Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rosmer

  • Jean Rosmer, Les Frères du Soleil

    Au Pérou, c’est le jour des fiançailles entre Mercédès de Canalleros et du comte français Vivian de Trêmes.
    Mercédès est inquiète : elle a trouvé quelques jours auparavant d’abord un collier de rubis (ce qui troubla fort son père) puis d’autres bijoux et joyaux.
    Elle explique à son fiancé qu’elle descend des anciens Incas par sa mère. Le jour des fiançailles, Mercédès reçoit un message des Frères du Soleil : […] Tu es destinée à vivre dans le temple de notre Dieu, à le servir, à le vénérer, à être sa prêtresse suprême, à demeurer, seule et sans époux […] (p. 6).
    Les sectateurs du Soleil l’enlèvent et la conduisent Pachacamac.

    Le temple est « un étrange bâtiment de forme octogonale, au toit en coupole, entouré des vestiges d’une haute muraille de pierre dure, couverte de dessins et d’ornements symboliques « (p. 12)

    On y trouve des momies incas, des souterrains, des exaltés et dans le secret du temple une curieuse statue : « Assis sur une gloire de rayons incandescents, le Soleil laissait flotter son regard empreint de la plus grande noblesse. C’était l’image célèbre conservée depuis tant de siècles par les fidèles sectateurs de ses rites. [Mercédès] en avait souvent entendu parler, mais ne se doutait pas de la richesse des pierreries, des perles, des incrustations dont l’idole était constellée » (p. 17)

    Plus curieuse est encore la statue sur la couverture, qui ressemble plus à celle de la Liberté qu'à de l'art inca!

    rosmer les freres du soleil001.jpg

     

    Jean Rosmer, Les Frères du Soleil,
    Collection La Belle Aventure, n° 20,
    Editions S.E.P.I.A., 1938