Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tallandier - Page 2

  • André Fougère, Les Dieux de la Cordillère

    J'ai déjà parlé de la novella d'André Fougère intitulée Les Dieux de la Cordillère. Voici la poignante image de la couverture de la réédition dans le périodique Lisez-moi Aventures édité par Tallandier. Rassurez-vous, le héros, qui est en bien mauvaise posture, sera sauvé du sacrifice auquel il semble condamné.

    0ab1c8f9556727d06bad52d32c35f02b.jpg

    André Fougère, Les Dieux de la Cordillère,
    Lisez-moi Aventures, n° 55,
    Tallandier, Décembre 1950.

  • Frédéric Valade, L'Araignée verte

    Un bon roman d'aventures,  publié par Tallandier dans sa mythique collection bleue, qui conduit nos héros là où ils n'auraient jamais dû aller!

    - Senor Merville, dit Juan Estebana, ce qui est enseigné par l'Apachecta de la Pierre-Ecrite, c'est le moyen de parvenir jusqu'ici... Le lieu où vous êtes est sacré... Avant que vous y fussiez introduit, il ne s'était ouvert que pour les descendants des Quichuas vaincus... Dans les entrailles de la terre, sous la protection de la forêt sainte et de la montagne divine, c'est en ce liue que fut creusé, dans les siècles de jadis, le Temple souterrain de l'Araignée Verte! (p. 205)

    e0b7d62bbc5a0180b3ed20aab790eb83.jpg

    Et l'on apprend que les Quichuas vont prendre leur revanche sur les maîtres espagnols:
    - L'heure de la bataille et de la victoire va sonner. Demain, les maîtres du jour seront renversés dans la poussière. Demain le peuple quichua retrouvera sa liberté. (p. 213)

    L'Araignée Verte réunit tous les membres du peuple quichua:
    - Il est vrai, senor Merville, et vous ne l'ignorez pas, qu'un vaste complot s'est organisé au Pérou, parmi les peuples qui furent autrefois les paisibles possesseurs de ce pays, et que des envahisseurs odieux dépouillèrent de leurs biens, en vue de proclamer et de reconquérir leur indépendance. Il est également vrai que les Quichuas obéissent à un maître, descendant de leur plus ancien roi, à Tupac Amaru, que vous connaissez sous le nom de Juan Esteban, et qui a pu, exerçant la profession de guide, nouer peu à peu, dans toutes les provinces péruviennes, les fils de cette immense conspiration, aujourd'hui à la veille d'éclater. (p. 217)

    Pourtant, malgré cet enthousiasme, pas plus que les Mayas dans La Guerre des Mayas ou les Aztèques dans Le Choix des destins, Pour nourrir le soleil 2, la conspiration n'aboutira. Quelque soit l'organisation, toujours secrète, le complot échoue systématiquement. Dans La Guerre des Mayas, un valeureux agent français fait capoter un plan tout à fait incroyable, dans le Le Choix des destins, le statut de ministre du chef de la "conspiration" n'empêche pas son échec. Il n'y a presque que dans Nanotikal que l'on voit des Précolombiens triompher... mais pour combien de temps?

     

    Frédéric Valade, L'Araignée Verte
    Bibliothèque des grandes aventures, n° 101
    Editions Jules Tallandier, 1926

  • Les Précolombiens dans les collections Tallandier

    Dans une longue note postée aujourd'hui, j'annonce la publication d'un numéro double de la revue Le Rocambole consacré aux éditions Tallandier.

    Cet éditeur ne nous est nullement inconnu. J'ai déjà chroniqué quelques oeuvres ressortissant de notre domaine de prédilection sur ce blog:

    1/ Dans la collection Le Livre National, série rouge:
    Edouard Delain, Caripuna, coupeur de têtes
    Henri Germain, La Reine des montagnes

    2/ Dans la collection Le Livre National, série bleue:
    Maurice Champagne, Le Signe du soleil
    Luigi Motta, Epouse du soleil ?
    Emilio Salgari, La Reine des Caraïbes

    3/ Dans le périodique Lisez-moi aventures:
    André Fougère, Les Dieux de la Cordillère

    Il y a bien évidemment de nombreuses autres oeuvres comme par exemple, René Thévenin, Le Collier de l'Idole de fer, Frédéric Valade, L'Araignée verte (série bleue),... et pas seulement dans la série d'aventures (la bleue). Il y eut aussi des rééditions, souvent tronquées, dans des collections parfois plus orientées vers la jeunesse.

  • Le Rocambole

    LA revue de référence dédiée à la littérature populaire consacre son dernier numéro aux Editions Tallandier (et sur ce blog, je poste régulièrement des références tirées de ce catalogue).

    Tallandier a été l'une des grandes maisons d'édition de littérature populaire. Nombre de textes de proto-science-fiction ont été édités dans l'une ou l'autre de ses collections.On trouvera notamment, pour les amateurs de SF, un article sur Albert Robida par Anne Gourdet, un article sur Le Livre d'aventures par Jacques Baudou, un article sur le Colonel Royet par Maria Pelewska, ...
    On apprendra aussi des choses intéressantes sur Jimmy Guieu (p. 320)=> frappé de la triple interdiction (loi de 1949) en 1971! (et les extra-terrestres n'y furent pour rien).

