Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mayas - Page 5

  • P. Ventura & G-P Ceserani, A la découverte des Mayas

    Il est des jours où l’on des petits bonheurs dont ceux qui en sont la cause l’ignorent, ou du moins ils ne le mesurent pas exactement. Avec Grand Sachem la Brocante nous nous envoyons des livres que nous chinons l’un pour l’autre. A lui les Indiens du Nord, à moi ceux du Sud (j’en ai beaucoup qui dorment dans des cartons). Dernièrement, il m’a fait parvenir A la découverte des Mayas de P. Ventura et G.-P. Ceserani (adaptation française de Rémi Simon). Bon très bien direz-vous : l’histoire de John Lloyd Stephens et Frederick Catherwood qui explorèrent et firent connaître les cités Mayas à partir de 1839. Fort bien : ce n’est pas une fiction. En même temps quand Grand-Sachem m’a indiqué le titre, j’en étais à peu près certain. Il m’avait parlé des illustrations et les illustrations sont toujours très utiles pour égayer un blog. J’ouvre donc l’enveloppe, déplie le papier bulles qui protège les deux ouvrages envoyés par Grand-Sachem, regarde la couverture de A la recherche des Mayas et là un grand sourire se dessine sur mon visage : je connais ce trait, ce dessinateur ! C’est un petit bonheur. Quand j’étais enfant, j’avais reçu en cadeau plusieurs volumes de la collection Voyages publiée par Fernand Nathan : Le Voyage de Marco Polo, Le Voyage de Christophe Colomb, les Voyages de James Cook. Je passais des heures à les lire, à regarder les images, observer les cartes. A rêver en somme. Ces livres sont quelque part chez moi. Grand-Sachem m’a donné envie de les rechercher et de m’y replonger.

    ventura à la découverte des mayas002.jpg

     

    ventura à la découverte des mayas003.jpg


    ventura à la découverte des mayas004.jpg

     

     

    ventura à la découverte des mayas001.jpg

     

  • Kathleen Moore Knight, Sinistre écho

    Il n'est parfois pas évidemment de déceler une inspiration précolombienne avec des titres comme Sinistre écho par exemple.
    Ce roman de Kathleen Moore Knight publié en 1956 en France dans la collection Le Masque nous intéresse pourtant. Il ne s'agit pas d'un polar historique comme ceux qui existent dans la collection Grands Détectives (éditions 10/18), pourtant, si l'on en croit Amazon, le sous-titre de la version orginale (1949) est éloquent:  Dying echo: Adventure and death in the ancient Maya cities of Yucatan.

    Jérôme Serme, qui tient la librairie Le Rayon Populaire , m'a signalé ce titre avec ce petit résumé: Roman policier se déroulant dans les milieux archéologiques et d'artefacts à collectionner, près de Chichen Itza, "ville morte des Mayas".

    La couverture de l'ouvrage n'a strictement aucun intérêt, tous les couvertures du Masque se ressemblant, mais je vous la mets quand même:

     

    knight sinistre écho.jpg

     

    Kathleen Moore Knight, Sinistre écho
    (VO:
    Dying echo, 1949)
    ,
    Le Masque, n°533, 1956

  • [Expo] L'Or sacré des Incas et le chocolat des Mayas

    Ce mois-ci, j’ai lancé une chaîne bloguesque consacrée au chocolat qui a eu un certain succès et qui m’a valu un bon classement de l'article par Blogonet (classement que l’on peut encore améliorer en cliquant ICI).
    Dès qu’il s’agit de chocolat et de peuples précolombiens, on pense à moi et c’est tant mieux.
    foire expo douai.jpgAinsi Michèle Kahn (écrivain et amatrice de chocolat) et m’apprend via Fleur de Bitume que la 65e foire exposition de Douai accueillera à Gayant-expo du 5 au 14 septembre 2009 non seulement.300 exposants et des concerts mais aussi une exposition culturelle sur L'Or des Incas et un thème récurrent: le chocolat des Mayas et des Aztèques. Cette exposition sera visible sous une chapiteau de 1800 mètres carrés.
    L'exposition L'Or sacré des Incas sera itinérante et on pourra la voir à Puteaux du 10 octobre au1° novembre, à Rouen du 26 mars au 5 avril 2010, à St Brieuc du 11 au 19 septembre 2010…

    l'or sacre des incas.jpg


    Toutes les informations sur le site officiel de la foire expo de Douai et sur le site de l’exposition L’Or sacré des Incas.

