Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fléau de la Pampa

  • Albert Bonneau, Le Fléau de la Pampa

    "Le sauvage corps-à-corps se poursuivait avec acharnement sans croissant, quand, par malheur, en voulant se dégager de l’étreinte de son adversaire qu’il sentait faiblir, le danois glissa le long de la pente… Un hurlement de terreur lui échappa, le roc se désagrégeait sous lui, il roula le long de la déclivité abrupte et déchiquetée, puis il s’en fut s’écraser, tout pantelant et tout sanglant contre les rochers qui se dressaient au fond du ravin… " 

    Quand on lit ces lignes dans un fascicule publié par Ferenczi et intitulé Le Fléau de la Pampa, on se prend à rêver d’une uchronie dans laquelle des Vikings seraient en plein combat contre des Guaranis, des Araucauns ou des Patagons. Pas du tout, le Fléau de la Pampa est un puma géant, le danois le fidèle (et malheureux) compagnon du chasseur Adilecio (qui sera sauvé par Maria) et ce n’est qu’un récit de chasse qui se conclut par un mariage…

     

    Albert Bonneau, Le Fléau de la Pampa,
    Mon roman d’aventures, n° 211,
    Editions Ferenczi, 1952.