Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

identite

  • De l'altérité en littérature

    Decouverte_Amerique 2.jpgLes hommes de la Renaissance ont aimé comparer le monde à un grand livre ; simultanément, ils n’ont eu de cesse de mettre le monde en livres et de recenser l’univers. L’élargissement des horizons géographiques autant qu’un nouveau désir de connaissance expliquent une tendance qui marque franchement le XVIe siècle ; le récit de voyage participe directement à cette entreprise épistémologique et se donne pour ambition de constituer le miroir de l’Ailleurs. Suivant quelles modalités ? La représentation de l’espace inconnu ou étranger suppose de nommer, d’organiser. Elle entraîne aussi, immédiatement, une prise de conscience de l’altérité qui se décline à des degrés divers. Objet de spectacle saisi au départ dans sa différence, l’« Autre » entrera bientôt sur la scène littéraire pour jouer les utilités dans le discours moraliste ou polémique, ne gardant plus de son identité que des éléments largement stéréotypés.

    Marie-Christine Gomez-Géraud, Ecrire le voyage au XVIe siècle en France,
    Etudes Littéraires. Recto-Verso, PUF, 2000, p.45