Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mayas

  • Alain Surget, L'Or du Serpent à plumes

    L'Or du Serpent à plumes est le quatrième épisode de la série Pavillon Noir d'Alain Surget publié par les éditions Castor Poche. La série compte à ce jour onze épisodes.

    La courageuse P'tite Louise et l'intelligent Benjamin sont deux orphelins de mère qui sont à la recherche de leur père Cap'taine Roc, un pirate détenteur de la carte d'un fabuleux trésor. Le marquis Parabas a proposé son aide aux deux enfants mais il compte surtout refaire sa fortune.

    Dans L'Or du Serpent à plumes, nous les retrouvons à bord de La Puce rageuse filant vers les côtes mexicaines. Cap'taine Roc doit mettre la main sur un chargement d'or espagnol. Pourtant rien ne se passe comme prévu.

    Les pirates de Parabas débarquent à quelques encablures de campêche, préférant arriver en ville par la forêt plutôt que par le port (sécurité oblige). Ils rencontrent un Indien, Hi-Hi, qu'ils contraignent à devenir leur guide. il indique qu'un autre Français vient de passer et qui ne serait autre que le Cap'taine Roc. Joie de enfants et de Parabas. Bientôt la petite troupe découvre le navire du Cap'taine Roc échoué sur les bords du fleuve à proximité de Palenque.

    Pourtant arrivés à la cité maya, les pirates sont assaillis par des Espagnols en embuscade. Le trésor du Serpent à plumes n'était qu'un leurre pour attirer flibustiers et pirates dans un piège et permettre d'embarquer de l'or à un autre endroit. Tous sont faits prisonniers.

    Sur la route vers Veracruz où les Frères de la Côte doivent être jugés et pendus, espagnols et prisonniers sont attaqués par des Mayas vengeant le sacrilège de la cité sacrée. P'tite Louise et Benjamin parviennent à s'échapper tout comme Parabas et ses deux fidèles lieutenants.

     

    Alain Surget a du métier et cela se sent dans l'écriture comme dans le scénario. L'aventure et les rebondissements raviront les enfants à aprtir de 8 ans. L'ensemble est soutenu par les belles illustrations d'Annette Marnat.

    Alain Surget, L'Or du Serpent à plumes,
    Mes Premiers romans... Pavillon noir, n°4,
    Castor Poche Flammarion, 2006

  • Guylaine Klaus-Corsini, Celui qui est né deux fois. El que nacio dos veces

    La section "Théâtre" des Peuples du Soleil s'enrichit d'une nouvelle oeuvre, après Aztèques de Michel Azama,  trouvée dans la bibliographie proposée par le Musée du Quai Branly dans le cadre de l'exposition Maya. De l'aube au crépuscule.

     Présentation de l'éditeur:

    Cette pièce de théatre politique et mythologique est une oeuvre dramatique en cinq actes dont l'action se déroule dans le Mexique contemporain. Révolutionnaire, poétique, elle relate les souffrances des Indiens Mayas que 500 ans de colonisation avaient condamnés à l'oubli.

     

    Guylaine Klaus-Corsini, Celui qui est né deux fois. El que nacio dos veces,
    collection Arts et symbole, Editions du Fayet, 2004.

  • Olivier Bidchiren, Les Mémoires émouvantes

    Les Mémoires émouvantes est un ouvrage que je n'ai pas encore lu mais qui est chroniqué sur Uchronies.com

     

    Présentation sur le site de l'auteur:

    21 décembre 2012 : date fatidique d’une catastrophe annoncée ! Pas sûr ! Alors, s’il ne s’agit pas de cela, est-ce une Révélation ?

    Une Apothéose ? Le réveil des consciences ? La métamorphose de notre monde et non sa fin ?

    Ce sont ces voies qu’Olivier Bidchiren a choisi de dépeindre, sous forme de voyage initiatique, de recherche métaphysique et philosophique, de quête spirituelle, par une démarche visuelle et esthétique, en s’inspirant des peintures de Claudine Béhin.

    Et si les Mayas n’avaient jamais disparu en totalité ? S’ils étaient de retour ? Séléna, l’héroïne de cette aventure fantastique, transportée malgré elle auprès d’eux, va découvrir le lien incroyable qui les unit, pour le meilleur et pour le pire. Elle rencontrera des dieux énigmatiques, tout puissants, réfugiés dans un monde parallèle dont le devenir est lié au nôtre.

    Entre épreuves et acceptations, entre expériences mystiques et découverte des merveilles d’une civilisation, saura-t-elle ouvrir les portes d’un futur pour le moins incertain, mais pourtant inéluctable ? Seuls, les dieux le savent.

    « L’uchronie, ce paradoxe qui résulte d’un voyage temporel, Olivier Bidchiren s’y adonne dans ses textes ; contes dans lesquels il use de beaucoup de poésie, comme dans les Mémoires émouvantes où il décrit, si bien, au féminin la vision d’un monde d’Adam qui tend vers sa fin. Un conte qui démarre aussi vite que le temps qui passe, quand l’on avance dans l’âge. Séléna a quarante-deux printemps au compteur. Elle va à l’essentiel, la fin est trop proche pour s’accorder du temps mort.

