Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Théâtre

  • Guylaine Klaus-Corsini, Celui qui est né deux fois. El que nacio dos veces

    La section "Théâtre" des Peuples du Soleil s'enrichit d'une nouvelle oeuvre, après Aztèques de Michel Azama,  trouvée dans la bibliographie proposée par le Musée du Quai Branly dans le cadre de l'exposition Maya. De l'aube au crépuscule.

     Présentation de l'éditeur:

    Cette pièce de théatre politique et mythologique est une oeuvre dramatique en cinq actes dont l'action se déroule dans le Mexique contemporain. Révolutionnaire, poétique, elle relate les souffrances des Indiens Mayas que 500 ans de colonisation avaient condamnés à l'oubli.

     

    Guylaine Klaus-Corsini, Celui qui est né deux fois. El que nacio dos veces,
    collection Arts et symbole, Editions du Fayet, 2004.

  • Les Peuples du Soleil vous recommandent

    Aventures:

    Roman d'aventures
    Collection d'aventures

    Littérature populaire:

    Le Rocambole (revue)
    Editions Encrage
    Forum Littérature populaire

     

    Science-fiction:

    BDFI
    nooSFere
    Uchronia, the Alternate History List
    Les Moutons Electriques, éditeur

  • Michel Azama, Aztèques

    1371990377.jpg

    Michel Azama a écrit le texte de Aztèques, une pièce de théâtre montée au Théâtre 13 en 2006 avec une mise en scène de Quentin Defalt. Le spectacle a notamment été repris en 2007 au festival d'Avignon.


    L'argument de la pièce nous indique:
    "1519. Cortés, accompagné de sept centaines d’hommes, débarque sur les côtes mexicaines. Ayant appris l’existence de l’empire aztèque, il commence une lente progression vers Tenochtitlan où il est directement reçu par l’empereur Moctezuma. Ce dernier, au regard de nombreux signes, légitime de plus en plus l’invasion espagnole : elle correspond au retour du dieu Quetzalcoatl. Cortés s’impose alors aux yeux du peuple aztèque telle une divinité.
    Tandis que les Espagnols massacrent par milliers les Aztèques, Cortés et Moctezuma s’entraînent dans un rapport de séduction qui mènera le premier vers la désespérance et le second vers la mort, le tout sous le regard amusé et distrait d’un pape « maladif et variqueux », assistant à la conquête espagnole comme l’on pourrait suivre une mauvaise émission sur le petit écran...
    Comment se comporter avec autrui ? Telle est la question qui se dissimule derrière chaque page d’Aztèques. Ce texte ne cherche pas à apporter de réponse. Il souligne l’incohérence des hommes : venir pour découvrir une terre et prêcher l’amour de Dieu et ne rien faire d’autre que de découvrir une terre et massacrer au nom de Dieu.
    Aussi, comment rendre intelligible à tous cet égarement culturel, religieux et social qui malmène les fondements et les seules espérances de l’homme : l’amitié et l’amour. C’est par le théâtre que cette quête d’un honneur parfois difficile trouve son territoire."

    Le texte a été publié par les Editions théâtrales.