Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

exposition - Page 2

  • Les Précolombiens accostent Quai Branly

    Lu dans le programme du musée du Quai Branly:

    La programmation du deuxième semestre rendra hommage à l’Amérique Latine, en accueillant, du 7 octobre 2009 au 24 janvier 2010, une grande exposition sur l’art précolombien: Teotihuacan, Cité des dieux. Issus à 70% des collections mexicaines et à 30% des collections européennes, les objets présentés par Félipe Solis, commissaire de l’exposition et directeur du Musée National d’Anthropologie de Mexico, permettront aux visiteurs de comprendre le rôle de cette cité antique dans le monde méso-américain, d’un point de vue historique, anthropologique et mythologique.
    "L’exposition rassemble environ 450 pièces exceptionnelles de la culture de Teotihuacan, grande cité de l’Ancien Mexique que de récentes découvertes ont permis de mieux connaître.

    Les objets sont présentés par thématiques successives permettant aux visiteurs de découvrir cette cité antique, et de comprendre son fonctionnement, le rôle et l’influence qu’elle a eue dans le monde méso-américain.

    Cette exposition unique présente des pièces qui, pour la plupart, n’ont jamais été présentées en Europe, et dont certaines étaient encore inédites au Mexique jusqu’à leur présentation à Monterrey de septembre 2008 à janvier 2009. Les objets sont issus à 95% des collections mexicaines et à 5% des collections européennes (collections des musées ethnographiques allemands et du musée du quai Branly à Paris).

    Cette exposition a été conçue par le Consejo Nacional para la Cultura y las Artes et l'Instituto Nacional de Antropologia e Historia, Mexico, avec le soutien de la Fundacion Televisa A.C.

    Elle est coproduite par le musée du quai Branly, Paris, le museum Rietberg, Zürich et le Martin Gropius Bau, Berlin. "


    En parallèle, du 20 octobre 2009 au 3 janvier 2010, l’exposition Chefs-d’oeuvre de l’art précolombien – Collections Barbier-Mueller présente des pièces uniques, certaines jamais encore exposées au public, provenant de remarquables cultures préhispaniques, dans un parcours géographique et chronologique conçu par Jean-Paul Barbier Mueller, commissaire de l’exposition.

    Les fictions ne seront pas oubliées avec le Cycle Cinéma-Conférences autour de "l'imaginaire préhispanique dans le cinéma mexicain".
    Ce cycle se compose de trois conférences du Dr Angel Miquel, Facultad de Artes de la Universidad Autónoma del Estado de Morelos ( conférences en espagnol avec interprétation en français), suivies de projections de films.

    Vendredi 9 octobre à 18h : les représentations du monde préhispanique dans le cinéma mexicain retorno a aztlan.jpg
    projection du film Retorno a Aztlán, de Juan Mora Catlett
    Retorno a Aztlán, de Juan Mora Catlett (1991, dialogues en náhuatl. sous-titres en anglais)

    Samedi 10 octobre à 18h : les représentations de la conquête espagnolecabeza de vaca.jpg
    projection du film Cabeza de Vaca de Nicolás Echevarría
    Cabeza de Vaca de Nicolás Echevarría (1991, dialogues en espagnol, sous-titres anglais)

    Dimanche 11 octobre à 16h : les représentations de la survivance du monde indigène
    projection du film Bajo California: el límite del tiempo, de Carlos bajo california.jpgBolado
    Bajo California: el límite del tiempo, de Carlos Bolado (1998, dialogues en espagnol, sans sous-titres)

  • Pierre Vallas s'expose au Grenier (Amiens)

    La Librairie Le Grenier propose une exposition des oeuvres de Pierre Vallas du 4 au 22 avril. Comme d'habitude, pas de vernissage (vous n'avez donc pas raté les petits fours), mais un "finissage"le dernier jour de l'expo.

    Le Grenier, c'est 14 bis rue du Marché Lanselles, 80000 Amiens et c'est ouvert du mardi au samedi, de 10 heures à 19 heures.

    Le travail de Pierre Vallas est fort intéressant (et pour tout dire surprenant). Laissons lui la parole:

    Comment je sculpte ma peinture*

     

     

     

    P.VALLAS expo Grenier2131.jpgJour après jour, mes couleurs sont celles du tout venant de ce que je consomme, de mes emballages obligés, omniprésents, et des divers objets de rebut, souvent de matière plastique (tels les jouets cassés de mes enfants), parfois d’origine organique (noyaux, cheveux, os…).

    La cuisine fait office d’atelier. Ici, je déballe mes emplettes : un sac de plastique blanc ou transparent ira dans telle bouteille, un sac de couleur unie dans telle autre, un imprimé dans une autre encore… mise en abyme.

    Le tri constitue sans doute la part essentielle du travail. Quand elle sera remplie, puis chauffée (et coiffée ou non de son bouchon), la bouteille sera devenue œuvre, immédiatement visible de par son contenu alors assimilable à du pigment. En tant qu’enveloppe transparente, invisible, la bouteille de plastique rétractable – combien d’unités chaque jour dans le monde ? – joue donc pleinement son rôle de liant, de vernis protecteur, voire même de glaçure – car il est question du feu cette transformation en objet d’art.

    Un cran au-dessus : je puis considérer une bouteille en tant que simple unité (que je ne m’interdis pas de tronçonner à l’occasion) ; grâce à P.VALLAS expo Grenier21212.jpgmon liant plastique, je façonne alors ces modules en une « superbouteille », sorte de serpent ou de long tube digestif.

    J’aime particulièrement cette image car elle met bien en face le déchet de notre consommation (et je songe alors aux « dépotoirs » chers aux archéologues), en même temps qu’elle renvoie à de l’intime (l’intestin), de l’archaïque : retour du refoulé retourné comme un gant (dedans/dehors, contenu/contenant, etc.) car toute cette (belle) matière a bien sûr à voir avec l’excrémentiel (je suis un matiériste légèrement obsédé, pas vous ?).

    Un cran au-dessus encore, le liant peut aussi n’être constitué que par le travail (le concept) de la mise en espace, l’objet devenant alors « installation ».

    Pourtant, je continue à me considérer comme peintre (si cela a de l’importance…), même si ma peinture se détache un peu du plat. Mon souhait est de la faire rêver.

     

    Pierre Vallas.



    * ou pour répondre à l’éternelle question : « Dis, mais comment tu fais ? »

     

     

    P.VALLAS expo Grenier2130.jpg

     

     

  • Le Grenier accueille Les Moutons Electriques

    Un post qui n'a rien à voir avec le thème de ce blog...

    Du 8 décembre au 31 décembre 2007, la Librairie Le Grenier située Rue du Marché Lanselles à Amiens accueillera les Moutons Electriques.

    Au programme:

    > Exposition sur les héros populaires avec leur chronologie
    > Exposition de la production des Moutons Electriques, maison d'édition lyonnaise
    > Présentation de la Bibliothèque Rouge
    > Présentation de différents livres comme Fiction Spécial n°2: Les Noëls Electriques, recueil présenté par Jacques Baudou avec une postface d'André-François Ruaud ou encore toujours pour les amateurs de SF: Les Romans de Philip K. Dick par Kim Stanley Robinson, Orphée aux étoiles, les voyages de Poul Anderson par Jean-Daniel Bèque, le Panorama illustré de la Fantasy et du Merveilleux par Olivier Davenas & André-François Ruaud,...

    Le catalogue des Moutons Electriques est disponible ici: http://www.moutons-electriques.com/livre.php?p=intro&n=35