    Dans les Mémoires émouvantes, l’écrivain remonte le temps autrement, et doublement. Il revisite d’abord la philosophie d’antan, là où le sablier n’était que l’invention de simples mortels, renoue avec la mythologie, s’inspire du monde du Sidh, lieu d’immortalité où le temps n’a pas cours… pas de mesure ; et remonte aussitôt les époques à bord de la plus antique des machines temporelles. La Mémoire.

    Olivier Bidchiren nous refait découvrir la théorie de John William Dunne dans son essai An Experiment With Time (mars 1927) qui soutient que les rêves, composés des images d’un vécu passé ou à venir, permettaient de voyager dans le temps. »

    Extrait de la préface de Kevin Bokeili."

     

    bidchiren Memoires emouvantes.jpg

    Olivier Bidchiren, Les Mémoires émouvantes, éditions Lokodomo, 2010

  • Types de Mayas ( 1886 )

    Dans la famille Reclus, je demande Onésime. Créateur du mot "fracophonie", Onésime Reclus, frère d'Elisée Reclus, tous deux géographes (1), a publié en 1886 La Terre à vol d'oiseau. Dans l'ouvrage on trouve cette gravure de Mayas:

     

    types de mayas.PNG

    (1) si Elisée est anarchiste, Onésime est favorable à l'expansion coloniale française. Onésime Reclus est l'un des premiers à classer les peuples sur des critères linguistiques (et non "raciaux").

     

    Source de l'image: Gallica

  • Dan Chartier, Les Démons des temps immobiles

    Avec ce titre digne des meilleurs Fleuve Noir des temps jadis (cela pourrait être un Fleuve Noir Angoisse ou un Fleuve Noir Anticipation), Dan Chartier offre un ouvrage pour le moins difficile à suivre et cela donne un thriller ésotérique dans lequel se mêlent à peu près tout:
    - les nazis à la recherche de pouvoirs occultes chez les Mayas
    - les palais vénitiens et leurs mystères
    - les manuscrits de la Mer Morte
    - les mythes mayas
    - les prophéties hopis

    Il y en a pour tous les goûts mais c'est un peu comme les gâteaux trop crémeux, on s'écoeure vite...

    Contrairement à moi, Taka a aimé et le dit dans ce billet.

    chartier les demons des temps immobiles.PNG

     Dan Chartier, Les Démons des temps immobiles,
    Editions Anne Carrière, 2007

     

  • Envie de voir une pyramide maya? Allez à l'Ile de la Réunion!

    Sur l'île de la réunion est tournée la cinquième saison de "I shouldn’t be alive" dont les épisodes racontent les aventures extraordinaires de survivants dans la veine des "docudrama".  Au départ produite par Discovery Channel, la série a été reprise depuis 2010 par Animal Planet. On y découvre des gens survivant à des naufrages, des crashs aériens,... évidemment dans des lieux plus que reculés. On fait naufrage au milieu de l'océan, on se crashe dans la forêt amazonienne, on tombe en panne au milieu du désert,...

    Les scènes ne sont pas forcément tournées sur les lieux des drames. En ce moment, l'Ile de la Réunion accueille des tournages. Clic a nous, le journal de la Réunion sur le net, nous apprend qu'un décorateur breton installé sur l'île, Gildas Cotonea, a pour les besoins de la production, réalisé un temple maya dans la forêt réunionnaise! ce décor servira à narrer l'aventure d'un naufragé échoué sur un rivage mexicain et qui s’enfonce dans la forêt vierge et pour y errer trois semaines durant avant d'être secouru.

    Source

  • [exposition] Les Mayas du Guatemala au musée du quai Branly

    mayas quai branly.jpgDu 21 juin au 2 octobre 2011

    A travers plus de 160 pièces exceptionnelles qui, pour la plupart, ne sont jamais sorties de leur pays d’origine, l’exposition propose de découvrir les Mayas du Guatemala, l’une des trois civilisations qui ont marqué l’histoire de l’Amérique précolombienne.

    Dans une volonté de valorisation de la sauvegarde du patrimoine national du Guatemala, l’exposition met en avant les dernières grandes découvertes archéologiques sur plusieurs sites récemment étudiés - notamment El Mirador qui figure en tête de la liste des 5 sites sélectionnés en vue d’une nomination au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Ces dernières recherches permettent de présenter aujourd’hui une conception plus large et plus complexe de la civilisation maya, en décrivant la grande variété et l’évolution de son organisation sociale, de ses formes architecturales et de ses styles artistiques.

    Céramiques peintes, stèles, pierres fines taillées, éléments funéraires, vestiges architecturaux, ornements..., présentés selon un parcours chronologique, offrent un panorama complet de la culture maya du Guatemala, son développement, son apogée et son déclin.

    L’exposition propose également un portrait actuel de cette civilisation en présentant un ensemble de photographies et un multimédia sur la culture maya contemporaine.

    Commissaire : Juan-Carlos Meléndez
    Conseiller scientifique : Richard Hansen

    L’exposition MAYAS, de l’aube au crépuscule au Guatemala a été réalisée en étroite collaboration avec le Ministère de la culture et des sports au Guatemala et le Museo Nacional de Arqueologia y Ethnologia de Ciudad Guatemala.

    Source : musée du quai Branly