Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

défi

  • Nicolas Ancion relève le défi d'écrire un roman en 24 heures

    Les lecteurs assidus de ce blogue savent que j'apprécie l'écriture de Nicolas Ancion.
    Il y a quelques jours, il a relevé le défi d'écrire un roman en 24 heures. Bien sûr, ce n'est pas une oeuvre de la taille de la Comédie humaine mais l'ouvrage a la dimension d'une novella (83 pages sur le document PDF).

    On peut lire Une très petite surface en cliquant ICI.
    Apparemment, je ne suis pas le seul à être curieux car il ne pas être loin des 10.000 téléchargements et/ou lectures complets ou partiels maintenant. J'ai vu qu'_Arf_ faisait parti des lecteurs d'ailleurs ;).

    J'ai suivi Nicolas Ancion pendant la rédaction, nous avons un peu discuté par les réseaux sociaux (bon je ne suis pas dans les remerciements mais que voulez-vous... (-: ), j'ai fait la promo sur Twitter. Son nombre de followers a explosé au passage: la première fois que j'ai retwitté une de ses remarques, Nicolas Ancion avait 72 followers, il en est à 122 (non je ne vais pas faire de stats :) ). On a pu lire les commentaires, souvent mesquins je trouve, sur la page consacrée à l'aventure sur le site du Soir (journal belge). J'ai gardé quelques passages en copie avant le toilettage. Je vais faire des comparaisons pour disséquer un peu ce travail.

    Bon alors qu'est ce que cela donne?
    Sur le défi: il est remporté: le texte est publié (après avoir été "toiletté"). Sur le défi toujours: nombre d'auteurs populaires ont fait et font encore de même il faut bien le dire. On parlait de Simenon et de sa vitesse d'écriture (son premier fascicule, qui doit sensiblement faire le même nombre de signes, a été écrit à une table de bistro en quelques heures), je ne pense pas que Nicolas Ancion ait fait mieux mais ce n'était pas le but.

    Pour ma part, je lis cela comme un défi, une expérience. Il est malheureux de constater qu'une fois de plus Nicolas Ancion ose oublier de citer ne serait-ce qu'une fois nos chers Précolombiens. Le texte est de bonne facture, un bon petit polar. Il est étonnant de voir d'ailleurs comme la littérature de genre se prète bien à ce type de jeu littéraire. Je citais il y a peu du numéro Spécial de Géante Rouge (en science-fiction) reposant sur une forme de contrainte d'écriture (écriture-récriture à plusieurs mains).
    Nicolas Ancion est un nouvelliste habile (euh ça veut dire que j'aime bien ses nouvelles ça hein!). Il a du métier et cela se sent. Le défi n'est pas à la portée de tous.

    nicolas ancion.jpgQuelques questions me viennent à l'esprit (et dans le désordre):
    - Le lieu de l'expérience a-t-il eu une influence sur lui? (la mention des 24 heures passées en cellule par exemple).
    - Avait-il un canevas avant de commencer?
    - Comment résiste-t-on physiquement à 24 heures d'écriture?
    - N'est-ce pas se mettre en danger que d'apparaître pour certains comme une bête de foire?
    - Comment gère-t-on le temps qui passe (vite sans doute très vite)?
    - Comment les visiteurs de la foire ont-ils résisté pour ne pas arracher la superbe veste de Nicolas Ancion afin de la porter en triomphe?

  • Nicolas Ancion en 24h chrono

    ancion.jpgLes Belges écrivent vite (ils sont un peu fous aussi et c'est pour cela que je les adore au point d'aller acheter ma voiture là-bas parce que c'est moins cher qu'en France).
    On connait la blague concernant Simenon:
    une personne se présente chez lui et demande à le voir. L
    La bonne répond "- Ah, il vient de commencer un roman, revenez quand il aura fini".
    Le demandeur est un peu décontenancé et s'inquiète du temps que cela prendra.
    La bonne le rassure: "- Oh, revenez dans quatre heures".

