Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

verne

  • Jules Verne, Le Phare du bout du Monde

    Le Phare du bout du Monde est le dernier des romans verniens écrit en 1901 et publié dans une version modifiée en 1905 par son fils Michel . Jules Verne s'est inspiré du phare argentin érigé en 1884. Notons qu'en janvier-mars 1998, dix hommes remirent en état ce phare au bout des terres et depuis le 1er janvier 2000, à La Rochelle, une réplique du momument éclaire le port vendéen.

    343211092.2.jpg
     


    Le texte du roman est disponible sur le site Ebooksgratuits.com.

    L'équipe d'Ebooks résume ainsi l'action du livre: "L’action se déroule en 1859-1860, à l'extrême sud de la Terre de Feu. Afin d'éviter un naufrage aux voiliers qui passent par là, un phare a été construit sur l'île des États, située à l'extrême sud de l'Amérique, là où le Pacifique et l'Atlantique entrent en collision. Trois gardiens sont chargés de veiller au fonctionnement de ce phare, situé en terre inhabitée et inhospitalière. Mais une bande de pirates, menée par Kongre et son bras droit Carcante, sévit sur cette île et pillent les navires qui s'y échouent, n'hésitant pas à en massacrer l'équipage. Deux des gardiens sont assassinés par les pirates, mais le troisième, le vieux Vasquez, s'enfuit et recueille un naufragé américain, John Davis. Ensemble, ils vont tenter d'empêcher les pirates de quitter l'île en attendant l'arrivée du navire militaire Santa-Fé..."

    Si le lieu de l'action est la Terre de Feu, les natifs de Patagonie sont bien peu présents. Deux extraits tout de même, le premier avec la mention des qualités halieutiques de la région, le second qui donne un portrait des Patagons, retiendront notre attention:

    "En revanche, si la faune et la flore sont à peine représentées dans cette île, le poisson abonde sur tout le littoral. Aussi, malgré les dangers très sérieux que courent leurs embarcations, en traversant le détroit de Lemaire, les Fuégiens y viennent quelquefois faire de fructueuses pêches. Les espèces y sont très variées, merluches, tiburons, éperlans, loches, bonites, dorades, gobies, mulets. La grande pêche pourrait même y attirer de nombreux navires, car, à cette époque du moins, les cétacés, baleines, cachalots, et aussi phoques et morses, fréquentaient volontiers ces parages. Ces animaux marins ont été pourchassés avec une telle imprévoyance qu’ils se réfugient à présent dans les mers antarctiques où les campagnes sont aussi périlleuses que pénibles."

    "Quant au chef de la bande, on ignorait tout de son existence. Sa nationalité, il ne s’était jamais prononcé à ce sujet. Se nommait-il Kongre ? on ne le savait pas. Ce qui est certain, c’est que ce nom est assez répandu chez les indigènes de la Magellanie et de la Terre-de-Feu. Lors du voyage de l’Astrolabe et de la Zélée, le capitaine Dumont-d’Urville, en relâche au havre Peckett, sur le détroit de Magellan, reçut à son bord un Patagon qui portait ce nom. Mais il est douteux que Kongre fût originaire de la Patagonie. Il n’avait pas la figure rétrécie au sommet et large à sa partie inférieure des hommes de cette contrée, leur front étroit et fuyant, leurs yeux allongés, leur nez écrasé, leur taille généralement haute. En outre, sa physionomie était loin de présenter cette expression de douceur que l’on rencontre chez la plupart des types de ces peuplades."

    Une belle image pour terminer, celle de l'édition Hetzel dite "A un éléphant - titre dans l'éventail, dos au phare"

    299613333.jpg

     Jules Verne, Le Phare du Bout du Monde, 1905