Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eldorado - Page 2

  • Rose Dardennes, La Grotte de cristal

    Quand trois jeunes gens se voient réclamer à la fois 100.000 francs pour soigner une mère et des dons pour venir au secours d'un oncle missionnaire en Papouasie, la situation financière est pour le moins complexe.

    Ils décident d'explorer la maison pour y découvrir quelques antiquités à vendre. Par miracle, ils découvrent les coffres de l'oncle Bouzigue (qui a vécu au XVIe siècle!) et dans l'un des coffres une carte au trésor. L'histoire est bien plus compliquée car l'antiquitaire venu estimer les coffres connaît le secret de l'oncle, les emmène aux environs de Medellin (qui, soit dit en passant est une ville très calme, la Cartel n'a pas encore fauit des siennes), drogue les enfants et les jettent d'un avion, les jeunes gens doivent affronter les périls de la jungle mais évidemment finissent par triompher et découvrir le trésor. Publié chez Mame, ce roman est édifiant: le foi guide les gentils et le tréosr ne sert pas qu'à résoudre leurs problèmes personnels mais aussi à venir en aide aux autres.

    Un extrait qui condense l'essentiel des stéréotypes de ce genre de romans d'aventures à la recherche de l'Eldorado:

    Lire la suite

  • Je dis Citation du jeudi: Eldorado

    "A l'origine des découvertes, il y a toujours un eldorado, une route des Indes, une pierre philosophale, une question trop grande, un mythe dont seuls des illuminés osent parler sans sourire."

    Roland Omnès

  • Yannick, Hercule découvre l'Eldorado [BD]

    super hercule 14 3 001.jpgComme un certain nombre de lecteurs de Pif Gadget et des autres publications liées, j'ai toujours eu un penchant plus net pour le chat Hercule que pour Pif le chien.

    C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé il y a peu des Super Hercule, un mensuel qui compte 71 numéros (premier numéro en juillet 1986, dernier numéro en mai 1992), et, dans le numéro 14 une histoire dans laquelle Hercule découvre l'El dorado! L'épisode n'a pas de titre, il est dessiné par Yannick, l'un des meilleurs scénaristes / dessinateurs pour Hercule selon moi.

    Lire la suite

  • Guy Tomel, L'Evadé de la Guyane

    Bagnard poisson.jpgLe roman du bagnard fait partie des grandes traditions de la littérature (et notamment sa branche populaire). Jean Valjean, le forçat au grand coeur, dans les Misérables de Victor Hugo, le bon Chourineur et le cruel Maître d'école dans Les Mystères de Paris d'Eugène Sue, les nombreux bagnards innocents des romans populaires (le plus célèbre étant Chéri-Bibi de Gaston Leroux).

    Guy Tomel nous conte une variation sur ce thème. On trouve une description de la Guyane et de ces mythes notamment celui de l'Eldorado:

    Lire la suite

  • Robert Gaillard, Cristobal Colon

    Robert Gaillard, écrivain français né en 1909 a écérit de nombreux oouvrages dont l'intrigue se déroule en Amérique. Il y a bien sûr le célèbre Marie des Isles (adapté au cinéma en 1959 sous le titre Le Flibustier de la Martinique par Georges Combret) ou Marie Galante. Rappelons Port-Châtiment chroniqué sur ce blog. D'autres oeuvres nous intéressent parmi la bonne centaine de romans qu'il a écrit. Pour l'éditeur André Martel, Robert Gaillard produit une trilogie historique  intitulée Les Conquérants de l'El Dorado consacrée à Christophe Colomb, Hernan Cortés et Franscisco Pizarro (1952-1953).

     

    gaillard cristobal colon.jpg

     

    Robert Gaillard, Cristobal Colon, série Les Conquérants de l'El Dorado,
    Editions André Martel, 1953

  • Voltaire, Candide ou l'Optimisme

    voltaire candide disque.jpgAlors que Londres est inondée ce soir sur TF1 (adaptation du roman Flood de Richard Doyle, qui n'a rien à voir avec Londres engloutie de Richard Jefferies paru en VO en 1885), je lis quelques chapitres de Candide. C'est beaucoup plus sérieux que Les Mémoires de Capu Sumac.

     

    voltaire candide 1.jpgEn effet plusieurs chapitres de ce conte philosophique traitent des peuples sud-américains. Voltaire n’a aucune prétention à l’authenticité quant aux lieux, peuples, mœurs, cités représentés. L’Eldorado voltairien est une utopie de tolérance et de liberté et non une œuvre à caractère géographique. Quittant le Paraguay dirigé par les Jésuites après avoir tué un officier de la Compagnie de Jésus (le frère de Cunégonde), Candide flanqué de son valet Cacambo (péruvien né au Tucuman), ils fuient à travers l’Amérique du Sud. Entendant des cris de femmes, Candide tire sur deux singes qui lui semblaient menaçants. Or, les femmes viennent pleurer les primates et les dénoncent aux Oreillons. A leur réveil, ils se trouvent « entourés d'une cinquantaine d'Oreillons tout nus, armés de flèches, de massues et de haches de caillou : les uns faisaient bouillir une grande chaudière ; les autres préparaient des broches, et tous criaient : « C'est un jésuite, c'est un jésuite ! nous serons vengés, et nous ferons bonne chère ; mangeons du jésuite, mangeons du jésuite ! » » (Chapitre Seizième).

