Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moselli

  • José Moselli, La Fin d'Illa

    José Moselli est un auteur bien oublié aujourd'hui. On lui doit pourtant de très nombreux romans feuilletons parus notamment dans les publications de la maison d'éditions Offenstadt. La plus grande part de son oeuvre relève du roman d'aventures. On trouve aussi des titres de science-fiction.

    Le titre de ce billet "La Fin d'Illia" surprendra sans doute celles et ceux qui connaissent ce roman.
    Publié en 1925 dans Sciences et Voyages, La Fin d'Illia narre ... la fin d'Illia (ce qui prouve que José Moselli choisissait avec soin ses titres (-: ). L'équipage du Grampus-island, baleinier américain, découvre un îlot inconnu au beau millieu du Pacifique. Les témoignages d'une ancienne civilisation permettent de retracer la lutte atroce entre Illa et Nour. Nour est immense, Illa beaucoup plus petite mais très avancée scientifiquement. Cette lutte fait sombrer la civilisation: toute trace humaine est détruite.

    Quel rapport entre ce roman et les Peuples du Soleil? Faibles en vérité. Certes les civilisations ont disparu dans les deux cas mais ce n'est pas pour cela que je mentionne La Fin d'Illa. En vérité, j'aime l'oeuvre d'anticipation de José Moselli tout comme ses romans d'aventures et je ne manque jamais d'en parler.
    Il y est pourtant question des peuples précolombiens et de la course archéologique qui eut lieu au début du XXe siècle. Le capitaine baleinier est dépité après des mois de chasse sans succès. L'îlot représente un espoir de fortune. Les vestiges archéologiques sont recherchés:
    "Ces briques-là, ça vaut de l'argent!... Les savants nous les paieront cher... d'autant plus qu'il y ades "écrits" dessus... On a vendu gros des machins de ce genre-là qui venaient du Yucatan!..." (in Fiction, p8-9)

     

    Moselli la fin d'illa marabout_421.jpg

     

    José Moselli, La Fin d'Illa, Marabout, n° 421, 1972
    (d'autres éditions existent en volume ou en revue)

  • José Moselli, Le Roi des Incas

    La Collection d'aventures compte plus de 500 numéros publiés entre 1916 et 1927. Certains nous intéressent tout particulièrement, signalons tout de même que l'on trouve dans la collection des romans d’aventures, de la science-fiction, des romans mystérieux, des romans historiques,...

    Le Roi des Incas de José Moselli est le dernier épisode d'un roman en quatre volumes (je suis la numérotation de la collection):
    416. Le Sire de Kergorec
    417. Yves le Corsaire
    418. Les Fourberies de Scafasi
    419. Le Roi des Incas

    José Moselli a la particularité d'avoir écrit de très nombreuses romans sans (presque) publier de livres. Ses romans paraissaient en effet dans diverses publications périodiques (dont L'Intrépide par exemple) en feuilleton. Peu furent édités en volume ( il faut dire que certains sont très longs).
    Dans ce dernier volume, Yves de Kergorec hérite de l'Empire des Incas face à de vils Espagnols.

    moselli le roi des incas002.jpg
    Yves ne s'embarrasse pas de politesse et c'est lui qui poignarde un Inca au sommet d'un temple!
    moselli le roi des incas001.jpg
    José Moselli, Le Roi des Incas, Collection d'Aventures n° 419,
    Editions de la Collection d'Aventures (c'est à dire Offenstadt),
    sans date
  • L'Intrépide

    Une belle publication que L'Intrépide(*). J'ai aujourd'hui fait l'acquisition d'une reliure contenant une bonne partie de l'année 1923.

    Des Incas s'y sont sans doute glissés. Au dépouillement!

    307efaac160593e62eaa2f3425cc544e.jpg (*) Si vous voulez en savoir plus sur L'Intrépide, José Moselli et les autres auteurs de cette publication, vous pouvez aller voir par ici