Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jivaros

  • Pellos et Montaubert, Les Pieds Nickelés chez les réducteurs de têtes

    Croquignol, Filochard et Ribouldingue sont nés sous le crayon de Louis Forton en 1908. Il continue son oeuvre jusqu'à sa mort en 1934. Plusieurs auteurs poursuivent mais les modifications éloignent le public.
    En 1948, Pellos reprend la série. Il modernise Les Pieds Nickelés sans leur faire perdre leur esprit d'origine. Les Pieds Nickelés renouent avec le succès.
    Les trois Pieds Nickelés sont de vrais... pieds nickelés. Escrocs à la petite semaine, ils se retrouvent souvent sans le rond et espèrent sans cesse la fortune (ou l'inverse :) ).

    Aventuriers dans l'âme (et toujours à la recherche d'une bonne affaire qui leur permettra de se la couler douce), les trois compères se font chercheurs d'or,  esthéticiens, organisateurs de voyages dans la Lune, cascadeurs et deviennent même les rois du pétrole! Mais manque de chance, la fortune leur échappe toujours.

    Dans Les Pieds Nickelés chez les Réducteurs de têtes, Croquignol, Filochard et Ribouldingue tentent de pénétrer dans la Foire de Bruxelles dans le but de trouver un travail à la hauteur de leurs capacités. Refoulés à plusieurs reprises, ils sont remarqués par des Asiatiques qui les prennent pour des policiers privés et les embauchent afin de surveiller leur pavillon menacé. Après maintes péripéties, Ribouldingue parvient à déjouer les plans de malfrats et sauve le pavillon. Les voici licenciés pour avoir rempli leur mission car ils sont devenus inutiles.

    A Bruxelles, ils rencontrent un aspirant dictateur sud-américain qui les entraîne vers le Caniguara. Malheureusement, à leur arrivée un gouvernement d'union nationale s'est formé: plus de révolution ou de coup d'Etat en vue. Ils se font donc guides locaux pour de riches Américains souhaitant découvrir les vestiges des civilisations anciennes dans les montagnes sacrées.

    Capturés par des réducteurs de têtes, les membres de l'expédition n'en mènent pas large mais voici que les Indiens Javiros (sic!) prennent Ribouldingue pour leur roi Bagadou VI ! Tout va pour le mieux!

     

    pellos les pieds nickelés 2.jpg

    L'expédition est libérée et s'échappe (non sans que les Pieds Nickelés aient chapardé quelques souvenirs commercialisables).

    Les Américains se rendant compte qu'en guise de guides, ils n'avaient eu que des escrocs, leur font les poches. Ils ne restent à Croquignol, Filochard et Ribouldingue qu'une carte indiquant l'emplacement d'un trésor inca...

     

    pellos les pieds nickelés 3.jpg

    La suite est dans Les Pieds Nickelés au Pays des Incas.

    pellos les pieds nickelés.jpg

    Pellos (dessin) et Montaubert (scénario),
    Les Pieds Nickelés chez les réducteurs de têtes,

    Série Les Pieds Nickelés n°42,

    Société Parisienne d'Edition,1967

  • Jean de La Hire, Les Jivaros (série Le Roi des Scouts)

    Jean de la Hire est un auteur dont l'oeuvre est, en volume, très importante. Comme nombre des auteurs populaires, il toucha à tous les genres: roman d'aventures, anticipation, roman policier, roman sentimental,...
    Pour produire beaucoup, il se contentait parfois de recopier des passages d'oeuvres précédentes. Il utilsa de nombreux pseudonymes (d'ailleurs, Jean de La Hire en est déjà un).
    Dans ses séries avec des scouts (elles aussi nombreuses), retenons par exemple ce petit fascicule (extrait de la série Le Roi des Scouts - complète en 64 fascicules) Les Jivaros:

     

    la hire le roi des boys scouts.jpg

    Jean de La Hire, Les Jivaros, Le Roi des Scouts, n° 9, Editions Fayard, 1931-1932

  • Luis Sepúlveda, Le Vieux qui lisait des romans d'amour

    J'ai lu avec plaisir Le Vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda. Ayant trouvé un résumé ici qui donne les grandes lignes de l'intrigue, je ne vais pas m'appesantir sur ce point.

