Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature populaire - Page 3

  • [Blog] Sur l'autre face du monde

    groc on a volé la tour eiffel.jpegLes amateurs d'anticipation ancienne existent. J'en suis un (euh, je le redis au cas où vous auriez raté un épisode). C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert qu'un des amis croisés sur le forum de BDFI avait ouvert son blog: Sur l'Autre face du monde. Pour beaucoup de monde ce titre ne va pas dire grand chose. Il faut dire que c'est une forme d'hommage à un roman d'A. Valérie paru en revue ( dans Sciences et Voyages) qui porte pour titre... Sur l'autre face du monde (oui vous l'aviez deviné). Ce roman a été réédité dans la collection Ailleurs et Demain (Robert Laffont).

    Laissons le créateur présenter son blog (à mettre tout de suite dans son netvibes, Google Reader, que sais-je encore) :

    Lire la suite

  • Arrivage du jour (Mais où va-t-il chercher tout cela - 3 )

    Dans la catégorie: Mais où va-t-il chercher tout ça? voici une autre source d'approvisionnement: les bouquinistes.

    J'en connais plusieurs parce que je les fréquente régulièrement, parce que je les rencontre sur les brocantes, parce que je passe du temps avec eux, parce que je bois le café avec eux, parce que certains deviennent des amis, parce qu'ils participent aux mêmes forums de discussion que moi, parce qu'ils écrivent eux aussi des articles dans les mêmes revues ou dictionnaires que moi, eh bien ils finissent par connaître mes marottes et savent ce qui me ferait plaisir (et générer quelques revenus pour eux ;-) ).

    Aujourd'hui, j'ai reçu un petit colis de Jérôme Serme, ci-devant tenancier du Rayon Populaire. Au menu, cinq ouvrages ressortissant de la littérature populaire qui vont alimenter mon temps de lecture jusqu'à la fin de la semaine.

    Lire la suite

  • Jean-Pierre Besson, Le Bandit au sombrero rouge

    La collection Oeil-de-faucon* publia entre 1941 et 1942 37 fascicules de 64 pages sous une couverture illustrée par Robert Dansler (qui écrivit aussi quelques titres: Les géants du Titoradium, A 300 mètres sous le pôle, La princesse de la jungle, Dans les griffes du serpent vert et Le bal des serpents).

    L'intrigue du Bandit au sombrero rouge se déroule au Mexique. Nous sommes pourtant bien loin des civilisations aztèque ou maya: un bandit borgne (portant un sombrero rouge comme le titre l'indique) et sa bande terrorisent la région.  Domingo, l'affreux personnage, prétend prélever un impôt révolutionnaire dont il est le seul bénéficiaire (charité bien ordonnée commence par soi-même). Le courageux Pedro Allonzo se met sur sa route et finit par le retrouver. Domingo meurt, expiant ses crimes passés. Le gentil est doublement récompensé: amour et fortune sont au rendez-vous de la gloire!

    L'esthétique dominante est celle du western avec braquage d'une auberge, poursuite à cheval, fusillades dans la cabane reculée, ...

    besson le bandit au sombrero rouge.jpg

    Jean-Pierre Besson, Le Bandit au sombrero rouge,
    Collection Oeil-de-faucon, n°18,
    Société Française d’Editions et de Publications illustrées, sans date (vers 1941-1942)
    Couverture illustrée par Robert Dansler.


    * on peut consulter la bibliographie complète de cette collection sur le forum A propos de littérature populaire.

  • Des merveilles méconnues...

    « Il y a ainsi, perdus dans l’océan du domaine public, quantité d’ouvrages amusants, émouvants, inattendus, qui mériteraient cent mille fois plus d’être édités – nous voulons dire réédités – que bien des nouveautés prétentieuses pour lesquelles les éditeurs ignorants ou naïfs payent des droits d’auteurs exorbitants »

    Régis Messac, « Polydore Marasquin au royaume des singes de Léon Gozlan, aux Œuvres représentatives » in Les Romans de l’homme-singe, Editions Ex-Nihilo, 2007, p. 93.

