Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rite survivant

  • Capitaine Ricardo, Le Fils du Soleil

    Au Pérou, le criminel Huan l’Oriental fuit la police aux abords du lac Titicaca. Alors que tout semble perdu pour lui, i les réfugie dans une crevasse, chute et se retrouve dans une grotte qu’il explore pour finalement découvrir des Incas fanatisés par un Grand Prêtre priant pour le retour du Fils du Soleil qui rendra la liberté au royaume des Incas.

    Grâce à des bombes fumigènes, Huan réalise la première partie de la prophétie (le Fils du Soleil renaîtra du tonnerre et dans un nuage) et avec sa maîtrise de la catalepsie acquise lors d’un voyage en Inde il triomphe facilement de l’épreuve de la mort de trois jours. Il peut rêver du rang de roi et même de celui de maître du Monde ! (rien que cela !)

    Pour fêter ce retour inespéré, le Grand Prêtre exige le sacrifice d’une jeune vierge de pur sang inca.

    Maria, accompagne de sa mère Thérésa, attend le retour de son fiancé Felipe quand elle est enlevée pour le sacrifice. Apprenant le rapt, Felipe se lance à la poursuite des ravisseurs tandis que Thérésa court prévenir la police.

    Felipe découvre le repaire des fanatiques, se glisse parmi eux et grâce aux bombes fumigènes qu’il a subtilisé à Huan, à libérer Maria. Mais ils vont être repris.

    Non loin de là, Victor Vicent, Jenny, Morrison (il s’appelle pour de vrai Jim Morrisson !) et Epervier Volant, nos quatre intrépides héros, font du tourisme. Ils viennent au secours de Thérésa menacée par un jaguar. Ni une ni deux, mis au courant du danger qui menace Maria et Felipe, nos héros s’en vont les secourir. Au moment où les Incas vont reprendre les deux fiancés, ils sauvent Maria mais Felipe reste au pouvoir des fanatiques. Alors qu’ils mettent les femmes à l’abri, ils se retrouvent piégés dans une galerie hermétiquement close qui commence à se remplir d’eau !

    Comment vont-ils se sortir de ce mauvais pas ?

    Je n’en sais rien car le fascicule s’arrête là, annonce une suite ( La Montagne d’argent) que je ne possède pas. C’est un petit peu le problème avec ces interminables collections de fascicules (Les Nouvelles aventures de Victor Vincent en compte près de 400 !) : on les rassemble peu à peu, au petit bonheur la chance, et elles restent longtemps parcellaires.

    victor vincent le fils du soleil.jpg

    Capitaine Ricardo, Le Fils du Soleil,
    collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent, n° 191,
    Editions G. Van Loo, sans date (années 1945-1950)

  • XXX, L'Ombre des Incas

    Publiée par Arédit, la série Aventures Films nous offre, en 1970, dans son second numéro, une BD non signée intitulée L'Ombre des Incas. Aux environs de Manaos (Brésil), Simon Andrews qui vient de lancer sa société de transport aérien est pris à la gorge par ses créanciers. Il ne peut se résoudre à abandonner l'expédition du professeur Larkin dans la zone du haut Purus. Ce n'est pas seulement la fidélité à l'engagement qui motive Simon à fuir les créanciers et à retrouver le professeur, c'est aussi la rémunération importante promise.
    Au même moment le docteur Evans, l'infirmière Mary Winter et le passeur Joao effectuent une inspection sanitaire chez les indiens du Purus.
    Tous doivent prendre garde aux gardiens du soleil dont la colère a été suscitée par des aides du professeur Larkin qui ont eu la mauvaise idée de dérober "le soleil d'or" des ancêtres. Les descendants des Incas capturent le docteur Evans, l'infirmière Mary Winter et le passeur Joao et exigent le retour du "soleil d'or" en échange de leur vie. 

    c59ff78407c37687298024284901c8c3.jpgAu crépuscule, à bord de son avion, Simon parvient à localiser "les ruines de la cité Inca" (p. 30). A terre, les prisonniers des Indiens, retrouvent, dans une oubliette, le professeur Larkin qui explique la présence des "Nazqué" à cet endroit: "Les "Nazqué" émigrèrent du Pérou à l'époque de la conquête espagnole et se réfugièrent dans cette région où ils vécurnt isolés, sans se mêler aux tribus voisines d'Amazonie qui les ont toujours redoutés" (p. 33). Après le vol, Topa le sorcier retrouve son prestige face au missionnaire chrétien, le père Francis. Si le soleil d'or ne réapparaît pas, les prisonniers seront juégés selon les rites anciens. Heureusement, notre héros, Simon, intervient, libère les prisonniers et, malgré la tentation, accepte que le missionnaire rende le disque d'or sacré.

