Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

loterie nationale

  • Grâce aux Incas gagnez au Loto! Les secrets révélés!

    Créée le 31 mai 1933, au moment de la crise de 1929, la Loterie Nationale, l'ancêtre de la Française des jeux, avait pour destination l'abondement d'un fonds de solidarité sociale. Ses bénéfices iront notamment à la Caisse de retraite des Anciens Combattants et aux victimes des calamités agricoles. Le 7 novembre 1933 a lieu le 1er tirage. Un modeste coiffeur de Tarascon, Paul Bonhoure, emporte le premier gros lot (5 millions de francs de l'époque).

    A l'époque, en jusqu'en 1976, date de naissance du Loto moderne, les joueurs achètent des billets (ils ne cochent pas de cases sur une grille) qui soutiennent les Gueules cassées, les mutilés de guerre,...

    En 1965, la Loterie Nationale lance une série consacrée aux civilisations disparues avec notamment Cuzco illustrée par Henri Iselin. Henri Iselin n’est pas un inconnu pour ceux qui aiment les illustrateurs. Il a illustré de nombreux ouvrages (dont il était parfois l'auteur) et a travaillé pour Vaillant (l’ancêtre de Pif) entre 1955 et 1961. Il a d’ailleurs réalisé un rédactionnel consacré à l’Alpaga de la Cordillère des Andes (Vaillant n° 756).

    On trouve sur ce billet de loterie quelques éléments typiques de la civilisation Quehua: guerrier, barque traditionnelle en jonc du lac Titicaca, poterie, murs construits par encastrement de blocs irréguliers,…

    billet loterie nationale.jpg

    Malheureusement même si ce billet était gagnant, il est beaucoup trop tard pour réclamer son gain...

    Pourquoi la Loterie Nationale a-t-elle choisi Henri Iselin pour ce billet de loterie ? Tout simplement parce qu’il est l’auteur d’un ouvrage constamment réédité depuis 1953 Les Légendes des cités perdues. Un chapitre est consacré aux cités mortes du Pérou qui commence par ces mots : "De tous temps les savants ethnologues et archéologues ont cherché à explorer les lieux, souvent inaccessibles, où se dressaient les vieilles cités préuviennes et mexicaines. Ils espéraient tirer d’éloquentes conclusions permettant de mieux approfondir les vieilles civilisations des Incas, Aztèques et Mayas."

    iselin legendes des cités perdues couverture.jpg