Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andreas

  • Andreas, Aztèques

    Que ce soit Jean-Yves Mitton avec Quetzacoalt, Jeronaton avec Champakou ou Princesse Maya, Valérie Mangin avec Luxley, les oeuvres de bande dessinée mettant en scène des peuples précolombiens sont relativement nombreuses.

    Andreas propose avec Aztèques un "one-shot" intéressant. Le scénario: "A travers le cheminement de cinq personnages, Andréas compose une mosaïque où se reflète la civilisation aztèque , depuis la vie quotidienne du peuple jusqu'aux rites sacrés des prêtres. Avec en toile de fond, la tragédie d'un monde condamné à disparaître, pour qui ''même les empires ne sont que jouets du destin''. Narration, graphisme et couleurs se conjuguent en un ensemble étonnant et envoûtant, comme seul Andréas a le secret."

    Ce qui est aussi intéressant dans cette bande dessinée c'est qu'elle met en scène les contacts entre les différents peuples précolombiens. Les cinq protagonistes principaux sont ainsi: Malinalli (servante aztèque chez les Incas), Xiquipilli (marchand inca), Ollin (prisonnier inca destiné aux sacrifices aztèques), Tolpizin et Chimalhuatl (aztèque préparant le retour du serpent à plumes). Cette dimension est souvent éludée dans les fictions "précolombiennes", les différents peuples étant généralement renvoyé à leur auguste solitude.

    c8c2bed1468fbe82ea494e0a91e9b4fb.jpg

     

    Andreas, Aztèques, collection Conquistador,
    Editions Delcourt, 1992.