Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

indiens - Page 2

  • Maurice Limat, L'Ile maudite

    Un charmant fascicule signé Maurice Limat publié dans la collection Tabou aux Editions Nicéa en 1944 nous montre Teddy Verano, un personnage récurrent de l'auteur, sur une île perdue, entouré (Teddy, pas l'île, hein ! l'île est entourée d'eau, c'est déjà pas mal ;) ) d'Indiens plus ou moins amicaux. Il y est aussi question d'or, de beaucoup d'or, d'un torrent d'or!

    limat l'ile maudite001.jpg

    Maurice Limat, L'Ile maudite, collection Tabou,
    Editions Nicéa, 1944

  • Willard Price, Pièges en Amazonie

    Dans Pièges en Amazonie, septième aventure des frères Hunt publiée dans la collection Plein Vent dirigée par André Massepain, Williard Price utilise tous les éléments habituels de l’aventure jungle amazonienne : vampires (voir par exemple: La Montagne aux vampires de Maurice Limat paru dans la collection Le Petit Roman d'aventures (n° 1) en 1936 ou Le Vampire des Andes de Charles Richebourg paru dans la collection Mon Roman d'aventures) , chasse au jaguar, anaconda géant, Blancs âpres au gain et n’hésitant pas à exécuter des Indiens, vengeance indienne (scène d’exposition de têtes de méchants p. 199 à 202), jeune héros, vraiment héroïque et qui a du cœur,…

    Pas de civilisation cachée, une fin attendue, des clichés mille fois rebattus (le chapitre Une île flottante fait penser à La Jangada de Jules Verne), rien de bien emballant...

     

    Williard Price, Pièges en Amazonie
    (VO : Amazon Adventure, 1951),
    Collection Plein Vent n° 85, Robert Laffont, 1972

  • XXX , Luc Bradefer. Le Troisième millénaire

    Luc Bradefer visite l'an 2967. Les Terriens ont decidé d'endosser le costume typique de leurs ancêtres. New York est désormais composé de gratte-ciel en forme de tipis. Sur une vignette, on peut apercevoir le carnaval de Mexico.

    6ea0b96edc919444ca3d1276955b522b.jpg

     

    XXX, Luc Bradefer, Le Troisième Millénaire in Les Héros du mystère n° 3, Editions des Remparts, mai 1967, pp. 65-95.

  • Michel Bourguignon, Mystère au Rio Branco

    Alic est une série dans laquelle un intrépide reporter d'images défend la veuve et l'orphelin. dans ce volume il se trouve au Brésil.
    4e de couverture: "A Manaus, cité perdue au milieu de l'immense forêt amazonienne, Aram, fameux metteur en scène, est bloqué avec toute son équipe : état de siège, impossible d'aller plus loin, des troubles mystérieux Se produisant dans une région inexplorée du Rio Branco... On ne sait pas grand chose : des officiers aviateurs ont signalé un camp bizarre, une mine où peinent des Indiens réduits en esclavage; presque aussitôt après l'annonce, par radio, de cette découverte, des canons leur ont tiré dessus. Depuis, silence, on ne sait plus rien d'eux... Mais Alic est là... Volontaire pour aller tourner des extérieurs en pleine jungle, sous la conduite du noble chef Indien Dom Pedro, il connaîtra d'étranges aventures, se glissera, au coeur même du danger, dans la cité maudite, où règne le cruel Strassberg. II n'aura plus que deux objectifs : sauver sa pellicule, certes, mais avant tout, avec une audace et une intrépidité extraordinaires, délivrer les prisonniers."

    Nulle mention de civilisation disparue dans cette Amazonie. Le mystère est en fait résolu quand notre héros découvre les agissements d'un ancien nazi reconverti dans la direction d'une mine (avec les méthodes des camps de concentration). Le reporter dénonce les manquements graves au code du travail, libère les Indiens réduits en esclavage et fait condamner l'ancien SS.
    Une aventure de jungle classique avec les non moins classiques survivants du régime hitlérien reconvertis dans des activités plus ou moins légales en Amérique du Sud. C'est bon - hors genre pour ce qui nous concerne - mais à réserver aux nostalgiques car, franchement, ça a vieilli.

     

    7098110e84d601061044d71d69186157.jpg

    Michel Bourguignon, Mystère au Rio Branco,
    collection Aventures n° 023, Editions G.P., 1968
    Illustrations de Gil Pascal

  • Florent Manuel, Les Mystérieux stylets

    Joyeux mélange de policier et d’aventures que l’histoire de ce petit fascicule publié par Ferenczi se déroule au Brésil. On y trouve un Indien nommé Hascatemoz (le malheureux est victime d’un mystérieux stylet dès les premières pages).