    Prouvant qu’ils sont des ennemis des Jésuites, Candide et Cacambo sont libérés et poursuivent leur périple, cherchant à rejoindre la Cayenne (l’actuelle Guyane). Perdus, ils découvrent une petite barque et se laissent porter par une rivière. Ils parviennent miraculeusement au pays d’ Eldorado. L’or et les pierres précieuses se ramassent à la pelle sur les chemins et les habitants du pays les méprisent totalement. Candide et son valet rencontrent quelques gueux, des marchands, font bonne chère dans une hôtellerie qui, comme toutes les autres sont payées par le gouvernement et un vieillard âgé de 172 ans. Ce dernier leur apprend l’histoire du royaume : « Je suis âgé de cent soixante et douze ans, et j'ai appris de feu mon père, écuyer du roi, les étonnantes révolutions du Pérou dont il avait été témoin. Le royaume où nous sommes est l'ancienne patrie des Incas, qui en sortirent très imprudemment pour aller subjuguer une partie du monde, et qui furent enfin détruits par les Espagnols.
    « Les princes de leur famille qui restèrent dans leur pays natal furent plus sages ; ils ordonnèrent, du consentement de la nation, qu'aucun habitant ne sortirait jamais de notre petit royaume ; et c'est ce qui nous a conservé notre innocence et notre félicité. Les Espagnols ont eu une connaissance confuse de ce pays, ils l'ont appelé El Dorado, et un Anglais, nommé le chevalier Raleigh, en a même approché il y a environ cent années ; mais, comme nous sommes entourés de rochers inabordables et de précipices, nous avons toujours été jusqu'à présent à l'abri de la rapacité des nations de l'Europe, qui ont une fureur inconcevable pour les cailloux et pour la fange de notre terre, et qui, pour en avoir, nous tueraient tous jusqu'au dernier.
    » (Chapitre dix-huitième).

    voltaire candide couv.jpg

     

    François Marie Arouet dit Voltaire, Candide ou l’Optimisme,
    Traduit de l'allemand de M. le docteur Ralph avec les additions qu'on a trouvées dans la poche du docteur, lorsqu'il mourut à Minden, l'an de grâce 1759, Genève, 1759 (édition Princeps)

  • Oncle Picsou, Donald et Cie

    Plusieurs épisodes d'Oncle Picsou, Donald et compagnie font référence directement à notre thème de prédilection. Relevons notamment (je n'indique que la première publication en France):


    Donald philatéliste (1953):
    Depuis quelque temps, Donald s'adonne à la philatélie, sa collection est fort belle mais il y manque une pièce de choix: le timbre fuchsia de Guyane de 1856, un timbre unique perdu avec le courrier il y a bien longtemps. C'est ainsi que Donald et ses petits neveux s'envolent vers l'Amérique du Sud à la recherche du timbre unique. Sur place, un vieil homme leur donne un précieux conseil: son aïeul, facteur, transportait la lettre au timbre fuchsia. Il fut enlevé par une tribus d'indiens et leur chef, El Dorado, un colosse au corps recouvert d'or qui a gardé la sacoche postale, fasciné par ses boucles d'argent. Les canards se mettent à la recherche de cet être légendaire. (paru aussi sous les titres: Le temple du géant  -1970 -; Donald contre l'El Dorado - 1976 -; Les timbrés du timbre - 1997)

    Donald et le trésor des sept cités (1976): 
    Alors que Picsou cherche désespérément une façon nouvelle de gagner de l'argent, il découvre par hasard avec Donald et ses neveux, en suivant la piste de pointes de flèches indiennes, des bijoux provenant du trésor des sept cités de Cibola (paru aussi sous le titre: Les sept cités de Cibola - 1995)

    Le Trésor de Témèmpacap (1988):
    Tous les trésors découverts par Picsou sont exposés au musée de Donaldville, mais Gripsou le provoque en le défiant de trouver l'or des Incas avant lui. (paru aussi sous les titres: Picsou et le fils du Soleil - 1998 - et Le fils du soleil - 2006).

    Un Dernier seigneur pour Eldorado (1998):
    Lors d'une chasse au trésor, Picsou et ses neveux découvrent près d'une épave une plaque en or qui les mène à une banque allemande, début d'une aventure à la recherche de la cité d'or d'Eldorado. (paru aussi sous le titre: King Eldorado - 2006)

    source: http://coa.inducks.org/index.php 
    Archives mondiales des bandes dessinées Disney