Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman historique - Page 2

  • Paul Alpérine, L'Amazone de Juarez

    Paul Alpérine. Oui je sais, ça ne dit pas grand chose à pas grand monde. Bon une page sur BDFI. Un site donne comme année de naissance 1903, on sait qu'il produisit quelques oeuvres relevant de la conjecture romanesque rationnelle (L'Ile des vierges rouges, 1936 ; Ombres sur le Thibet, 1945 ; La Citadelle des glaces, 1946 ; Les Secrets de la Mer Morte, 1949; Demain dans le soleil, 1950) et qu'il fut traducteur de Jack Vance ou de Fredd Saberhagen. Il écrivit aussi des romans d'espionnage, des romans sentimentaux, des romans historiques...

    Il me faudra un jour parler du premier (L'Ile des vierges rouges) qui a pour thème les Amazones descendantes des Phéniciens parvenus au Brésil il y a bien longtemps.

    Je ne causerai aujourd'hui d'aucun de ces ouvrages mais d'un roman d'aventures ayant pour titre L'Amazone de Juarez. Je l'ai découvert par hasard au détour d'un dépouillement de la publication Lisez-moi éditée par Tallandier. Lisez-Moi a été créé par Jules Tallandier en 1908. Il se décline en Lisez-Moi Bleu (plutôt pour un lectorat féminin), Lisez-moi Historia (qui devient ensuite Historia tout simplement), le site des éditions Tallandier ne mentionne que ces titres lors qu'il existait aussi Lisez-moi aventures (premier numéro le 15 mai 1948) rééditant de nombreux titres d'avant guerre à destination d'un lectorat masculin jeune (on pourra lire la recension de cette dernière publication sur le forum de BDFI). Lisez-moi aventures a déjà été évoqué à propos de la réédition dans ses colonnes du roman d'André Fougère, Les Dieux de la Cordillère.

    Revenons à notre Amazone de Juarez. Ne possédant pas la collection complète des Lisez-moi, je n'ai pas encore eu accès à l'ensemble du texte (je n'en connais que la troisième et dernière partie). Il faut dire que les deux numéros qui contiennent une partie du roman ont des couvertures qui ne sont guère évocatrices:

    n° 94 (25 octobre 1949) et n° 95 (10 novembre 1949)

    alperine 1.jpgalperine 2.jpg

    Pour ce qui concerne le contenu romanesque, voici le petit résumé qui se trouve en en tête du n° 95 (dans lequel se termine la publication du roman):

     

    Alpérine 3.jpg

     

    La BNF ne mentionne qu'une seule édition (mais il s'agit de la cinquième de édition dans cette collection): L'Amazone de Juarez, Editions du Myrte, 1946. J'ai cherché sur les sites de vente mais je n'ai rien trouvé.

    Paul Alpérine est cité dans l'Encyclopédie de Pierre Versins et dans la monumentale bibliographie commentée des mondes souterrains imaginaires publiée sous le titre Les Terres Creuses de Guy Costes et Joseph Altairac.


    Paul Alpérine, L'Amazone de Juarez, Editions du Myrte, 1946
    Réédition en feuilleton, Lisez-Moi, n°?? à n° 95, Editions Tallandier, 1949.

  • Le Rocambole n° 49/50 : Vingt cinq ans après

    Le Rocambole n° 48-49 est paru !

     

    Ce double et exceptionnel numéro correspond aux 25 ans de l’Association des Amis du Roman Populaire (créée en 1984). D’où le titre du dossier : Vingt-cinq ans après...

    Sous ce titre, Le Rocambole rappelle les différentes étapes des recherches dans le domaine de la littérature populaire, en partant des travaux publiés dans les années 1950 et retrace, à partir de 1984 de manière très détaillée, les nombreuses activités, les diverses manifestations et surtout les publications de chercheurs souvent isolés et en dehors des lieux de recherches institutionnels. Les exemples de Maurice Dubourg et de Francis Lacassin sont ici mentionnés. Le bilan est plus qu’encourageant et il invite et incite à poursuivre les chantiers ouverts. Ce dossier présente également un ensemble de réflexions théoriques et des exemples de recherches. C’est un véritable manuel du chercheur en littérature populaire qui est ici édité.

