Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeunesse - Page 3

  • Capitaine Ricardo, Les Chasseurs de tête

    Je n'ai pas grand chose à dire sur ce fascicule du Capitaine Ricardo car je n'en possède que l'image... ce qui ne m'empêche pas de la faire partager:

    capitaine ricardo les chasseurs de tetes.jpg
    Capitaine Ricardo, Les Chasseurs de têtes,
    collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent, n° 44,
    Editions G. Van Loo, sans date (années 1945-1950, sans doute 1946)
  • Capitaine Ricardo, Le Jardin des supplices

    Sous ce titre qui semble emprunté à Octave Mirbeau, le Capitaine Ricardo nous conte la vie politique agitée et sanglante de la petite République de San José (capitale San José), île assez grande, peuplée de 20.000 habitants, située dans le Pacifique entre l’Amérique centrale et les Iles Galapagos.

    Du temps de sa prospérité, San José était dirigée par le bon président élu (ce qui pas si courant) Felipe Armaro jusqu’à ce que deux riches planteurs décident de le renverser en l’assassinant lui et sa famille afin de mettre la main sur les richesses du pays. La fille aînée, Carmen, parvient à s’échapper et promet de se venger.

    Jaime Bribato et Esteban Querillo souhaitent se débarrasser du général Espirito qui les a conduits au pouvoir mais le complot est éventée par les espions du général qui fait exécuter ses anciens maîtres.

    Au Pérou, Carmen Armoro requiert l’aide de Victor Vincent et de ses amis et grâce à la population de San José, lasse des exactions d’Espirito, ils renversent le dictateur. Guidés par Carmen, les habitants vont pouvoir vivre en paix et retrouver la prospérité.

    Ah ! le charme des révolutions sud-américaines ! Mais nulle trace de peuples précolombiens là dedans!

    Plus j'en lis et plus je trouve cette collection de fascicules confondante de médiocrité. Et dans le cas qui nous intéresse même le dessin est raté (regardez bien le visage de celui qui est étranglé).

    Notons tout de même que ces illustrations sont de Fred Funcken qui travailla pour les périodiques Spirou et Tintin. Il n'était pas dans un bon jour.

     

    capitaine ricardo le jardin des supplices.jpg

    Capitaine Ricardo, Le Jardin des supplices,
    collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent, n° 221,
    Editions G. Van Loo, sans date (années 1945-1950)

  • Capitaine Ricardo, Le Fils du Soleil

    Au Pérou, le criminel Huan l’Oriental fuit la police aux abords du lac Titicaca. Alors que tout semble perdu pour lui, i les réfugie dans une crevasse, chute et se retrouve dans une grotte qu’il explore pour finalement découvrir des Incas fanatisés par un Grand Prêtre priant pour le retour du Fils du Soleil qui rendra la liberté au royaume des Incas.

    Grâce à des bombes fumigènes, Huan réalise la première partie de la prophétie (le Fils du Soleil renaîtra du tonnerre et dans un nuage) et avec sa maîtrise de la catalepsie acquise lors d’un voyage en Inde il triomphe facilement de l’épreuve de la mort de trois jours. Il peut rêver du rang de roi et même de celui de maître du Monde ! (rien que cela !)

    Pour fêter ce retour inespéré, le Grand Prêtre exige le sacrifice d’une jeune vierge de pur sang inca.

    Maria, accompagne de sa mère Thérésa, attend le retour de son fiancé Felipe quand elle est enlevée pour le sacrifice. Apprenant le rapt, Felipe se lance à la poursuite des ravisseurs tandis que Thérésa court prévenir la police.

    Felipe découvre le repaire des fanatiques, se glisse parmi eux et grâce aux bombes fumigènes qu’il a subtilisé à Huan, à libérer Maria. Mais ils vont être repris.