    C’est à peu près tout pour ce qui nous intéresse. Etrange mystère de chambre close en vérité : la porte de la chambre semble inaccessible et « la fenêtre était grande ouverte, mais les volets métalliques étaient se trouvaient hermétiquement clos » (p. 5). Pourtant, à la fin du fascicule, on apprend de la bouche du docteur Morieta, chef d’un groupe de bandits voulant mettre la main sur des caisses de diamants, que « le stylets étaient projetés de loin par des sarbacanes perfectionnées. Mes hommes étaient cachés à plus de cinquante mètres de distance !... » (p. 32).

     

    Florent Manuel, Les Mystérieux stylets,
    Mon Roman d’aventures n°103, Editions J. Ferenczi & fils, 1949

  • Max-André Dazergues, L’Enfer vert

    Un des nombreux fascicules publiés par Ferenczi dans l'une des ses collections de romans d'aventures. 

    Trois jeunes gens sont victimes d'un accident d'avion au dessus de l'Amazonie. Pietro Suarez saute en parachute. Maxence Daltony et Dolorès Mango « atterissent » au sommet des arbres. Ils doivent combattre tous les dangers de la jungle (fourmis rouges, anaconda, crocodiles,...). Ils rencontrent Domingo Curtill, journaliste perdu dans l'Amazonie, qu’une attaque d’abeilles friandes des cheveux humains a rendu chauve, et qui recueilli Pietro Suarez blessé. Tous sortiront indemnes de l'aventure.

    Les guides indiens de Domingo Curtill sont cités mais ils sont déjà morts. Il est aussi fait mention, à plusieurs reprises, d’une tribu amazonienne, les Adorateurs du jaguar.

    - Et ces Indiens sont cruels ? [s’enquiert Dolorès]
    - Pas tous [répond Maxence]. Arriérés plutôt. Une peuplade curieuse que j’ai rencontrée est celle des Adorateurs du Jaguar… J’étais même parvenu à saisir leur dialogue.
    - Les Adorateurs du Jaguar ?... -
    Oui. Le jaguar noir, plus sanguinaire que l’autre est vénéré par certaines tribus, qui le considèrent comme un des génies de la forêt. Il faut se garder de les contrarier sur ce point… (p. 12).

    Pourtant il faut se rendre à l’évidence : « les Adorateurs du Jaguar sont bien loin de nous, à plus de trois cents kilomètres [dit Domingo Curtill]. Ils hantent les marais et, surtout, les bras de fleuves qui serpentent sous le couvert de la forêt vierge et où nage le jaguar noir. D’ailleurs les Adorateurs du Jaguar ne sont pas à craindre. Nous ne les verrons jamais. » (p. 24). Du reste, le lecteur non plus.  

     

    Max-André Dazergues, L’Enfer vert,
    Mon Roman d’aventures, n° 317, Editions Ferenczi, 1954

  • Edouard Delain, Caripuna, coupeur de têtes

    Un Tallandier de la série rouge. Après Henri Germain et sa Reine de la Montagne, voici Edouard Delain avec Caripuna, Coupeur de têtes.
    Un gentleman-cambrioleur-Robin des bois est embauché par un riche Américain pour livrer à la justice un méchant homme. Sa quête l'emmène jusqu'au territoire des Mundurucus. Ce peuple amazonien, attesté par la chronique, a la singularité de ne pas avoir de mots pour compter au-delà de 5. Cette particularité, non mentionnée dans le roman, a fait l'objet d'études ethno-mathématiques (fin de la page culturelle, début de la page fictionnelle :oD ).
    Une pratique, non attestée par la chronique celle-là, est révélée par le titre: ils seraient des coupeurs de têtes, plus précisément, comme c'est le cas pour d'autres peuples (par exemple les Jivaros), ils pratiqueraient la décapitation rituelle des ennemis.

    Ce qui est assez singulier, c'est que les Mundurucus présentés dans l'ouvrage sont du côté du Bien. La décollation n'est donc pas totalement condamnée. Les personnages occidentaux se gardent bien d'ailleurs de la critiquer, ce serait commettre une erreur irréparable. La pratique est sobrement qualifiée d'"excès" (p. 211).

    7d7fab41f6623019e53c493ca41a2716.jpg

    Edouard Delain, Caripuna, Coupeur de tête,
    Collection "Romans populaires" (série rouge), n° 834,
    Editions Jules Tallandier, 1932.