Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

précolombien

  • JH Rosny Ainé, Méditations sur l'anéantissement des arts précolombiens

    les cahiers de la république des lettres.PNG

    En faisant des recherches sur JH Rosny Aîné(auteur de La Guerre du feu mais pas que) pour mon nouveau site ArchéoSF, je suis tombé sur un numéro des Cahiers de la République des Lettres, des sciences et des arts consacré à l'art précolombien avec des articles signés Georges Bataille, Alfred Métraux, Paul Morand ou... JH Rosny Aîné. Je connaissais La rosny, contree aux embuches, incasContrée aux embûches (éditions Albin Michel, 1948) de son frère Rosny Jeune mais je ne savais pas que Rosny Ainé avait traité lui aussi, dans le domaine de l'essai, des peuples précolombiens. 

    Je vous livre donc le texte intégral de l'article (qui est aussi téléchargeable dans la section "Téléchargement" d'ArchéoSF).

    Lire la suite

  • Lulu et les fictions précolombiennes

    Je me suis amusé à utiliser la fonction de recherche de ww.lulu.com pour voir ce qui était proposé dans les thèmes qui m'intéressent (ou plutôt dans ceux, plus restrictifs, qui intéressent ce blog).

    La moisson est très faible en réalité. Petit état de ma recherche:

    Maya: Le Grand secret, le titre me paraissait alléchant mais en lisant le résumé je me suis demandé pourquoi la recherche avait donné ce résultat. La réponse est dans le prénom d'un coauteur: Maya et Bernard Sanchez.
    Ensuite deux livres sur le fameux 2012 (ça laisse encore presque 3 ans à vivre, profitons-en).
    Et puis une curiosité: Crime à la Frette écrit en "tournante" par quatre auteurs: Dominique Marbehant, Eric Ducourneau, Gilles Mautray et Cyril Badet. Le résumé n'apprend pas grand chose et ne permet pas de discerner une véritable ambiance maya (il s'agit d'un roman policer selon toute vraisemblance): "Un Thriller délirant qui vous menera aux confins de l'absurde, présenté sous la forme originale d'une tournante littéraire, où les quatre auteurs n'ont eu de cesse d'inventer le pire à chaque chapitre. Impubliable."

    Mayas (avec un "s"): ne donne qu'un récit de voyage que l'on peut s'offrir en version illustrée ou non.

    Inca: On trouve Le Royaume des Incas. Là encore un résumé attrayant: "Et voici que, d'un pas ferme, s'approche Hualkar "Le Grand", Roi des Incas, pour faire le Récit de sa vie et raconter l'Histoire de son Royaume...: "L'immense Royaume du Pérou s'étendait jadis d'un océan à l'autre. Ce que vous appelez aujourd'hui le Pérou n'est qu'un reste pitoyable, dont il ne vaut guère la peine de parler. (...) Il n'y a pas longtemps, la Race des Fils du Soleil me semblait être effacée de la surface de la Terre, mais je sais que le Peuple des Incas, un jour, sera grand et heureux sur la Terre." ..." mais comme c'est édité par Les Editions de Cristal avec un © by Les Editions de la Source de Vie, on se doute bien qu'il s'agit d'un livre traitant d'ésotérisme et non d'une fiction.

    Incas (avec un "s"): "Désolé, votre recherche ne ramène aucun contenu en rapport sur Lulu. Suggestion : Assurez-vous que tous les mots sont orthographiés correctement, essayez également des mots-clés différents ou plus généraux."

    Aztèque (avec ou sans "s"):  "A la découverte des fondements de la religion des Aztèques avant la destruction de cette civilisation par la conquête espagnole de Cortès en 1521." Un livre de Sophie Francois: Tlaloc et Huitzilopochtli, dieux du panthéon aztèque. Ca a l'air sérieux et pas du tout fictionnel!

  • X-men et pyramide précolombienne

    Les X-men aussi peuvent avoir quelques soucis à cause de descendants, de divinités ou de sorciers aztèques!

    xmen026_435.jpg

    Merci à Garth, modérateur du forum pimpf, pour la couverture de ce comic.