  • J.Lee Thompson, Les Rois du Soleil

     

    film kings of the sun affiche originale.jpg

    Le cinéma hollywodien a mis en scène de nombreuses époques historiques, péplums, western ou films de cape et d’épée sont légions. En revanche, l’imaginaire précolombien d’avant la conquête est bien moins souvent traité. On peut s’en étonner car en définitive les Précolombiens aztèques, mayas ou incas développèrent de grandes civilisations et l’on ne rencontre pratiquement que des Indiens du nord. Si les reconstitutions pharaoniques ressortissant de égyptomonanie sont abondantes, les représentations des pyramides méso et sud-américaines sont bien plus rares.
    Signalons donc Les Rois du Soleil de J. Lee Thompson. Le film, distribué par United Artists, est sorti en 1963 aux Etats-Unis (la même année en France). Il a été réédité en DVD en 2008. Le scénario est de Eliott Arnold et James R. Webb. Parmi les acteurs relevons les noms de Yul Brynner, Georges Chakiris (celui de West Side Story), Shirley Anne Field ou encore Richard Basehart.

     

    film kings of the sun 2008.jpg

     

    Le texte de la jaquette : Venus du nord, Hunac Ceel et ses barbares envahissent les territoires des Mayas au Mexique. Le roi est tué et Balam, son fils, lui succède. Contraint de fuir, Balam réquisitionne tous les bateaux disponibles d'un village de pêcheurs et entraîne son peuple vers la mer. Les fugitifs traversent le Golfe du Mexique et abordent une terre inconnue sur la côte des futurs États-Unis. Les Mayas reconstruisent une ville et une pyramide au sommet de laquelle devront avoir lieu les sacrifices humains qui leur permettent d'obtenir la clémence des Dieux. Aigle Noir, chef d'une tribu d'Indiens qui vit à proximité, est fait prisonnier après s'être battu et avoir été blessé par Balam. Il est soigné et destiné à être le premier humain sacrifié au sommet du nouveau temple.

    Aigle Noir sera sauvé et pourra entrer compétition avec Balam pour les beaux yeux de la princesse maya Ixchel. Finalement les Indiens du Nord aideront les Mayas à se défendre contre un terrible envahisseur: belle leçon de tolérance et de rapprochement des peuples.

     

    thompson les rois du soleil.jpg

     

    On rapprochera aisément Les Rois du Soleil de la série Mayas de Georges Ramaïoli

    .

  • Choco Poursuite Maya

    Après l’Inca amateur de chocolat noir et l’Aztèque amateur de chocolat au lait, voici aujourd’hui le dernier volet du triptyque Choco Poursuite, le Maya amateur de chocolat blanc.

    chocopubmaya.jpg

    Choco Poursuite, la Ruée vers l'Or Brun est un jeu qui fut proposé dans les restaurants scolaires à l'occasion de la semaine du goût qui eut lieu en octobre 2007.

    choco poursuite le jeu.jpg" Choco Poursuite, la Ruée vers l’Or Brun " du 15 au 19 octobre 2007
    À l’occasion de la semaine du goût, les restaurants prennent des allures gourmandes ! Les enfants partent sur les traces des Incas, des Aztèques et des Mayas pour découvrir les origines du chocolat. Tout au long de leur déjeuner, sur cette route parsemée de pépites d’or brun, les jeunes convives doivent affûter leurs sens pour en déchiffrer les secrets et en apprécier toutes les richesses. Grâce à ce jeu d’aventure interactif, le chocolat n’aura plus aucun secret pour eux ! Cap sur le goût…

     

     

    Tout ceci est parfaitement anachronique bien sûr. Le chocolat a bien existé sous forme de boisson dans l’Amérique précolombienne mais le goût serait sans doute surprenant pour nos papilles car il était relevé de différentes épices, assez loin donc nos habitudes gustatives.
    L’utilisation des Précolombiens à des fins publicitaires est ancienne ( avec, par exemple, le Coca des Incas et récurrente pour ce qui concerne le chocolat (il y eu même une bande dessinée dont le héros est Pico, la mascotte de Chocapic).

    Si, parmi les aimables lectrices et lecteurs, il y a d’heureux possesseurs de ce jeu ou de publicités présentant quelque Maya, Inca ou Aztèque, il ne faut pas hésiter à me contacter !

