Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paraguay

  • Emmanuel Lepage & Anne Sibran, La Terre sans mal

    lepage la terre sans mal 2.jpgPrésentation de l'éditeur:

    La Terre sans Mal existe-t-elle ?

    Février 1939. Éliane Goldschmidt, jeune linguiste française, débarque au Paraguay pour achever son étude de la langue guarani. Chez les Indiens Mbyas, elle découvre un peuple apathique, résigné, comme s'il avait décidé de se laisser mourir. Mais un matin, le village est en effervescence, les femmes se lacèrent le corps, les maracas s'allument. Ces comportements étranges ont-ils un lien direct avec la venue prochaine de Karaï, l'Homme-Dieu ? Et la Terre sans Mal, ce mythique paradis de la légende indienne, existe-t-elle vraiment? Ces comportements étranges ont-ils un lien direct avec la venue prochaine du Karaï, l'Homme-Dieu? Et la Terre sans Mal, ce mythique paradis de la légende indienne, existe-t-elle vraiment?

    Lire la suite

  • XXX, La Lionne du Paraguay

    Je vous laisse lire cette histoire assez extraordinaire extraite de l’anthologie Cent-Vingt histoires de bêtes d’ici et d’ailleurs publiée en 1955 aux éditions Gründ sous la direction de René Poirier et illustrée par Jacques Poirier avec une préface du Dr Fernand Méry (ouf).

    la lionne du paraguay005.jpg

    Les histoires d’animaux recueillant ou secourant des humains sont nombreuses : Romulus et Rémus et la louve du Capitole, Mowgli et sa mère adoptive Ralsha,…

    Le plus extraordinaire ici est sans doute la présence au Paraguay d’un lion au XVIe siècle alors que l’espèce Panthera leo atrox semble avoir disparu du continent américain à la fin du pléistocène supérieur ! Il s’agit certainement d’un jaguar.

     

    Anonyme, "La Lionne du Paraguay",
    in
    Cent-Vingt histoires de bêtes d’ici et d’ailleurs,
    Editions Gründ, 1955.

  • La Cité des Guaranis de Max Nicet

    La Collection Plein vent proposait à la fin des années 1960 et au début des années 1970 de sympathiques romans pour la jeunesse. Certains sont du domaine de la science-fiction (avec des civilisations cachées comme dans L'Ile sur le toît du monde de Ian Cameron), d'autres du roman historique. 

    La Cité des Guaranis de Max Nicet nous conte une belle histoire: celle de Jésuites (souvent montrés de manière pour le moins différente dans la littéarture populaire) qui fondèrent une libre république des Guaranis. Cette république composé de "réductions", c'est à dire de villages autogérés. Cette augestion et cette liberté avaient tout de même des limites, celles imposées par la théocratie jésuite...

    07405d1ae62dc881f5b88f1ceea1ef5f.jpg