Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cité du soleil

  • La Cité du soleil par Gilbert Campbell Bart

    La Cité du soleil

    Orphelins de père et ruinés suite à l’attaque du ranch familial par de sinistres bandits mexicains, Arthur et Bob Sedwick se lancent à la recherche d’un fabuleux trésor « astec » [sic] dont le secret a été donné au premier par vieil Indien descendant « d’une haute caste d’Indiens, des Caciques, des Astecs » (p. 14) qui lui affirma « que, caché [sic] au loin dans les montagnes à l’intérieur du pays, des survivants de la tribu existent encore. » En échange d’un emblème – « un petit morceau de peau de daim excessivement bien apprêté et couvert de signes bizarres et d’emblèmes en fils de différentes couleurs » (p. 15) –, Arthur pourra avoir accès aux immenses richesses du vieil Indien.
    Présenté ainsi, le fascicule semble des plus prometteurs, malgré quelques incohérences (les fils de l’emblème font irrésistiblement penser aux quipus incas par exemple) mais il plonge surtout le lecteur dans une ambiance de western avec attaque de ranch, vol de chevaux, loi de Lynch,… Le lecteur trouve encore la mention d’Apaches chaussés de mocassins qui scalpent leurs ennemis.
    2ddde75879259001a6cad14813b61160.jpgLa cité est cachée et le caractère belliqueux de ses habitants empêche toute incursion hostile. Les deux jeunes gens arrivent à « une sorte de cuvette ouverte dans les collines, bordée de tous côtés sauf un par de hautes montagnes. Du côté libre, une large vallée conduit à un lac autour duquel est bâtie la cité » (p. 32). Pourtant l’accès est plus difficile que prévu, une convulsion naturelle ayant fait ébouler une colline et coupant un peu plus la cité du reste du monde.

     

    Gilbert Campbell Bart, La Cité du soleil, collection "Pour la jeunesse" n°12, Les Editions du Clocher, Toulouse, sans date [1935], 76 pages