Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

limat

  • Maurice Limat, Capitaine Antarès

    limat capitaine antares album n 2.jpgQuand on regarde l'image de la couverture de cette reliure rassemblant plusieurs fascicules de la série Capitaine Antarès, on aperçoit bien sûr un courageux Corsaire portant rapière à garde italienne et hachette et se lançant courageusement à l'abordage. Un doute point: qu'est-ce que ce capitaine Antarès vient faire sur le Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens? 

    Les lecteurs qui ont une bonne mémoire se souviendront peut-être que le capitaine Antarès a déjà évoqué dans ces pages et que Maurice Limat a souvent les honneurs des Peuples du Soleil.

    De nos jours, quand on pense reliure, on pense à une mise en ordre de fascicules ou de textes divers. Point du tout ici. Les Editions Nicéa recycle des invendus et propose un lecteur dans l'ordre d'apparition: 

    11. L'Enigme des Guyanes
    15. L'Empereur des Aztèques
    16. La Cité d'émeraude
    17. La vengeance des fétiches
    18. La Mission des enfants perdus

    On retrouve les thèmes des civilisations cachées et survivantes. L'originalité ici est de trouver des Aztèques dans la Cordillère des Andes, ces Aztèques ont fui la barbarie espagnole. Un phénomène identique se trouvait dans une étrange aventure publiée dans la série Espionnage de la Série Noire: Incognito pour ailleurs de Francis Ryck (que je croyais avoir chroniqué mais que je n'ai pas retrouvé sur le blog) dans lequel des Mayas vivent en petit comité (ils sont 400) au temps de la guerre froide dans un monde souterrain situé dans la Cordillère.

    L'épisode 11 est donc suivi des quatre derniers épisodes de la série mais il manque au lecteur dans cet album n°2 la soudure entre les deux et nous voici embarqués de la Guyane au Mexique! 

    Nous avons déjà chroniqué le 12e épisode intitulé Les Amazones du Grand Fleuve

  • Maurice Limat, L'Ile maudite

    Un charmant fascicule signé Maurice Limat publié dans la collection Tabou aux Editions Nicéa en 1944 nous montre Teddy Verano, un personnage récurrent de l'auteur, sur une île perdue, entouré (Teddy, pas l'île, hein ! l'île est entourée d'eau, c'est déjà pas mal ;) ) d'Indiens plus ou moins amicaux. Il y est aussi question d'or, de beaucoup d'or, d'un torrent d'or!

    limat l'ile maudite001.jpg

    Maurice Limat, L'Ile maudite, collection Tabou,
    Editions Nicéa, 1944

  • Maurice Limat, La Montagne aux vampires

    Une nouvelle oeuvre de Maurice Limat, celle-ci fut publiée par Ferenczi, spécialiste de la "Petite Librairie".

    Des Vampires, voraces chauves-souris et non émules du comte Vlad Tepes dit Dracula (quoique...), ont élu domicile à proximité de l’hacienda de la Navidad dans la pampa argentine au pied des Andes et s’attaquent aux hommes blancs et à leur bétail.
    Santiago el Gaucho, à qui le propriétaire de l’Hacienda refuse la main de sa fille Carmen, part en jurant de ne revenir que quand « l’espèce des vampires du mont Antiriga sera détruite » (p. 6). Bel exemple de suicide amoureux…

    Sur la route, il rencontre sept « Araucans, ces Indiens féroces » qui nous sont ainsi décrits : « C’étaient d’admirables cavaliers, montant des chevaux nus, portant le classique casque de plumes et brandissant, qui une carabine vieux modèle, qui une lance, qui une sorte de tomahawk » (p. 7). Santiago, as de la gâchette, a tôt fait de mettre en déroute la petite troupe mais doit s’enfuir quand de nouveaux Araucans apparaissent, cette fois équipés d’arcs, arme qu’ils manient avec art. Arrivé le lendemain au pied du mont Antiriga, Santiago traverse, c’est classique, une cascade qui masque l’entrée d’une grotte. Le voici donc à l’intérieur du terrible mont. Les vapeurs sulfureuses font naître dans l’esprit de Santiago qu’il s’agit d’ « un volcan inactif depuis des siècles, et qui gardait un foyer dans ses flancs » (p. 14). « Dans les entrailles du mont infernal » (p. 15), la chaleur monte, ce qui explique que les vampires, originaires des forêts tropicales brésiliennes, puissent survivre sous un climat plus froid. Santiago lutte contre les chauves-souris qui infestent les tunnels du mont et les extermine.

    Cheminant dans « la continuation de l’ancienne cheminée volcanique » (p. 18), il parvient sur une sorte de plateau au centre duquel l’attend un vieux sorcier, le Vampire Rouge, entouré de vampires obéissants. Le Grand Sorcier des Araucans est celui qui a ramené les vampires sur ces terres, qui les a nourris (ce qui explique pourquoi coule dans les veines des vampires du sang araucan [sic] ) et dresser pour attaquer les Visages-Pâles. Santiago, qui ne fait pas dans le détail, abat le sorcier d’une balle en pleine tête. De retour à l’Hacienda, Santiago doit la défendre contre la colère des Araucans après la mort de leur sorcier. Grâce à l’aide de militaires argentins appelés à la rescousse, les Indiens sont mis en déroute (c’est une habitude). La prime touchée par Santiago pour avoir débarrassé la région des vampires lui permet d’acheter une hacienda et du bétail. Le Gaucho est devenu propriétaire. Plus rien ne s’oppose au mariage avec Carmen, fille de l’haciendero Antonio Sanchez.

     

    Comme souvent dans ces récits se déroulant dans la pampa argentine (voir par exemple Dans les Pampas. Les Jeunes Colons de G.A. Henty), l’esthétique « western » (voir aussi des fascicules purement western mettant en scène des peuples du soleil comme ceux de la série Texas Jack) l’emporte mais les éléments araucans (costumes, mœurs, sorcellerie,…) donnent une délicieuse ambiance exotique certes un tout petit peu différente du traditionnel Far west mais si peu. M'enfin, il s’agit du premier numéro de la, mythique !, collection Le Petit roman d’aventures publiée par Ferenczi. Rien que pour cela la mention est méritée !

    684199838e0382964859f100507fc71e.jpg

    Maurice Limat, La Montagne aux vampires,
    Le Petit roman d'aventures, n° 1,
    Ferenczi, 10 février 1936.
    Illustration de Georges Vallée.