    Nicolas Ancion a commencé ce mercredi 3 mars à 21 heures à écrire un roman en direct de la Foire au Livre de Bruxelles. Il fera donc plus fort que Simenon en 1927 (vous lirez sur le blog de Nicolas Ancion pourquoi).

    On peut suivre l'avancée du travail sur le site du Soir.  Nicolas Ancion commente son travail sur son compte Twitter @nicolasancion et sur son profil Facebook.

    On peut lire une interview réalisée par Pierre Maury (sur le site duquel j'ai repiqué la photo illustrant ce billet) dans laquelle Nicolas Ancion s'explique sur ce défi un peu fou.

  • Défi SF 2010, Les choix de Férocias

    Les premiers participants au Défi SF 2010 lancé par Geishanellie commencent à publier leur liste d'ouvrages sélectionnés, je livre à mon tour ma sélection. J'avais dit que ce serait des livres inconnus. Je me suis peut-être un peu avancé sur le terme, "méconnus" ou "peu connus" est plus juste (focément une fois le livre publié, il est connu au moins de quelques-uns). Jules Verne, Isaac Asimov, Philip K. Dick, Jack Vance, Philippe Curval, Gérard Klein, Orson Scott Card, Philip José Farmer,... sont dans ma bibliothèque (parfois même tous les livres d'un auteur y sont rangés). Beaucoup des listes que j'ai pu lire reprennent ces grands classiques. Ce n'est pas pour faire preuve d'originalité que je vais piocher ailleurs, juste pour montrer l'extrême richesse du domaine science-fictionnel. Je me suis imposé des contraintes: ne pas choisir d'ouvrages d'auteurs anglo-saxons, ni de classiques (ou considérés comme tels) de l'anticipation ancienne (Jules Verne, HG Wells zut il est anglo saxon, Maurice Renard, Rosny Ainé,...). Evidemment tous les livres existent (comme tous ceux que je chronique sur ce blog). Il ne me viendrait pas à l'idée d'inventer des ouvrages pour le plaisir, tout est vérifiable soit à la BNF soit à la BRB (Bibliothèque Royale de Belgique).

    Pour chaque titre choisi, j'ai établi une petite fiche d'identité:

    Jean Nocher, Plate-Forme 1970 ou l'âge atomique
    Date: 1947
    Genre: Pré-apocalyptique
    Intérêt: Oui, la France a eu son Orson Wells!

    nocher plate forme 70.jpg

    Capitaine Ricardo, Monde contre Monde, La Reine des Montagnards, Révolte sur Ursus, La Fin d'un Monde
    Date: [s.d.] comme on dit à la BNF.
    Genre: Space Opérette en quatre volumes
    Intérêt: Euh, il y a de chouettes couvertures ?!?

    capitaine ricardo révolte sur ursus.jpg

    Paul Cervières, En Avion vers la cité déserte
    Date: 1934
    Genre: Voyage pas si ordinaire extraordinaire que cela (mais garanti avec des Précolombiens dedans)
    Intérêt: Un bon gros cartonnage difficile à scanner et en plus il y a une deuxième histoire qui n'a rien à voir en fin de volume.

    cervieres en avion vers la cité déserte.jpg
  • Défi SF 2010

    défi SF.jpgLe Blog tenu par Geishanellie propose un petit défi SF 2010 auquel je me suis inscrit.

    Deux catégories sont proposées :

    Le défi SF simple: Pour ceux n'ayant que peu lu de SF ou ne voulant pas se casser la tête, il suffit simplement de se trouver 3 livres de SF et c'est tout (défi SF simple).

    Le défi Crazy SF: Pour ceux qui aiment la SF et auront dà lire 3 livres l'année prochaine dans 3 sous-genre de SF différents (défi crazy SF).

    Hop, j'ai choisi le Défi-Crazy-SF-de-la-mort-qui-tue-avec-des-lasers-de-partout-pour-bouter-hors-de-la-planète-ces-saletés-d'aliens-qui-ne-pensent-qu'à-venir-embêter-les-paisibles-Terriens.