Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

atlantide

  • Stefan Wul, Le Temple du passé

    L'idée d'une origine extra-terrestre de l'espèce humaine est largement rebattue dans les oeuvres de science-fiction.
    Stefan Wul, avec le talent qui le caractérise, tant au niveau des idées que de l'écriture, nous narre dans Le Temple du passé, une telle origine.
    Le résumé ayant été fait sur Wikipedia, je me contente de faire un copier/coller (pas bien mais rapide ;) ):

    La fusée terrienne F.1313 s'est échouée sur une planète à l'atmosphère saturée de chlore. Dans l'astronef, le matériel et la structure métallique sont très endommagés, tandis que trois membres d'équipage seulement ont survécu : le capitaine Massir, le quartier-maître RaolJolt. Après avoir mené quelques recherches en extérieur grâce à son scaphandre, le capitaine Massir fait une découverte aussi extraordinaire qu'effrayante : le vaisseau est bloqué dans l'estomac d'un monstre marin géant infesté de serpents-suçeurs ! et le médecin-stagiaire

    N'ayant pas réussi à contacter d'éventuels secours, les trois survivants imaginent une solution scientifique à leur situation : manipuler biochimiquement le poisson géant et le faire évoluer au stade du batracien pour le rendre capable de rejoindre la terre ferme. Le médecin-stagiaire Jolt diffuse alors dans les veines du monstre une solution de radio-souffre pour obtenir une image précise de la structure de l'animal et prépare le traitement mutagène de l'animal. Lors d'un spasme de l'animal, le quartier-maître Raol, mal sanglé, trouve la mort à bord de l'astronef.

    La mutation s'est achevée, le gigantesque poisson est désormais doté de six courtes pattes et ressent le besoin de respirer l'air à la surface de la mer de chlore. Au bout de quelque temps, l'animal hybride se hisse sur une plage, mais sa démarche mal le fait retomber dans l'océan de chlore. Les deux survivants attendent un nouvel échouage du batracien géant et décident de l'obliger à rester sur la plage en détournant les influx électriques des nerfs des membres gauches de l'animal - ce qui leur permet en même temps de recharger toutes les batteries de leur fusée. Semi-paralysé, l'animal sort de la flaque de boue où il s'était réfugié, se hisse sur un promontoire et y termine ses jours. Une fois décomposé, la fusée et ses deux occupants, enfin libérés de leur prison de chair, se retrouvent au centre d'une immense colonnade d'os de squelette.

    Lorsqu'ils sortent pour explorer la plage où s'était réfugié le monstre, les deux scaphandriers découvrent des œufs qui donnent naissance à des lézards. Jolt est persuadé que ces œufs ont été pondu par le monstre qui les avait englouti. Les deux hommes constatent très vite que les lézards évoluent très vite, sont doués d'intelligence et communiquent par télépathie. Ils se mettent à les aider pour améliorer leurs constructions et deviennet ainsi des sortes de divinités vivantes pour les milliers de lézards des marais. Malgré l'aide des lézards, les deux survivants ne réussissent pas à positionner leur fusée réparée sur son tremplin de décollage et Jolt meurt dans un accident. Massir, demeuré seul, assiste à l'épuisement de ses batteries et finit par se cryogéniser dans un bloc de cristal artificiel.

    Dix mille ans plus tard, intrigué par un message de détresse passant en boucle, un astronef terrien se pose sur la planète de chlore à la recherche de la source émettrice du message. Arrivés dans le marais, les hommes sont cernés par des lézards qui les accompagnent sur une acropole en forme de temple. Dans le sanctuaire, les hommes découvrent un immense monolithe avec à l'intérieur Massir, qui meurt juste après avoir crié une dernière fois le nom de sa femme, Neïde. L'historien-sociologue Lopez annonce à tous que cet homme était le dernier Atlante, cette civilisation qui avait porté la culture chez les anciens Égyptiens et Mayas.

    L'intérêt pour ce blog est que la civilisation serait née concomitamment chez les Mayas et les Egyptiens. On le sait, dans l'archéologie fantastique tendance Planète (la revue), la présence de pyramides des deux côtés de l'Atlantique est une preuve de liens entre ces deux civilisations.

    Ce classique de la science-fiction française a été plusieurs réédité. On préferera l'édition orginale dans la collection Anticipation (éditions Fleuve Noir) avec la belle illustration de René Brantonne.

     

    wul le temple du passé FNA.jpg

    Stefan Wul, Le Temple du passé,
    Anticipation, n° 106, Fleuve Noir, 1957

  • Willima Ritt & Clarence Gray, Brick Bradford in the city beneath the Sea

    Merci à Prof TNJ qui m'indique cette référence en bande dessinée:
    "BRICK BRADFORD in the CITY BENEATH the SEA" by WILLIAM RITT & CLARENCE GRAY, PUBLISHED by THE SAALFIELD PUBLISHING COMPANY (1934). S'il s'agit sans doute d'une aventure atlante, l'architecture semble clairement d'inspiration précolombienne.

