Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

monnier

  • Marcel Monnier, Cajamarca. La capitale de l'Inca

    Ce petit fascicule de 32 pages fait partie d’une collection consacrée aux voyages autour du monde. Chaque semaine un lieu est présenté aux lecteurs. Le n° 9 est intitulé A Travers les Pampas (république argentine), le 10 L’Ile du Diable (Guyane française), le 19 Suriname, le 21 Les Anthropophages du Pérou, le 23 Le Brésil, le 43 De Guayaquil à Quito, …

    Ce ne sont pas des fictions mais des ouvrages didactiques. On y trouve quelques illustrations d’époque destinées à mieux faire connaître le pays. Il ne devrait donc pas figurer sur ce blog consacré aux fictions mais il fait partie de cet arrière-plan sur lequel apparaissent les oeuvres que nous relevons. Ces fascicules, largement diffusés ( à la manière des éditions Atlas d'aujourd'hui) participent du contexte culturel à partir duquel les auteurs de romans vont réaliser les trames de leurs oeuvres. En cela, ces publications didactiques ne sont pas à négliger.

    Les textes sont bien sûr marqués par leur époque. Ainsi peut-on lire dans ce numéro 65 : "Alors s’inaugura sur les bords du lac Titicaca une nouvelle période de splendeur. Manco Capac sut inspirer à ces naturels incultes l’ordre et la soumission." (p. 1)

    Pourtant le texte de ce fascicule laisse poindre, dans la partie historique, une certaine admiration pour l'empire inca avec par exemple la législation de Manco Capac mise sur un pied d'égalité avec celles de Lycurge ou de Solon (p. 3). Les Espagnols ne sortent pas indemnes quand il est écrit: "Le fléau qui vint détruire tant de bonheur politique fut l'Espagne"(p. 3)

    On trouve, en note de bas de page, une violente attaque contre Les Incas de Marmontel: "On ne connaît communément en France l'histoire des Incas que par le roman déclamatoire et absurde de Marmontel, qui eut la vogue au dix-huitième siècle et dont les manuels de littérature parlent encore aujourd'hui, on ne sait pourquoi" ( p. 2-3)

    De même, alors que le titre du fascicule semble évoquer la splendeur inca, les illustrations se réduisent à quelques gravures de campement, de mendiants du cru et d’Indiens à l’allure misérable donnant l'impression d'un peuple totalement dégénéré.

     

    monnier cajamaja001.jpg
    monnier cajamaja002.jpg
    monnier cajamaja003.jpg
    monnier cajamaja004.jpg

    Marcel Monnier, Cajamarca. La capitale de l’Inca,
    Bibliothèque illustrée des voyages autour par terre & par mer, n° 65,
    Librairie Plon, sans date.