Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

brésil

  • Marcello, Nick Silver, Au Coeur du Brésil

    Les histoires de civilisations cachées dans lesquelles survivent les rites ancestraux sont nombreuses. Marcello, mort en 2008 (pour lire le bel hommage de Kastet, cliquez ici), a utilisé ce thème dans l'une de ses premières bande dessinées: Nick Silver.

    Je remercie Nasdine Hodja du Forum PIMPF de m'avoir signalé cette publication.

    nick silver au coeur du bresil 2.jpg

    Nick Silver est paru dans la collection Victoire ( 1948-1950) publiée par la SAGE (une des grandes maisons d'édition de la bande dessinée populaire). Dans l'épisode Au Coeur du Brésil, petit récit de 12 pages publié dans un format à l'italienne comme de nombreuses BD de l'époque, Nick Silver et son amie Janine découvre une tribu oubliée qui continue à pratiquer les sacrifices humains dans les ruines d'une cité précolombienne.

    nick silver au coeur du bresil.jpg

    Marcello ,Nick Silver, Au coeur du Brésil, collection Victoire, SAGE, 1950.

  • M. Campos Sales Président du Brésil

    En tombant par hasard sur cette gravure publiée dans le supplément illustré de La Revue Hebdomadaire. Romans, Histoire, Voyages du 5 novembre 1898, je me suis demandé ce qu'avait fait ce président...

    campos 1.jpg

    Lire la suite

  • Des merveilles méconnues...

    « Il y a ainsi, perdus dans l’océan du domaine public, quantité d’ouvrages amusants, émouvants, inattendus, qui mériteraient cent mille fois plus d’être édités – nous voulons dire réédités – que bien des nouveautés prétentieuses pour lesquelles les éditeurs ignorants ou naïfs payent des droits d’auteurs exorbitants »

    Régis Messac, « Polydore Marasquin au royaume des singes de Léon Gozlan, aux Œuvres représentatives » in Les Romans de l’homme-singe, Editions Ex-Nihilo, 2007, p. 93.

     

    alencar indiens et aventuriers.jpg

     

    Illustration: José de Alencar, Indiens et Aventuriers du Brésil, Le Livre National, Romans d'aventures et d'exploration, n°39, Librairie Illustrée, sans date

  • Capitaine Ricardo, Les Ecumeurs du Napo

    Les Ecumeurs du Napo est un fascicule de la série Victor Vincent et correspond à ce genre que l’on appelle récit de jungle. Le lecteur émerveillé découvre des contrées dans lesquelles la main de l’homme blanc n’a jamais posé le pied. On presque. Parce que pour des forêts vierges, elles sont fort fréquentées. On y trouve des indigènes hostiles, des chercheurs d’or, des métis inquiétants et nos valeureux héros qui ont le chic pour choisir des destinations de vacances plus dangereuses que Koh Lanta.

    Si Victor Vicent est souvent d’un niveau consternant, cet épisode est particulièrement consternifiant (n’ayons pas peur des mots). Passons sur la présence mêlée d’Argentins, de Yumbos et d’Incas dans la forêt amazonienne. C’est la géographie qui est la plus malmenée Dans les fascicules de la collection, se trouvent de nombreuses notes de bas de page (pas moins de 20 pour Les Ecumeurs du Napo, ce qui est beaucoup pour un texte qui ne comporte que 32 pages). Elles traduisent quelques termes espagnols : "Sangre della Madona" : "par le sang de la Madone" ; donnent des indications lexicographiques comme "Chacas : endroit cultivé par les Indiens Yumbos" (des Indiens de l’Equateur)… Pourtant on apprend des choses bizarres : "Quichua : idiome des Quichuas. Indiens du Guatemala qui fondèrent autrefois un empire puissant" et tout ceci pour des paroles par Chito l’Inca. Le Guatemala, rappelons-le, est situé en Amérique Centrale alors que l’Empire Inca s’est étendu du sud de la Colombie jusqu’au sud du Chili actuels soit à 2000 km au bas mot du Guatemala.

    De même le régime du fleuve Amazone est assez farfelu dans le fascicule. Voici donc de l’éducatif qui rate ses effets !