     

    BrickBradUSCity1934m.jpg

     

  • Jean Carrère, La Fin d’Atlantis ou le grand Soir

    En lisant un ancien numéro de A & A Infos (fanzine de SF dirigé par Francis Valéry), un titre m’est revenu en mémoire : La Fin d’Atlantis ou le Grand Soir de Jean Carrère (1868-1932) - (remière publication en 1926. Comme d’autres (mais Jean Carrère le fait dans le cadre de la fiction), l’auteur donne une origine peau-rouge aux Atlantes. Atlantis, composée de sept îles situées dans l’Océan Atlantique, a soumis "les empires noirs d’Afrique, les empires mayas et toltèques d’Amérique, elle est en train de coloniser l’Europe".

    Je ne possède que la réédition en Omnibus in Atlantides. Les îles englouties.

    atlantides iles englouties.jpg

    Signalons que l’édition originale date de 1926 (chez Plon-Nourrit) et qu’il existe une édition avec jaquette dans la Bibliothèque Reliée Plon (1932) dont la couverture est reproduite ci-dessous :

    carrère ka fin d'atlantis.jpg

    Jean Carrère, La Fin d’Atlantis ou le grand Soir,
    Plon-Nourrit et Cie, 1926. Plusieurs rééditions

  • René Thévenin, Les Pays légendaires

    René Thévenin est connu des amateurs de littérature populaire et de science-fiction pour un certain nombre d'oeuvres comme Le Maître des Vampires ou La Forêt sanglante ou encore Les Chasseurs d'hommes. Attaché au Museum d'Histoire Naturelle de Paris, René Thévenin a commis un ouvrage consacré aux Pays Légendaires dans la prestigieuse collection Que-sais-je? en 1946. Un chapitre est consacré à l'Eldorado.
    Dans les oeuvres parues du même auteur, les Presses Universitaires de France oublient soigneusement toutes les oeuvres de fiction de Thévenin.
    Au sommaire des Pays Légendaires:

    I - L'Antiquité: 1) Le Jardin des Hespérides 2) D'Ilion à Ithaque 3) Le Royaume d'Ophir 4) Ultima Thule 5) L'Atlantide, semaille antique
    II - Le Moyen Age et la Renaissance 1) Le Paradis Terrestre et les Iles Fortunées 2) Du Meg-Meld à l'Estoliland 3) Furdhurstandhir 4) Le Pays d'El Dorado 5) Ys
    III - Les Temps Modernes 1) Iles au trésor et Iles fantômes 2) Rapa-Nui 3) La Lémurie 4) L'Atlantide, moisson moderne

    thevenin les payslegendaires.jpg

     René Thévenin, Les Pays légendaires ( devant la science ) ,
    Collection Que sais-je?, n° 226,
    Presses Universitaires de France, 1946

  • Marcel Jeanjean, Fricasson découvre l'Atlantide

    Une jolie trouvaille: Fricasson découvre l'Atlantide. Il s'agit d'un récit humoristique dans lequel notre jeune héros plonge au fond des mers, découvre la cité disparue de Chichimaya. Mais la plus grande invention (au sens d'inventer un trésor) est dans le Temple Rouge dont "les murs sont partout revêtus de sculptures et de bas-reliefs. Tout un monde de guerriers, de dieux ailés grouille dans une sarabande multicolores.
    Voici la chambre des manuscrits. Il y en a des milliers.
    Là est la clef du problème des invasions et des origines...
    Dans un coin, enfermé dans une malette d'or, se trouve le Livre Sacré attribué à Cuculkan lui-même..."
    [...]
    "Si je comprends bien, remarque Fricasson, toute cette théorie repose sur la supposition qu'il a vraiment existé autrefois une Ile Atlantide entre l'Amérique et l'ancien continent?...
    - Evidemment! C'est pourquoi la découverte que nous venons de faire de la ville de Chichimaya et du Temple Rouge est d'une impoortance capitale. Nous tenons la preuve que tout cela est exact..."

    jeanjean fricasson découvre l'atlantide001.jpg

    Marcel Jeanjean (texte et dessins),
    Fricasson découvre l'Atlantide,
    non paginé, sans date , sans nom d'éditeur(*)
    Il s'agit manifestement d'un cahier extrait d'un cartonnage éditeur.

    (*) Si ça ce n'est pas de la précision bibliographique ^___^ 

  • Edgar P. Jacobs, L'Enigme de l'Atlantide

    Nous évoquions sur le site BDFI la question des courtes citations des oeuvres graphiques. Un récent jugement a condamné Bob Garcia, auteur de cinq livres consacrés à Tintin, pour contrefaçon, atteinte aux droits patrimoniaux et au droit moral de l’auteur. J'ai présenté l'un des ouvrages de Bob Garcia,

    Dans le même temps, le tribunal de Nanterre reconnaît le droit à la courte citation.
    Nous citerons donc, de manière courte!, L'Enigme de l'Atlantide, de la célèbre série Blake et Mortimer, pour la présence de descendants incaïques qui vivent à proximité de l'Atlantide:

    blake et mortimer incas001.jpg
    blake et mortimer incas002.jpg

    Sur la question de la courte citation, on pourra consulter l'intéressant article, signalé par le Dr Mabuse sur le forum de BDFI (n'oublions jamais de citer nos sources ;) ) Bob Garcia contre Moulinsart : La citation graphique face au tribunal.

    Edgar P. Jacobs, L'Enigme de l'Atlantide,
    série Les Aventures de Blake et Mortimer,
    Plusieurs rééditions