    Dans ce même numéro du Rocambole, le lecteur trouve de belles "Révélations de Rocambole" sur la « Série Blonde », première collection du Fleuve Noir, sur le sous-genre « Eros et guerre » (avec reproduction de quelques couvertures...) et les éditions Grand Damier avec leurs multiples collections. Et des "Révélations" sur B. R. Bruss et Roger Vilatimo aussi, et quelques démasquages.
    Et encore un complément au dossier "Eugène Sue à l’étranger" (n°42), avec un texte rare de Sue publié en préface à un roman espagnol.
    Et une étude de Maïa Peyré sur le cycle "La Roue du temps". Et le sixième épisode du feuilleton théorique de Colas Duflo sur Fantômas : "Le Policier apache, ou le péritexte éditorial populaire".
    Et trois récits de Marie Aycard publiés en 1840 et 1842 !

    Découvrir Le Rocambole, acheter un numéro ou s'abonner, c'est PAR ICI

  • Marmontel, Les Incas ou la destruction de l'empire du Pérou

    Je fais un petit essai d'intégration d'un extrait de La Revue des Romans: recueil raisonné des productions remarquables, Tome II, p. 71,1839 par Girault de Saint-Fargeau, extrait qui est une critique du roman de Marmontel cité en titre.

  • Des nouvelles des Moutons Electriques (Novembre 2009)

    moutons.jpg

    Le directeur littéraire des Moutons Electriques nous informe:

    C'est traditionnel : les fins d'années des Moutons électriques sont plutôt réservées à notre Bibliothèque rouge (qui a dit que nous ne pensons pas à vos cadeaux de Noël, hein ?). Mais à première vue, on pourrait penser qu'il n'y a guère de rapport entre les trois volumes que nous publions cette fois : entre les monstres de Cthulhu, les héros XVIIIe de Jane Austen et la pensée magique de Harry Potter. Pourtant, notre collection poursuit l'exploration du monde de la fiction — et son étude de l'intérieur, en brossant les portraits des « grands hommes » de la littérature populaire comme s'ils avaient existé. Et ainsi, la Bibliothèque rouge écrit peu à peu une sorte d'histoire secrète du monde, prenant au matériau du roman policer, du roman historique et du fantastique. La Bibliothèque rouge souhaite montrer de cette manière, sous une forme à la fois érudite, astucieuse et réjouissante, comment l'imaginaire populaire nous parle de la réalité, de notre rapport à celle-ci, de la pertinence des « mauvais genres » de la littérature…

    Ce mois-ci, donc, après les Nombreuses vies de Cthulhu de Patrick Marcel, qui inaugurait le principe de volumes de la collection non plus seulement centrés sur un unique héros, mais explorant une œuvre ou une thématique entière, puis des Nombreux mondes de Jane Austen d'Isabelle Ballester (comprenant une très belle nouvelle de John Kessel, qui remporta tout récemment les prix Nebula et Shirley Jackson, tout en étant aussi nominée au prix Hugo, excusez du peu !), ce mois-ci enfin, voici venir le temps des Nombreuses vies de Harry Potter, de votre serviteur. Passionné de longue date par les littératures du merveilleux, j'ai décidé cette fois d'aborder le domaine de la fantasy pour la jeunesse, cet univers en expansion où l'on fréquente des écoles de magie, où l'on apprend l'art du vol en balai et celui des potions magiques...

    De la jeunesse du roi Arthur à celle de l'élève Potter, en passant par Isabelle, Tim Hunter, Johnny Maxwell, Narnia et j'en passe, autant d'apprentissages de la magie, autant de héros orphelins confrontés à un réel soudainement autre...

    Et des Autres, il en est également question dans le roman que nous sortons à la fin du mois : Regarde le soleil de James Patrick Kelly. Une oeuvre négligée par les éditeurs français jusqu'à présent, et qui nous a marqués par sa force, par sa beauté, par son propos alliant de manière très originale des préoccupations d'architecture à une civilisation extra-terrestre. Un roman véritablement passionnant, pour un sense of wonder peu commun.

    Enfin, repoussé d'un mois afin de suivre le perfectionnisme de l'auteur, arrivera en fin de mois notre nouveau tirage de luxe, soit l'édition définitive de la trilogie Poupée aux yeux morts par Roland C. Wagner, en un unique gros volume, dans le texte définitif.