     

    ricardo les ecumeurs du napo.jpg

     

    Capitaine Ricardo, Les Ecumeurs du Napo,
    collection Les Nouvelles aventures de Victor Vincent, n° 186,
    Editions G. Van Loo, sans date (années 1945-1950)

     

  • Frédéric Valade, La Fille du Jaguar

    J'ai déjà présenté L'Araignée Verte de Frédéric Valade.
    Dans la même collection Bibliothèque des Grandes aventures éditée par Tallandier, Valade a publié La Fille du Jaguar.
    Dans ce récit de jungle, les héros foulent "cette terre vierge [...] empire des sauvages, leur inexpugnable forteresse naturelle, où ils auraient pu braver victorieusement des armées entières, où ils étaient les maîtres, où leur domination subsisterait encore durant de longues années" (p. 159-160).

    valade fille du jaguar001.jpg

    Frédéric Valade, La Fille du Jaguar,
    Bibliothèque des Grandes Aventures,
    Le Livre National, Editions Jules Tallandier, 1927

     

  • Ann Cooper, La Longue route du bonheur

    La mention de la collection Harlequin sur un blog littéraire fait toujours sourire. C'est un tort. Les tirages de cet éditeur canadien font pâlir d'envie nombre d'écrivains. Sans doute les intrigues sont-elles très stéréotypées mais elles fonctionnent et tiennent en haleine des millions de lectrices (et pas seulement des lectrices d'ailleurs d'après les études qui ont été réalisées). J'ai retrouvé un article publié dans le Figaro: 200.000.000 d'exemplaires dont 12.000.000 en France, écoulés chaque année, 550 titres publiés en France chaque année. 1.000 auteurs pour alimenter cette machine infernale. Les critiques s'arrêtent souvent là, aux chiffres je veux dire. Ils oublient le rêve et le divertissement que cetet collection apporte.
    Ce n'est pas a première fois que je l'évoque. Puisant dans l'ensemble des tropes de l'imaginaire exotique, Harlequin se nourrit de Mayas, Aztèques, Incas, jungle amazonienne délivrant un exotique en carton pâte mais qui entraîne le lecteur qui veut bien s'y laisser prendre.

    Ann Cooper nous emmène avec La Longue route du bonheur chez les Indiens Takuma dont le territoire est menacé par la construction d'une route. On en apprend très peu sur les Améridiens et, évidemment, l'amour triomphe. A ceux qui décochent un vague sourire amusé, je renvoie au premier paragraphe de ce billet ;) (bon, j'avoue, je souris avec eux tout de même :-)  mais je persiste à croire que ce type de littérature dévalorisée mérite qu'on l'étudie car, si l'aspect littéraire peut être mis en question, c'est un phénomène social qui permet l'accès à et la pratique de la lecture).

    cooper la longue route du bonheur001.jpg

    Ann Cooper, La Longue route du bonheur (VO: Maclean's Woman),
    Collection Harlequin, n° 454, 1984

     

  • Malo Louarn, Rona: L'Or du Macho-Fichu

    Gaël m'a fait l'amitié de déposer un commentaire il y a peu. Dans un questionnaire, il avouait ne lire presque que de la bande dessinée. Pour ne pas trop le décontenancer à la lecture de ce blog, voici donc une bande dessinée!

    Dans cette bande dessinée publiée par Ouest France, Rona, journaliste au Pavé, se rend, sur l’ordre de son directeur, au Macho-Fichu, étrange pays d’Amérique du Sud, afin de mettre fin à la détention de son collègue Robert Coquille.

    Le Macho-Fichu est une enclave indépendante du fait d’une erreur dans le tracé de la frontière entre la Guyane française et le Brésil. Les Indiens du cru se nomment les Ptikoutsèques et Yspéyainboques.

    Désireux de favoriser le tourisme, le général Ossissoulo, qui remet son mandat en jeu tous les 75 ans, a décrété qu’il faisait toujours beau au Macho-Fichu (alors qu’il pleut sans cesse). Il rencontre une charmante ethnologue et remonte le fleuve. Un attentat fait couler leur navire et ils sont recueillis par des Yspéyainboques, illettrés mais grands admirateurs de Karl Marx. Ils sont conduits à la base de la guerilla où ils retrouvent Robert Coquille. Les prisonniers parviennent à s’échapper et découvrent une belle statue en or du dieu Passmwatonhamac ainsi qu’un extraordinaire filon aurifère dont le secret finit par s’éventer. Alors que les guerillos se disputent la fortune, nos amis recouvrent la liberté.

    louarn rona l'or du machu fichu001.jpg

    Malo Louarn, Rona : L’or du Macho-Fichu,
    Série Rona, n°1
    Editions Ouest-France, 1985