    Non loin de là, Victor Vicent, Jenny, Morrison (il s’appelle pour de vrai Jim Morrisson !) et Epervier Volant, nos quatre intrépides héros, font du tourisme. Ils viennent au secours de Thérésa menacée par un jaguar. Ni une ni deux, mis au courant du danger qui menace Maria et Felipe, nos héros s’en vont les secourir. Au moment où les Incas vont reprendre les deux fiancés, ils sauvent Maria mais Felipe reste au pouvoir des fanatiques. Alors qu’ils mettent les femmes à l’abri, ils se retrouvent piégés dans une galerie hermétiquement close qui commence à se remplir d’eau !

    Comment vont-ils se sortir de ce mauvais pas ?

    Je n’en sais rien car le fascicule s’arrête là, annonce une suite ( La Montagne d’argent) que je ne possède pas. C’est un petit peu le problème avec ces interminables collections de fascicules (Les Nouvelles aventures de Victor Vincent en compte près de 400 !) : on les rassemble peu à peu, au petit bonheur la chance, et elles restent longtemps parcellaires.

    victor vincent le fils du soleil.jpg

    Capitaine Ricardo, Le Fils du Soleil,
    collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent, n° 191,
    Editions G. Van Loo, sans date (années 1945-1950)

  • Sylvie Chausse & Philippe-Henri Turin, Tendres dragons

    Le superbe ouvrage Tendres dragons avec Sylvie Chausse à la plume et Philippe-Henri Turin au dessin est un peu aux frontières de la ligne éditoriale de ce blog. Pourtant je ne résiste pas au plaisir de vous le présenter succinctement.

    La présentation de l'éditeur:
    "Un ouvrage foisonnant qui réjouira et instruira les amateurs de dragons"

    Cet ouvrage exceptionnel répertorie de précieuses informations sur les dragons les plus connus, qu'ils soient européens, africains, extrême-orientaux ou amérindiens.
    Il décrit soigneusement les principales caractéristiques de l'espèce, tant sur le plan de l'apparence que de celui des moeurs, et dénonce leurs traditionnels ennemis, les chevaliers.
    Tout ce qui est dit (ou presque) dans ce livre est sérieux, mais cela est dit sur le ton de l'humour et de la dérision.
    Sylvie Chausse est née en 1953, à Lyon. Après des études de Lettres, elle exerce le métier d'enseignante pendant trente ans. Aujourd'hui, elle se consacre totalement à l'écriture, une écriture toujours teintée de poésie et d'humour. Elle se rend régulièrement dans les classes pour ne pas perdre le contact qu'elle aimait tant avec les élèves.

    Né en 1963 à Lyon, Philippe-Henri Turin est diplômé des Beaux-Arts et de l'école Émile Cohl. Guidé par une imagination féconde, il signe avec Sylvie Chausse plusieurs ouvrages consacrés à leurs thèmes de prédilection: les ogres, le père Noël, les pirates, les chevaliers, et aujourd'hui... les dragons!

    La quatrième de couverture:
    Vous qui pensiez tout savoir sur les dragons, vous trouverez ici des informations de tout premier ordre sur leur anatomie et leurs mœurs. Vous y découvrirez les dragonnes et les dragons qui ont marqué l'histoire du monde !

    On y découvre un sympathique Quetzalcoatl (rappelons qu'il n'a eu de relation incestueuse avecsa soeur que parce qu'il fut enivré par le cruel Tezcatlipoca):
    IMG_0001.jpg


    et cet amusant dragon venu de Patagonie (le Iémisch) qui porte une fourrure de loutre afin de glisser dans l'eau glaciale pour retourner les navires et dévorer les marins.
    IMG.jpg
    Tendres-dragons-chausse-turin.jpg