    Dans Le Vieux qui lisait des romans d'amour pas d'histoire de fabuleux trésor ou de civilisation inca survivante. Ce court roman permet d'appréhender la réalité contemporaine de la vie des Jivaros et des colons de l'Amzonie. On est loin des clichés habituels et parfois cela fait du bien!

    seulveda le-vieux-qui-lisait-des-romans-damour.jpg
  • Léon Lambry, Le Prisonnier des Jivaros

    Léon Lambry une nouvelle fois à l'honneur avec ce fascicule pour la jeunesse de la collection printemps.

    lambry le prisonnier des jivaros001.jpg

    Léon Lambry, Le Prisonnier des Jivaros,
    collection printemps,n°194, Editions de Montsouris.

     

  • Léopold Frachet, Sur la piste des Jivaros

    Par l'intermédiaire de l'un de mes correspondants réguliers, j'ai fait l'acquisition de Sur la piste des Jivaros signé Léopold Frachet. Ce fascicule édité par Ferenczi appartient à ce genre que j'affectionne plus particulièrement que l'on nomme "aventures extraodinaires". On y croise des autogires, des Jivaros et des monstres marins ( sorte d'hybrides de requin-crocodile-serpent). Cette dernière caractéristique ne déplaira pas aux amateurs de cryptozoologie fantastique.

     

    Léopold Frachet, Sur la piste des Jivaros,
    Mon Roman d'aventures, n° 51,
    Editions J. Ferenczi et fils, 1947
    Illustration de R. Houy

     

  • La Bonne paie : tête Jivaros

    Dans mon bon vieux jeu La Bonne Paie, édition 1977, celle dans laquelle on voit des papas heureux qui fument la pipe ou leur cigarette les dimanches 7 ("ensoleillé"), 14 ("lumineux") et 28 ("heureux"), ou bien des hommes d'affaires avec leur cigare (eh oui! les temps ont changé, on n'imagine plus de nos jours un plateau de jeu de société pour enfants avec ces appels au tabagisme!), bon revenons à nos moutons, je disais donc que, dans cette édition de La Bonne Paie, on trouve des cartes "transactions" et sur l'une d'elle cette humoristique tête réduite Jivaros :

    tete jivaros001.jpg

    Carte transaction "1 tête réduite ( Jivaros )" ,
    texte et dessin non crédités,
    La Bonne paie, Editions Parker, 1977,
    pas d'ISBN* ( ;-D ).

    (*) clin d'oeil onirique (**) (;-D)

     (**) Autre clin d'oeil.

  • Jack Lancer, Chris Cool chez les Jivaros

    La série Chris Cool, qui compte six numéros, a été créée en 1967 par Jack Lancer (avec le premier volume: X Marks the Spy). A partir de 1969, elle est traduite en français dans la collection Bibliothèque Verte (Hachette).

    L'un des épisodes retient notre attention: Chris Cool chez les Jivaros (VO: Heads You Lose).

    La 4e de couverture: Z, le grand patron, faisait face aux deux jeunes agents secrets, chris Cool et son ami le Sioux geronimo. Les garçons savaient déjà où on allait les envoyer: dans la jungle de l'Amazonie, chez les chasseurs de têtes! Charmante perspective...

           Z regarda les agents comme pour jauger leurs capacités, parut satisfait de son examen, et enchaîna:

           "Notre ennemi est un nommé Cascarel, un rebelle de la pire espèce. Il a réussi à tenir en échec tous les services secrets américains. Vous êtes chargés de retrouver ce Cascarel et de le ramener.

           "Mort ou vif?"

     

    2002152847.jpg



     

    Jack Lancer, Chris Cool chez les Jivaros, Bibliothèque Verte, Hachette, 1970.