  • Les Mayas, les mystères d’un monde perdu

    Stephan Lewis, auteur de romans qui ont été mentionnés sur ce site (Les Pierres d’Ica et Le Mystère de l’île des Géants), me fait l’amitié de me signaler le beau hors série du Figaro de janvier 2007 intitulé Les Mayas, les mystères d’un monde perdu. Il ne s’agit bien sûr pas d’une fiction mais d’un dossier documentaire.

    - « Les Mayas, les mystères d’un monde perdu »
    (Un numéro « hors-série » du Figaro, janvier 2007)
    :

    Dans ce numéro hors série et très pédagogique du « Figaro », est décrit une civilisation précolombienne peu connue et sur laquelle les historiens continuent de débattre et de s'interroger : les Mayas.
    En effet, aujourd'hui encore l’incertitude est grande sur ce peuple et sur sa culture : tant à propos de ses origines et de ses sacrifices humains qu’au sujet des causes probables de sa disparition.
    Voilà en tout cas un numéro très complet qui nous offre le regard de spécialistes sur la question, tout en faisant bénéficier le lecteur d’une approche grand-public. Un document indispensable.
    Ronan Blaise

    - Présentation de l'éditeur :
    « Ils ont créé un monde prodigieux. Ils ne connaissaient pas la roue, ils ont dressé des pyramides. Leurs prêtres chamarrés, leurs rois coiffés de plumes intercédaient sans cesse pour conjurer la fin du monde. Puis un jour, leurs Cités-Etats ont cessé de graver des inscriptions sur les murs de leurs temples. La culture des Mayas s’est éteinte, mystérieusement.
    Ce monde, ce mystère ont servi de trame à Mel Gibson pour composer une fresque d’une violence inouïe, d’une force bouleversante, qui ne manquera pas de soulever, une nouvelle fois, les passions. Son film, « Apocalypto », sortira en salle le 10 janvier 2007.
    Parce que le cinéma n’est pas l’Histoire, parce que la destinée tragique des populations d’Amérique centrale mérite mieux que la littérature à sensation dont se nourrit trop souvent la sous-culture scientifique des demi-savants, le Figaro hors-série a décidé de leur consacrer un numéro exceptionnel.
    Chercheurs, archéologues, dessinateurs, érudits se sont joints à nous pour vous présenter, en 130 pages, les merveilles d’une civilisation sans pareille, les mystères d’une aventure humaine aussi passionnante que l’exploration d’un continent perdu. Mis en page comme un ouvrage d’art, palpitant comme un carnet de voyage, ce hors-série a toute sa place dans votre bibliothèque. »
    (Michel De Jaeghere, Directeur de la Rédaction).

    figaro.jpg

    Je me permets une réflexion: j'aime assez "la littérature à sensation dont se nourrit trop souvent la sous-culture scientifique des demi-savants". Il faut la prendre pour ce qu'elle est: de la littérature!

  • Jeu Video: Native Kingdoms

    Les statistiques seraient donc utiles voire indispensables car c'est en les consultant pour savoir d’où viennent les visiteurs que je suis tombé sur l'adresse d'un jeu en ligne (ou plutôt de son forum mais n'étant pas inscrit, je dois me contenter de la page d'accueil). Il n'est pas sûr que les joueurs soient des lecteurs fidèles. Ce n'est peut-être que l'utilisation d'une image qui génère ce lien: cela est déjà arrivé avec un vendeur d'Ebay qui avait copié/collé dans son annonce une vignette publiée ici même.

    Bref.

    Native Kingdoms est un "jeu de rôle gratuit, international et vraiment multijoueur" dans lequel on incarne un chef aztèque ou maya. Il faut tout d’abord accéder à un rang dans son clan (Grand prêtre, Guerrier Jaguar, Marchand ou Empereur) puis faire prospérer son clan (gestion des ressources, commerce), explorer le territoire pour commerce ou combattre et enfin conquérir les provinces ennemies et sacrifier les prisonniers aux dieux.

    Si des joueurs passent dans le coin, ils peuvent commenter afin de corriger les éventuelles erreurs de ce billet ou compléter notamment avec des captures d'images.

     

    nativekingdom 1.jpg
    nativekingdom03.jpg
    nativekingdom04.jpg

    nativekingdom02.jpg