  • P. Ventura & G-P Ceserani, A la découverte des Mayas

    Il est des jours où l’on des petits bonheurs dont ceux qui en sont la cause l’ignorent, ou du moins ils ne le mesurent pas exactement. Avec Grand Sachem la Brocante nous nous envoyons des livres que nous chinons l’un pour l’autre. A lui les Indiens du Nord, à moi ceux du Sud (j’en ai beaucoup qui dorment dans des cartons). Dernièrement, il m’a fait parvenir A la découverte des Mayas de P. Ventura et G.-P. Ceserani (adaptation française de Rémi Simon). Bon très bien direz-vous : l’histoire de John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood qui explorèrent et firent connaître les cités Mayas à partir de 1839. Fort bien : ce n’est pas une fiction. En même temps quand Grand-Sachem m’a indiqué le titre, j’en étais à peu près certain. Il m’avait parlé des illustrations et les illustrations sont toujours très utiles pour égayer un blog. J’ouvre donc l’enveloppe, déplie le papier bulles qui protège les deux ouvrages envoyés par Grand-Sachem, regarde la couverture de A la recherche des Mayas et là un grand sourire se dessine sur mon visage : je connais ce trait, ce dessinateur ! C’est un petit bonheur. Quand j’étais enfant, j’avais reçu en cadeau plusieurs volumes de la collection Voyages publiée par Fernand Nathan : Le Voyage de Marco Polo, Le Voyage de Christophe Colomb, les Voyages de James Cook. Je passais des heures à les lire, à regarder les images, observer les cartes. A rêver en somme. Ces livres sont quelque part chez moi. Grand-Sachem m’a donné envie de les rechercher et de m’y replonger.

    ventura à la découverte des mayas002.jpg

     

    ventura à la découverte des mayas003.jpg


    ventura à la découverte des mayas004.jpg

     

     

    ventura à la découverte des mayas001.jpg

     

  • Monique Davot & François Davot, Taliko, indien de Guyane

    Taliko, indien de Guyane, est un album du père Castor écrit par Monique Davot et illustré par François Davot que m’a envoyé Grand Sachem la Brocante. L’album nous narre la vie d’un petit indien wayana.

     

    davot taliko indien de guyane003.jpg


    Les illustrations sur la vie quotidienne avec la cuisine, la pêche, les jeux, la construction des carbets (les maisons), les activités collectives, l’artisanat y côtoient celle sur la faune et la flore guyanaise.

     

    davot taliko indien de guyane002.jpg


    Taliko grandit et c’est le moment de se soumettre au maraké, une suite d’épreuves parfois douloureuses, qui le transforme en homme.

    Abondamment illustré, l’album est agréable à lire et permet de partager la vie de ces Amérindiens que la civilisation moderne fait disparaître plus sûrement que les maladies, les privations ou la jungle.

     

    davot taliko indien de guyane001.jpg


    Monique Davot (texte) & François Davot (dessins), Taliko, indien de Guyane,
    Albums du Père Castor, Flammarion, 1978

     

  • I Sanchez & F . Infante, Au pays des Incas

    La collection "Au pays des…" de La bibliothèque des Cadets, éditée par Bordas, proposait aux jeunes lecteurs de devenir, le temps d’une lecture, des explorateurs. Richement illustrés, les œuvres nous emmène aux pays des Pharaons, des esquimaux, des hommes du désert, des Peaux-rouges (petit clin d’œil à Grand-Sachem-la-Brocante), des kangourous, des Indiens (les autres, ceux des Indes orientales), des Mongols, …

    sanchez au pays des incas002.jpg

    Dans Au Pays des Incas, les Quechuas Demetrio et Chabuca (frère et sœur) vivent dans un village dans la région de Cuzco. Au marché de Cuzco, ils rencontrent un homme souhaitant se rendre à Machu Picchu (bonne occasion de gagner quelques sous). Il se révèle être un archéologue français du nom de Dupond (original non ?). Il profite d’un arrêt pour raconter l’histoire des incas aux enfants : histoire de la dynastie, coutumes, mode de vie, croyances et fin de l’empire.

    sanchez au pays des incas003.jpg

    La petite troupe arrive enfin à Machu Picchu. Les enfants ont pris conscience qu’ils appartenaient à un grand peuple.

    sanchez au pays des incas004.jpg

     

    Didactique et très richement illustré, l’ouvrage est préconisé à partir de huit ans.

     

    sanchez au pays des incas001.jpg

    I. Sanchez et F. Infante, Au pays des Incas
    (VO En el pais de los incas),
    collection Au Pays des...,
    La bibliothèque des Cadets, Editions Bordas, 1988