    Bonnes lectures,

    André-François Ruaud, directeur littéraire, le 2 novembre 2009

  • Swap Explorateurs du Temps (1)

    swap.jpgQuand on appartient à la catégoire "Littérature", on est un peu honteux d'avouer qu'il s'agit du premier swap (comprendre "échange"). Je connaissais le procédé bien sûr (pour lire quelques blogs littéraires qui ne parlent même pas de fictions mettant en scène des peuples précolombiens et autres) mais Wikipedia est notre amie et permet de préciser les choses:

    Un swap est un échange de cadeaux autour d'un thème donné entre internautes. Le but est de faire plaisir à un inconnu selon ses goûts, et de, peut-être, lier amitié. Le but est aussi de recevoir des cadeaux parmi ses factures dans sa boîte aux lettres. Il ne s'agit surtout pas d'un troc car lors d'un swap, l'effet de surprise est très important.

    Les règles du swap sont généralement définies par son organisateur :

    • nature de l'envoi : neuf, création personnelle ou objet d'occasion
    • nombre d'objets dans le colis
    • date de fin d'envoi maximum
    • nombre de participants : limité ou illimité

    [...]

    Les participants d'un swap peuvent être répartis en binôme, ou sous forme de chaîne (A envoie à B qui envoie à C, qui envoie à D etc).

    Adonc voici Lhisbei qui m'invita à participer à un swap Explorateurs du Temps et me voilà embarqué à bord du Time Cruiser.

    Il y a quelques jours, j'ai reçu un colis de la part d'Isil. Le contenu est savoureux:

    Tout commence par une enveloppe (c'est bien pour moi, il y a mon pseudo dessus):

     

    swap 1.jpg

    dont le contenu restera secret (je vais déjà dévoiler tout le reste, alors laissez moi le plaisir de conserver une part de mystère).

    Bien sûr il y a des livres (un échange entre littéraires sans livres, hein, qu'est-ce que ce serait!) en rapport avec le thème (et hop de la science-fiction!)...

     

    swap 2.jpg
    swap 3.jpg

     

    mais aussi quelques petits cadeaux (le plus grand plaisir du swap à mon sens) qui me ramènent en enfance. De quoi jouer:

    swap 9.jpg

     

    swap 8.jpg

    jouer intelligemment même car il y a une petite explication jointe:

     

    swap 10.jpg
    swap 11.jpg

    de quoi se sustanter à coup de nostalgie:

     

    swap 7.jpg
    swap 6.jpg

    Miam miam.


    Bon, sinon, je crois que je suis maudit par Inti. En retard pour mon envoi (mais ça sera fait dès lundi), en panne d'appareil photo numérique (d'où des scans qui sont un peu approximatifs),...

    J'honorerai bien sûr mes engagements swapiques swapesques swapiens swapithèques d'échanges malgré les contrariétés du sort!

    Merci à Lhisbei (à la production) et Isil (à la réalisation) pour cette première expérience!

  • Robert Gaillard, Cristobal Colon

    Robert Gaillard, écrivain français né en 1909 a écérit de nombreux oouvrages dont l'intrigue se déroule en Amérique. Il y a bien sûr le célèbre Marie des Isles (adapté au cinéma en 1959 sous le titre Le Flibustier de la Martinique par Georges Combret) ou Marie Galante. Rappelons Port-Châtiment chroniqué sur ce blog. D'autres oeuvres nous intéressent parmi la bonne centaine de romans qu'il a écrit. Pour l'éditeur André Martel, Robert Gaillard produit une trilogie historique  intitulée Les Conquérants de l'El Dorado consacrée à Christophe Colomb, Hernan Cortés et Franscisco Pizarro (1952-1953).

     

    gaillard cristobal colon.jpg

     

    Robert Gaillard, Cristobal Colon, série Les Conquérants de l'El Dorado,
    Editions André Martel, 1953

  • Les catalogues du Rayon Populaire

    La librairie Le Rayon Populaire vous offre la possibilité de recevoir des catalogues à la demande en fonction de vos besoins ou envies.
    Que vous soyez amateur de science-fiction, de fascicules, de la collection Ditis La Chouette, de San Antonio (ou que sais-je encore!) Jérôme Serme peut éditer à la demande le catalogue de vos rêves par thème, collection, auteur, type d'ouvrages, genre,...

    Ces catalogues peuvent être transmis gratuitement par voie électronique (au format PDF) et imprimés par vos soins,ou être imprimés et envoyés par voie postale - moyennant des frais, l'édition papier entraînant des coût. Pour cela utilisez la page contact du site Le Rayon Populaire.

    le rayon populaire.jpg