Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

galopin

  • Henri de la Vaulx et Arnould Galopin, Un tour du monde en aéroplane

    Un "livre de lecture courante". Oui un livre de lecture "à l'usage des cours moyens et supérieurs et des classes élémentaires des Lycées et Collèges". Bon, évidemment, il s'agit d'une édition "revu[e] et annoté[e] par un groupe d'inspecteurs et d'instituteurs" mais l'oeuvre de Henri de la Vaulx et Arnould Galopin,  illustrée de 630 dessins inédits de Fillol, a bel et bien été prescrite à l'école.La couverture est assez sobre. Le titre apparaît seulement sur le dos de l'ouvrage. Heureusement qu'il s'agissait d'une petite brocante, je pense que je serais sinon passé à côté car il gisait au fond d'un pauvre carton.

    391534f861a26558978214c0c5d36f52.jpg

    La page de garde est un peu plus parlante: 
    e096793623829a26f9f3e3ea1303249d.jpg
    Le chapitre 27 est intitulé « Les Cordillères- Condors - Mirage aériens », on y trouve quelques pages à visée didactique sur les Andes, sa faune, sa population.
    Plus réjouissant : au chapitre 28 (« En artistes - Indiens contre Indiens ») nous rencontrons les Brigands de la Pampa, « des êtres mystérieux, dont les tristes exploits terrorisent toute la région... Moitié Indiens, moitié Métis, ils sont d'une sauvagerie sans nom.
    - On ne parvient donc pas à les civiliser, comme d'autres peuplades sauvages ?
    - Jusqu'à présent, on n'y a point réussi, et il est probable que les Indiens Chuvas les auront exterminés avant peu...
    - Les Indiens Chuvas ?
    - Oui, ce sont les pires ennemis des brigands de la Pampa.
    - Savez-vous pourquoi ces Indiens se battent entre eux?...
    - Pour se voler, ni plus ni moins. Les Indiens, qui n'ont pas voulu faire leur soumission au gouvernement péruvien, continuent à courir les prairies, à dévaliser tous ceux qu'ils rencontrent... Quand ils apprennent qu'une peuplade a fait une bonne prise, ils se mettent aussitôt à sa recherche et un combat meurtrier s'engage. Bientôt, il ne restera plus dans ces solitudes qu'une seule tribu, celle qui aura vaincu toutes les autres. Dans quelques années, les membres de cette même tribu arriveront à s'exterminer entre eux.

    - C’est ce qu’on appelle la lutte pour la vie, remarque Fournier.
    - Oui, répond Christian, et elle est ici plus âpre, plus sauvage que partout ailleurs…

    - Décidément, dit Fifi, Paris vaut mieux que tous ces vilains pays-là. » (pp. 107-108)

     

    Un de ces farouches Chuvas :

    d7da4dd16e3aac3546c073ae46916c16.jpg

    Henri de la Vaulx et Arnould Galopin, Un Tour du monde en aéroplane, revu et annoté par un groupe d'inspecteurs et d'instituteurs, préface de J.-B. Tartière, Nouvelle édition, Albin Michel, sans date.