ennemis des Jésuites, Candide et Cacambo sont libérés et poursuivent leur périple, cherchant à rejoindre la Cayenne (l’actuelle Guyane). Perdus, ils découvrent une petite barque et se laissent porter par une rivière. Ils parviennent miraculeusement au pays d’ Eldorado. L’or et les pierres précieuses se ramassent à la pelle sur les chemins et les habitants du pays les méprisent totalement. Candide et son valet rencontrent quelques gueux, des marchands, font bonne chère dans une hôtellerie qui, comme toutes les autres sont payées par le gouvernement et un vieillard âgé de 172 ans. Ce dernier leur apprend l’histoire du royaume : « Je suis âgé de cent soixante et douze ans, et j'ai appris de feu mon père, écuyer du roi, les étonnantes révolutions du Pérou dont il avait été témoin. Le royaume où nous sommes est l'ancienne patrie des Incas, qui en sortirent très imprudemment pour aller subjuguer une partie du monde, et qui furent enfin détruits par les Espagnols.
    « Les princes de leur famille qui restèrent dans leur pays natal furent plus sages ; ils ordonnèrent, du consentement de la nation, qu'aucun habitant ne sortirait jamais de notre petit royaume ; et c'est ce qui nous a conservé notre innocence et notre félicité. Les Espagnols ont eu une connaissance confuse de ce pays, ils l'ont appelé El Dorado, et un Anglais, nommé le chevalier Raleigh, en a même approché il y a environ cent années ; mais, comme nous sommes entourés de rochers inabordables et de précipices, nous avons toujours été jusqu'à présent à l'abri de la rapacité des nations de l'Europe, qui ont une fureur inconcevable pour les cailloux et pour la fange de notre terre, et qui, pour en avoir, nous tueraient tous jusqu'au dernier.
    » (Chapitre dix-huitième).

    voltaire candide couv.jpg

     

    François Marie Arouet dit Voltaire, Candide ou l’Optimisme,
    Traduit de l'allemand de M. le docteur Ralph avec les additions qu'on a trouvées dans la poche du docteur, lorsqu'il mourut à Minden, l'an de grâce 1759, Genève, 1759 (édition Princeps)

  • Humour de bibliophile

    Faisons de la concurrence à Stéphane de l'avenir du futur avec cette petite vignette:

    698942110.jpg
  • Bibi Fricotin chez les peuples du soleil

    Renforçons l'aspect interactif et de blog avec une réponse à Proton (voir les commentaires consacrés aux Pieds Nickelés).

    Bibi Fricotin, comme Les Pieds Nickelés, a fréquenté les peuples du soleil (et même plus que les Pieds Nickelés).

    Deux aventures retiendront donc notre attention:
    Bibi Fricotin chez les Incas (édition en album):

    96881bbf956a3ffaa3a74484e2f0c706.jpg

    Bibi Fricotin chez les Aztèques (les deux éditions en album):

    5ab4da7920f539b0e850a75f42715d8c.jpg
    51225df84f393ecc866907360e48413e.jpg
  • Pellos, Les Pieds Nickelés au pays des Incas

    Les Pieds Nickelés furent créés en 1908 par Louis Forton (qui dessinera la série jusqu'en 1934). Entre 1934 et 1948, Aristide Perré puis Albert Badert dessinèrent de nouvelles aventures de Croquignol, Filochard et Ribouldingue. René Pellos (de son vrai nom René Pellarin - 1900-1998) a repris la série des Pieds Nickelés en 1948 avec succès.

    e197d373c5456dc162ee1bf5e10f0410.jpg

    L'un des 126 tomes a pour titre Les Pieds Nickelés au Pays des Incas. Il s'agit de la suite de Les Pieds Nickelés chez les Réducteurs de têtes. Il fut publié dans Pschitt Aventures - Joyeuse Lecture en 1959 et repris en album la même année.

    3e299d9688471ae32cd6d2ef2bc551bf.jpg

     

    Pellos, Les Pieds Nickelés au Pays des Incas,
    Episode n°2,
    Pschitt Aventures - Joyeuse Lecture, n°37, mars 1959.
    Plusieurs éditions

  • Mouëzy-Eon et Georges Dolley, Capoulade de Marseille

    Les Aventures merveilleuses de Capoulade de Marseille ont été éditées en 19 fascicules de 16 pages chacun en 1924.
    Les illustrations sont de Moriss.
    Chaque épisode est l'occasion d'une aventure dont Capoulade se tire avec candeur et humour.

    003a60040e3365016eab881c6e7e377d.jpg

    La série est tout à fait fantaisiste, d'un humour à la marseillaise que de nombreux films popularisèrent. Capoulade, gourmet et gourmand, devient pour les Indiens l'incarnation même du Fils du soleil: "Maître, nous t'avons deviné, ne portes-tu pas sur toi, Maître suprême, Souverain du monde, divinité tutélaire des Yaquis, un rayon que tu fais briller à ta volonté?" ... une lampe électrique!

    Les auteurs recourent massivement au "tiré à la ligne" ce qui rend la lecture particulière rapide. L'art de dire peu de choses en beaucoup de lignes (voir un exemple, ci-dessous):

    dd9b28f6bf034613f1e53556ed18ad8a.jpg

    Mouëzy-Eon et Georges Dolley,
    Les Aventures merveilleuses de Capoulade de Marseille,
    Editions E. Flammarion, 1924.


    1. Capoulade quitte la Canebière (17 avril)
    2. Les Protégés de Joseph Dupitois (24 avril)
    3. La Reine du marché aux fleurs (1er mai)
    4. Les toiles de l'Araignée (8 mai)
    5. Capoulade détective (15 mai)
    6. Au joyeux cow-boy (22 mai)
    7. La fiancée du Général Hernandez (29 mai)
    8. Capoulade pasteur ( 5 juin)
    9. Oreille de Gazelle (12 juin)
    10. Le Fils du soleil (19 juin)
    11. Le Général Capoulade (26 juin)
    12. Capoulade fiancé (3 juillet)
    13. Bat-la-Dèche (10 juillet)
    14. Merval triomphe ! (17 juillet)
    15. Le traitement Merval! (24 juillet)
    16. Gens de la noce (31 juillet)
    17. Enlèvement de Violette (7 août)
    18. Tout se paie (14 août)
    19. Capoulade se marie (21 août)

    Série complète en 19 fascicules.