  • Robert Mac Leod, La Vengeance des Aztèques

    Le livre La Vengeance des Aztèques de Robert Mac Leod met en scène Cal Harper, narrateur et voleur de chevaux (même s'il se défend de cette seconde attribution, qui, pour ne pas être dénoncé, est contraint de suivre Frank Baldwin et Ada. Frank Baldwin se présente:
    " - Je suis assistant du conservateur d'un musée de Chicago. Je dirige une expédition dans l'état de Nayarit. La plupart des archéologues et anthropologues acceptent l'idée reçue que la domination aztèque n'est jamais allée plus avant à l'ouest. Moi je prouverai le contraire."
    Cal Harper a cette réponse typique d'un cow boy:
    "- Et après? Tout cela s'est passé il y a des milliers d'années, non?" (p. 13)

    La 4e de couverture:

    Cal Harper était un cow boy, un dresseur de chevaux et... un voleur ! Mais il venait de trouver son maître en la ;personne de la séduisante Ada Baldwin. Elle était bien décidée à s'emparer à tout prix du trésor des Huichols, et ne reculerait devant aucun crime pour arriver à ses fins,
    Cal sera son guide à travers la mystérieuse jungle de Mazatlan au cours d'un voyage plein d'aventures durant lequel il devra se mesurer aux animaux sauvages, aux guérilleros de Zapata, aux indiens Huichols assoiffés de sang et,surtout , au plus dangereux des adversaires : une femme belle, perfide et prête à tout.
    Mais, les dieux veillent…

    Mon exemplaire présente une originalité  (sans doute partagée par beaucoup d'autres d'ailleurs): si sur la couverture le mot "Aztèques" est correctement orthographié, il n'en va pas de même sur le dos où l'on peut lire: "Astèques".

    mac leod la vengeance des aztèques.jpg

    Robert mac Leod, La Vengeance des Aztèques,
    Le Masque Western, n° 187, 
    Librairie des Champs Elysées, 1976

  • Jidéhem, Sophie et La tiare de Matlotl Halatomatl

    759015432.jpg

     

    Jidéhem, Sophie et La tiare de Matlotl Halatomatl, Editions Dupuis, 1973

  • Bonne année

    Bonne année à vous & meilleurs voeux pour 2008

    Les Précolombiens possédaient des calendriers très élaborés:

    Chez les Incas nous entrons dans le mois Uchuc Pocoy, mois de jeûne et de pénitences (pour le jeûne ça tombe bien après les nombreuses agapes de ces derniers jours :-) )

    Chez les Mayas:
    Dans le calendrier maya circulaire nous sommes le 12 Kankin 8 Kan
    Dans le calendrier maya long nous sommes 12.19.14.17.4.

    6e167989e213424d8fa5dd74219b400c.png

    Chez les Aztèques, ça donne ceci:

    In the tonalpohualli, the sacred Aztec calendar, today (Tuesday, January 1, 2008) is:

     

    Xihuitl:

    solar year

    Trecena:

    13-day period

    Tonalli:

    day
    flint knife movement lizard
    9 - Tecpatl (flint knife) 1 - Ollin (movement) 8 - Cuetzpalin (lizard)
     

    Yoaltecuhtli:

    Lord of the Night

    Xiuhpohualli:

    365-day calendar

    Long Count:

    (Maya Calendar)
    Itztli 6 - Hueitozoztli (V) 12.19.14.17.4

    Et pour savoir quel jour nous sommes dans le calendrier aztèque c'est ICI.

  • Drôle d'Aztèque: Texas Jack : Chimosa, le Chef des Aztèques

    Un titre alléchant pour ce 151ème numéro de la série Texas Jack : Chimosa, le Chef des Aztèques. Pourtant la description de Pointe-de-Flèche, Aztèque pure souche, fils de Chimosa, est pour le moins déconcertante. Il commence ses phrases par un très classique « Hugh ! », est chaussé de mocassins (dont l'un cache le secret du trésor des Aztèques) et rêve de scalper le félon Batiste. Mais nous voici au camp des Aztèques. Ecoutons Chimosa:

    " Les Visages-Pâles à la langue fourchue ne savent pas ce qu'est l'humanité! Pauvres et faibles, ils sont entrés dans les territoires de chases de mes pères: on les a reçus comme des amis et le calumet de la paix en a fait nos frères.

    Toujours plus nombreux, ils traversaient la grande mer sur d'immenses canots, arborant toujours le drapeau blanc de la paix. Ils transportaient aussi avec eux de grosses carabines tonnantes, et l'un après l'autre, les hommes rouges sont tombés sous les balles des Visages-Pâles menteurs.

    Ils nous ont chassés de nos territoires de chasses, ils ont détruit nos wigwams et nos temples: ils nous ont défendu d'adorer Huitzilpochtli et ont voulu nous faire adorer leur dieu."

    C’est assez courant de trouver des récits dans lesquels rien ne ressemble plus à un Indien d’Amérique du Nord qu’un indien guaranis, qu’un Aztèque, un Inca ou un Maya dans une ambiance de western en carton-pâte.

     

    Texas Jack (la terreur des Indiens) n°151,
    Chimosa, le Chef des Aztèques, sans auteur, sans date, sans nom d’éditeur.

    30d9462714cf1e78a805e44e624d956d.jpg