    LE ROCAMBOLE — Numéro 39-40 : Les éditions Tallandier

    SOMMAIRE

    Editorial
    La Vie de l’association

    Dossier : Les éditions Tallandier
    — La Librairie illustrée Jules Tallandier. Quelques jalons historiques, par Matthieu Letourneux
    — Albert Robida, ou l’imaginaire du pire, par Anna Gourdet
    — Lecture à deux sous : le Journal des Romans populaires illustrées publié par Jules Tallandier, par Philippe Ethuin
    — Contraintes et atouts des journaux-roman au début du siècle : le Journal des Romans populaires illiustrés, par Matthieu Letourneux
    — De 85 à 60 centimes : Tallandier et les débuts du Livre national, par Jean-Luc Buard
    — La plume au fusil : l’aventure militaire du colonel Royet, par Marie Palewska
    — La guerre sans la guerre : Chantecoq au service de l'Union sacrée, par Vittorio Frigerio
    — Le cahier bleu, par Matthieu Letourneux
    — La collection « Le Livre d'aventure », par Jacques Baudou
    — Les romans de cape et d'épée (1932-1942), par Jacques Van Herp
    — Cinéma-Bibliothèque. La série phare des films racontés d’avant-guerre, par Christophe Bier
    — Entretien avec Maurice Dumoncel, par Jean-Luc Buard & Matthieu Letourneux
    — Repères chronologiques, par Jean-Luc Buard, Claude Herbulot & Matthieu Letourneux

    Varia :
    — Fantômas, un feuilleton théorique (2), par Colas Duflo
    — Les révélations de Rocambole, par Jean-Paul Gomel, Paul J. Hauswald et Claude Herbulot

    Chroniques :
    — Le Front populaire
    — Roc@mbole, par Philippe Ethuin
    — Revue des autographes, par Jean-Pierre Galvan

    Les contes du Rocambole :
    — Suggestion, par Jean Reibrach (1845)
    — Victoire, par Michel Nour (1910)
    — Entre collectionneurs, par Paul Eudel (1910)
    1e242ac8441408aabb49450fd20e7c92.jpg
  • Paul Dancray, le Roi des Hommes-Rouges

    Un Tallandier bleu dans l'une de ses dernières séries: Paul Dancray, Le Roi des Hommes Rouges.

    L'appelation "Hommes Rouges" est le plus souvent utilisée pour les peuples sud-américains descendants des Incas. "Peaux-rouges" se trouve aussi mais témoignent souvent d'une forte confusion avec leurs cousins d'Amérique du nord. Ici l'action se déroule dans la Cordillère. On trouve, classiquement, la jeune européenne enlevée.

     

    9082c907bf50a7d788e84d7b9d485b2b.jpg

    Paul Dancray, Le Roi des Hommes Rouges,
    Grandes Aventures. Voyages Excentriques,
    Nouvelle série n° 69,
    Editions Tallandier, 1941

  • Edouard Delain, Caripuna, coupeur de têtes

    Un Tallandier de la série rouge. Après Henri Germain et sa Reine de la Montagne, voici Edouard Delain avec Caripuna, Coupeur de têtes.
    Un gentleman-cambrioleur-Robin des bois est embauché par un riche Américain pour livrer à la justice un méchant homme. Sa quête l'emmène jusqu'au territoire des Mundurucus. Ce peuple amazonien, attesté par la chronique, a la singularité de ne pas avoir de mots pour compter au-delà de 5. Cette particularité, non mentionnée dans le roman, a fait l'objet d'études ethno-mathématiques (fin de la page culturelle, début de la page fictionnelle :oD ).
    Une pratique, non attestée par la chronique celle-là, est révélée par le titre: ils seraient des coupeurs de têtes, plus précisément, comme c'est le cas pour d'autres peuples (par exemple les Jivaros), ils pratiqueraient la décapitation rituelle des ennemis.

    Ce qui est assez singulier, c'est que les Mundurucus présentés dans l'ouvrage sont du côté du Bien. La décollation n'est donc pas totalement condamnée. Les personnages occidentaux se gardent bien d'ailleurs de la critiquer, ce serait commettre une erreur irréparable. La pratique est sobrement qualifiée d'"excès" (p. 211).

    7d7fab41f6623019e53c493ca41a2716.jpg

    Edouard Delain, Caripuna, Coupeur de tête,
    Collection "Romans populaires" (série rouge), n° 834,
    Editions Jules Tallandier, 1932.

  • Emilio Salgari, La Reine des Caraïbes

    Une belle couverture pour cet ouvrage publié par Tallandier.
    "Devant moi, vous vous prosternerez tas d'emplumés !" :oD

    31049ce85ba8046a781c65ef0903ffe5.jpg

     

     

    E. Salgari, La Reine des Caraïbes,
    Bibliothèque des Grandes Aventures, éditions Jules Tallandier.