Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aventure mystérieuse

  • L'Aventure Mystérieuse

    J'aime à croire que les auteurs publiés dans la collection L'Aventure Mystérieuse (éditions J'ai Lu) étaient des mystificateurs et qu'ils écrivirent donc de fort beaux romans de science-fiction.

    Les peuples du soleil (des Mayas aux Incas en passant par les Aztèques) sont très présents dans cette collection.

    Quelques exemples avec les (très parlantes) 4èmes de couverture.

    "Alors que depuis des décennies déjà Robert Charroux explorait les grands sites archéologiques du monde et que ses livres bravaient la Science et l'Histoire officielles, c'est en 1973 qu'il devait recevoir la révélation la plus bouleversante de sa vie.
    09fd23c31f9443af2b6ec0fe7e10907b.jpgCette année-là, au Pérou, il découvre quelque vingt mille pierres, vieilles de plusieurs millénaires. Et ces pierres sont gravées non de signes mystérieux mais de scènes immédiatement identifiables: savants armés de loupes ou de télescopes, médecins pratiquant une greffe du coeur, une césarienne, cartes des océans et du ciel... Comme en une immense bibliothèque sont rassemblées là les connaissances extroordinairement avancées de nos Ancêtres Supérieurs, venus, selon Charroux, du lointain espace...
    "Tout ce qui était caché est dévoilé ou se dévoile au fil des jours, conclut l'auteur, car nous sommes à l'aube de l'Apocalypse de l'Occident: les hommes lucides doivent en prendre conscience." "
    Robert Charroux, L'Enigme des Andes, L'Aventure mystérieuse, n° 399, J'ai Lu, 1983.

     

    "Ces traces d'une grande civilisation, antérieure au déluge...ef9a4c107913123fd12239fe48120053.jpg
    Ces statues géantes, hautes de huit mètres et pesant vingt tonnes...
    Ces murailles, faites de blocs de neuf tonnes creusés sur leurs six faces de mortaises inexplicables...
    Tous ces vestiges prodigieux que l'on découvre dans les Andes à 4000 mètres d'altitude - dans un site dont la géologie révèle qu'il était jadis baigné par les océans -, comment en expliquer l'origine sans remonter à certains passages de la Bible, aux récits de Platon qui font état de la civilisation de l'Atlantide et des désastres cosmiques qui ont profondément modifié l'aspect de la planète ?
    De ces textes anciens comme des découvertes récentes des géologues, Denis Saurat a fait la lumineuse synthèse dans ce livre captivant."
    Denis Seurat, L'Atlantide et le règne des Géants, L'Aventure mystérieuse, n° 187, J'ai Lu, 1968.

     

    "Un voyage dans un passé révolu, poursuivi avec passion pendant quinze ans, une exploration hardie sur le terrain (Pérou, Bolivie, Chili) permettent à Simone Waisbard d'éclairer ces énigmes comme nul encore ne l'avait fait.
    c3268c6d890e15893583fde3bfb6adf6.jpgSur les bords du lac Titikaka, le lac sacré aux cités englouties, elle a retrouvé la piste perdue de l'Adam et de l'Eve de la Genèse inca; puis, sur leurs traces, celle du mystérieux dieu blanc Kon Tiki Viracocha, ce Sphinx au masque de puma qui garde au fronton de la Porte du Soleil de Tiahuanaco les secrets d'un monde disparu.
    Un monde disparu, mais dont les ruines, les itinéraires et les signes accréditent une hypothèse souvent avancée: ici, en des temps reculés, ont vécu et oeuvré des "hommes volants" des géants venus d'ailleurs."
    Simone Waisbard, Tiahuanaco, 10 000 ans d'énigmes incas, L'Aventure mystérieuse, n° 395, J'ai Lu, 1982.

  • L'Aventure mystérieuse

    Dans ma boîte aux lettres aujourd’hui, un autre livre : Lauric Guillaud, L’Aventure mystérieuse. De Poe à Merritt ou les orphelins de Gilgamesh, collection « Paralittérature* », n°3, Editions du CEFAL, 1993.

    Quelques œuvres à relever, toutes du domaine anglo-saxon :

    * Henry Rider Haggard évidemment (le créateur d’Allan Quatermain) qui livra une sorte de trilogie aztèque : La Fille de Montézuma (1893), Cœur du Monde (1894) et La Vierge du soleil (1922).

    * Francis Stevens avec La Citadelle de la peur (1918) met aussi en scène des Aztèques.

    * A. Hyatt Verril, véritable explorateur converti à la littérature, quant à lui, donne Le Pont de Lumière où l’on découvre une société maya cachée depuis 2000 ans.

    * Cette dénomination – « paralittérature » – me semble toujours aussi détestable…

    Les éditions NéO ont publié dans les années 80 les trois Haggard mentionnés ci-dessus:

    eebc6a14a9e61d1d6ee54c05373ea544.jpg1f514004a115331bbdadc48de99da926.jpge5e02c01cd15cf908fb952ee5f524c5e.jpg