    Le professeur n'a plus qu'à répondre de dettes de Simon, Simon à accepter de conduire le docteur et Mary pour une nouvelle mission sanitaire, Simon et Mary à se marier avec la bénédiction du père Francis pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes (comme quoi les vieilles ficelles du mélodrame et de la littérature populaire fonctionnent aussi dans ces petits récits dessinés).

    284503a487243452464dfebf9a134154.jpg

     

    Anonyme , L'Ombre des Incas,
    Aventures films, n°2, Collection Audax, Arédit, 1970.
    (scénario et dessins non crédités)

  • Raymond Cazanave, La Reine au masque d'or

    1dd7e0262b5f4c56b797b0662c6e2630.jpg

    Avouons-le, l'intérêt de ce récit en images signalé pour Ignatz Mouse (1) sur le forum A Propos de Littérature Populaire  tient surtout aux filles fort peu vêtues mais notre perversion n'est pas là et nous y trouvons aussi la mention d'une "Ville Interdite" au fond du Mato Grosso (ou "Brosso" sur une vignette, le correcteur ayant sans doute été troublé ;-D ) ) ainsi que quelques représentations architecturales.

    a5755246edfacf5412e333574c5c6fea.jpg

     7b0449e1ccef22fb5def8d4a12a31e86.jpg

    La civilisation antique a survécu, les rites sont toujours bien présents et suivis comme il convient.  Nous sommes selon toute vraisemblance du côté de la civilisation cachée. La Reine au masque d'or, jeune occidentale semble-t-il (elle est rousse) est promise à une mort sanglante qu'elle ne refuse pas. Sans doute Marcel, l'intrépide aventurier, saura-t-il sauver la belle jeune femme...

    Pour ce qui concerne les sculpturales créatures indigènes, je vous renvoie ICI 

     

    Raymond Cazanace, La Reine au masque d'or, Paris-Plaisir n° 1 à ?, mars 1952 à ?

    (1) N'hésitez pas à visiter le blog d'Ignatz: Editions Populaires 
  • André Fougère, Les Dieux de la Cordillère

    Les Dieux de la Cordillère, court roman d'André Fougère publié initialement dans la Collection Chercheurs d'Espace, a été réédité au moins une fois en Décembre 1950 dans une publication de Tallandier: Lisez-moi Aventures n° 55.
    Je n'ai pas encore vérifié mais le texte doit être le même. Le récit dans Lisez-moi Aventures est agrémenté de quelques illustrations.

     

    André Fougère, Les Dieux de la Cordillère, Lisez-moi Aventures, n° 55, Tallandier, Décembre 1950.

  • Quelques définitions

    J'utilise parfois des termes comme "monde perdu", "civilisation cachée", "civilisation survivante" ou "rite survivant". Il me semble nécessaire de définir ces quelques termes.

    Monde perdu: la civilisation découverte et la civilisation découvrante s'ignorent mutuellement jusqu'au premier contact. Le modèle en est bien sûr Le Monde perdu (The Lost world) d'Arthur Conan Doyle (première publication: 1912). Comme il se doit, l'action se déroule en Amérique du Sud ;-) .

    Civilisation cachée: la civilisation découverte connait l'existence de la civilisation découvrante mais l'inverse n'est pas vrai. C'est le cas par exemple dans Fille des Incas ou Les Vierges choisies par Jean Fangeat (première publication: 1955, Editions du Scorpion).

    Civilisation survivante: une civilisation ancienne continue à exister. Il n'y a pas de véritable découverte car la civilisation "découvrante" connait l'existence de la civilisation "découverte". On est alors proche de l'esthétique et du mythe de la société secrète.

    Rite survivant: bien qu'intégrée à la civilisation moderne, une civilisation antique continue à respecter certains rites (le sacrifice humain par exemple). Un exemple: L'Epouse de soleil de Gaston Leroux (première publication: 1912).