     

    alencar indiens et aventuriers.jpg

     

    Illustration: José de Alencar, Indiens et Aventuriers du Brésil, Le Livre National, Romans d'aventures et d'exploration, n°39, Librairie Illustrée, sans date

  • Léo Gestelys, Les Naufragés de la Nueva-Espana

    Avec un titre comme celui des Naufragés de la Nueva-Espana, les espoirs de trouver quelques descendants des Incas, Aztèques ou Mayas sont permis. Le début qui se déroule dans un port du Chili renforce encore l’impression. Plus loin on découvrira une pyramide, un autel, de l’or, une grotte recelant un fabuleux filon aurifère et quelques sauvages mal intentionnés.

    Malheureusement, dès le départ, la bateau prend un mauvais itinéraire, faisant route vers le Pacifique, pour une sombre histoire d’arnaque à l’assurance maritime est coulé, le capitaine sauve quelques hommes (dont deux fieffés coquins) et une passagère de dernière minute fuyant une méchante belle famille qui l’accuse d’avoir écourté la vie de son mari. La pyramide est un vestige des anciens cultes maoris (un maraë )et l’or n’a rien d’Inca. Les sauvages sont tout à fait sauvages et ne supportent pas que l’on viole les tabous, les méchants sont punis et l’amour entre le capitaine et sa jolie passagère triomphe.

    A ranger du côté des faux amis.

    gestelys les naufragés de nueva espanan.jpg

    Léo Gestelys, Les Naufragés de la Nueva Espana,
    collection Mon Roman d'aventures, n°180,
    Editions Ferenczi, 1952

  • Gustave Aimard, L'Araucan (illustration)

    Il y a peu, je participais à un petit débat sur la qualité de l'oeuvre de Gustave Aimard, qui me semble l'égal de Karl May, mais je me trompe peut-être (en fait non, les Teutons sont des vauriens comme tend à le prouver Woluka L'intrépide :) ).
    Cirroco, collègue de BDFI, de A Propos de Littérature Populaire, d'échanges (oui, oui j'y pense, c'est parti même d'ailleurs :) ),... me signale cette belle illustration dont on pourra goûter la redoutable authenticité (garantie véritable) quant aux costumes des personnages représentés. On remarquera sans mal qu'il s'agit évidemment de Mapuches (peuple occupant le centre du Chili et le versant opposé de la Cordillère des Andes en Argentine). Les Araucans (ainsi que l'on dénommait les Mapuches jusqu'aux années 1950) présentent la particularité de n'avoir été soumis ni par les Incas, ni par les Conquistadors. Ils ne furent défaits qu'en 1883 par les autorités chiliennes au cours d'une campagne connue sous le nom de "pacification de l'Araucanie". Des formes de résistance à l'autorité chilienne existe encore de nos jours, on peut lire à ce sujet l'article Opposition pacifique des Mapuches chiliens paru en février 2006 dans le Monde Diplomatique.

    Revenons-en à nos moutons pardon Araucans:

    aimard, l'araucan.jpg

    On hésite un peu entre Clovis (mais avec des plumes) et les Précolombiens (mais avec des jambières à l'antique)...

    Illustration "extraite du frontispice de L'Araucan de Gustave Aimard, éditions Alexandre Cadot, non daté mais qui serait de 1864 d'après la BNF. Elle semble signée F. Thénard.et Belin" (c) Cirroco pour la citation.

  • Le Rocambole n° 47, Erckmann-Chatrian

    Le numéro 47 Eté 2009 du Rocambole vient de paraître. Revue de l'Association des Amis du Roman Populaire, Le Rocambole est la référence française pour ce qui concerne tous les aspects de la Littérature Populaire.
    rocambole 47002.jpgLe numéro 47 est consacré à Erckamnn-Chatrian. Si le nom de ce duo d'auteur est peut-être un peu tombé dans l'oubli, il n'en reste pas moins qu'il eut un succès très important dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ce dossier du Rocambole n'a pas pour but d'être exhaustif: il apporte des éclairages sur des aspects importants des oeuvres et de leur réception/adaptation.
    Le sommaire:

     

    rocambole 47003.jpg

     

    Comme toujours, la livraison est de qualité, tant pour ce qui concerne les contributeurs que pour le soin apporté à la revue.

     

    rocambole 47001.jpg